Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «  

Le lait, un poison ?

On ne peut aborder ce sujet sans parler d’Albert Cohen, surnommé au U.S.A « l’homme anti lait ». Son site internet : www.notmilk.com. Il a écrit l’un des livres les plus fascinants et les plus documentés sur ce sujet. Son livre « MILK, The deally poison (le lait, poison mortel) a fait grand bruit aux U.S.A. Il n’est pas encore traduit en français.

Dans sa dédicace, il s’adresse à « toutes les personnes dans le monde qui
souffrent de toutes sortes de troubles de santé sans être conscients de l’origine  alimentaire de leurs maux. Puissent-elles découvrir que la fontaine de  jeunesse, pour elles, leurs enfants et les générations futures, pourrait
bien venir de simplement éliminer le lait de leur vie ! »

Ecrit pas un biologiste, ce livre montre comment les autorités sanitaires
ont été perverties par les grandes multinationales qui, dans leur recherche
de profit sans cesse croissant, ont mené notre société au bord du suicide
nutritionnel.

Le lait, au fil des ans, malgré sa blancheur, est devenu pour les cellules
de notre corps l’équivalent des marées noires qui se sont déversées des
bateaux pétroliers échoués sur les côtes !

Au départ, le lait est déjà un aliment totalement inadapté à l’homme. Il
élève le cholestérol sanguin et les graisses du sang parce qu’il contient du
cholestérol et des graisses polyinsaturés.

Si vous consommez autant de produits laitiers qu’un américain moyen, vous
absorberez une quantité de cholestérol équivalente à celle de 53 tranches de  lard quotidiennes. Si vous avez 54 ans, vous avez suivi ce régime pendant 52  ans, ce qui correspond à 19 345 tranches de lard par an, soit en tout plus d’un  million de tranches de lard !
Réalisez vous que dans un seul ice cream se trouve autant de cholestérol que  dans six tranches de lard ?

N’est-il pas extraordinaire qu’un corps humain puisse résister à une telle
avalanche de graisses ?

Le lait est trop riche en protéines, qui pour être éliminées par le corps,
obligent celui-ci à mobiliser son calcium. Du coup, les produits laitiers que les personnes âgées absorbent sont l’une  des causes principales de l’ostéoporose ! La pasteurisation et l’upérisation  en font un produit dénaturé et biocidique. Le lait contient 300 fois plus de  caséine que le lait maternel. Cette caséine est une colle puissante qui  encrasse l’organisme de façon dramatique.

La multinationale Monsanto a produit une hormone de croissance destinée à
augmenter la production de lait. Grâce à ses bénéfices colossaux, elle a pu soudoyer les autorités sanitaires  et politiques pour qu’elles laissent mettre sur le marché ce produit sans  avoir évalué sa toxicité.

Les éleveurs auxquels on a imposé cette hormone se sont retrouvés avec des  vaches qui produisaient presque 50 litres de lait par jour (auparavant,
elles en donnaient moins de 10 litres) mais faisaient des infections
nombreuses et ils ont dû utiliser des antibiotiques en quantité.

Les taux d’antibiotiques dans le lait sont 100 fois plus élevés qu’il y a
quelques années et les autorités sanitaires se sont contentées d’élever les
normes limites autorisées.

Aux U.S.A, sur les vingt trois mille tonnes d’antibiotiques fabriqués chaque
année, près de la moitié est utilisée pour le bétail !

Cette administration de doses sub thérapeutiques d’antibiotiques au bétail
crée de plus en plus de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques,
ce qui pose un problème de santé publique de plus en plus grave.

Quand vous buvez du lait ou mangez un yaourt, vous ne vous doutez pas que  vous êtes en train d’absorber des antibiotiques qui vont détruire votre
flore intestinale et affaiblir votre système immunitaire. De plus, si vous
êtes allergique à un antibiotique comme la pénicilline, vous risquez de
tomber malade sans comprendre que vous en avez absorbé à votre insu.

Il est hallucinant de constater qu’aux U.S.A 80% des vaches souffrent de
leucémie.

Le lait de ces vaches est il sans danger pour l’homme ?

Quand les études scientifiques ont montré que cette hormone de croissance
stimulait, chez l’homme, le développement de cancers, l’association des
médecins américains, l’O.M.S et les autorités sanitaires ont préféré fermer
les yeux car les intérêts économiques passent avant la santé des
populations.
Depuis 1994, année où l’hormone de croissance obtenue par génie génétique  fut autorisée pour stimuler la production des vaches laitières, une
véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé les U.S.A
Ce type de cancer, rare jusqu’alors, tue plus que les cancers du sein, de la
prostate, du pancréas et des organes génitaux réunis.
Les citoyens américains sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui
absorbent de l’hormone de croissance à travers les produits laitiers dont
ils consomment 90 milliards de kilos chaque année.

Pourtant l’Europe a résisté et, malgré la pression des multinationales
américaines (notamment le dossier fourni par Monsanto qui ne comptait pas
moins de 23 000 pages) la commission du Marché Commun qui a étudié la
question a refusé l’utilisation de l’hormone de croissance car elle estimait
que les preuves de son innocuité n’étaient pas suffisantes.

Avec la passion d’un détective, Cohen, « l’homme anti lait », a mis en
évidence, de façon irréfutable parce que prouvée par des documents
officiels, la façon dont le public américain a été trompé. Au lieu de faire
connaître les facteurs nutritionnels qui créent ou favorisent le cancer, on
a continué à détruire les tumeurs avec la chirurgie et la chimiothérapie.

C’est plus rentable, n’est ce pas ?

Alors qu’aux U.S.A, du temps de nos parents, explique Cohen, une femme sur  vingt était atteinte de cancer du sein, aujourd’hui une femme sur trois est  touchée !

Quand on pense aux milliers d’enfants souffrant de leucémie et traités par
des chimiothérapies toxiques, on a le cœur brisé devant tant d’inconscience.

Le célèbre Docteur Spock, le pédiatre le plus connu des U.S.A a écrit sur le
dos de couverture du livre de Cohen : « le lait de vache a été vendu par le
passé comme un aliment parfait. Nous voyons maintenant que ce n’est pas du  tout un aliment parfait et le gouvernement ne devrait pas soutenir ceux qui  veulent encore le faire croire. »

On découvre ainsi que la civilisation moderne (et surtout les U.S.A, qui en
sont le pays phare) est dirigée par des lobbies dangereux pour la santé
publique, lobbies qui ont infiltré les administrations et trompé le public
depuis des années par des publicités mensongères.

Ainsi, Nestlé, affirme dans sa publicité pour les produits pour bébés, que
« provenant des cultures contrôlées en permanence par les spécialistes
Nestlé, tous ces produits sont exempts de substances nocives. L’enfant
reçoit ainsi, en tout sécurité, une alimentation dont la densité
nutritionnelle correspond parfaitement à ses besoins ».
Stupéfiantes contre-vérités !

Pourtant certains des médecins et des scientifiques qui travaillent dans
cette grande multinationale n’ignorent pas les informations que nous citons.
Mais ils sont tenus de garder le silence pour ne pas perdre leur poste.
Ainsi, sont perpétrés les mythes officiels qui correspondent aux impératifs
du profit économique.

Il y a quelques années, un groupe d’écologistes avait montré que Nestlé
était responsable de la mort de millions d’enfants en poussant les mères à
renoncer au lait maternel pour donner à leurs enfants du lait en poudre.
Sous la pression du public scandalisé, la multinationale a légèrement
tempéré son ardeur publicitaire sur ce point mais elle continue à tromper
les consommateurs en leur faisant croire à l’innocuité de ses produits qui
sont pleins de pesticides, d’additifs chimiques, de sucre raffiné, d’édulcorant
de synthèse comme l’aspartame (malgré de nombreuses études prouvant son  hypertoxicité, ce produit est encore autorisé) de vitamines artificielles et
de produits laitiers hautement néfastes pour la santé !

Les multinationales de l’alimentation industrielle et de la chimie existent
et prospèrent parce que nous achetons leurs produits.
Si nous ne voulons pas être sacrifiés sur l’autel de leur inconscience, il
est temps de nous éveiller aux lois de l’alimentation végétale, variée et
vivante, qui permet de vivre en pleine santé, plutôt que de souffrir sans
cesse de constipation, d’allergies, de douleurs, de raideurs, de cancers, de
diabète et de ces mille et un troubles qui montrent tout simplement que
notre organisme est intoxiqué.

Des millions d’américains souffrent d’anémie.

La cause la plus fréquente de cette carence est un manque de fer. La
consommation de lait entraîne souvent des saignements de la muqueuse
intestinale, par un phénomène de réaction allergique aux protéines du lait,
ce qui fait perdre beaucoup d’hémoglobine. Les principaux symptômes de l’anémie  sont la faiblesse, la fatigue, la dépression et l’irritabilité.
On remarque cette anémie par perte de fer chez un tiers des enfants nourris
au lait de vache, alors que ceux nourris au lait maternel n’en souffrent
pas.

On a pu lire dans le « New England Journal of Medicine » de juillet 1992 «
Des études ont suggéré que les protéines du lait pourraient jouer un rôle
dans l’apparition du diabète chez l’homme. Les patients diabétiques
insulino-dépendants produisent des anti-corps contre les protéines du lait
qui participent au dysfonctionnement des îlots de Langerhans, dans le
pancréas, qui fabriquent l’insuline. Il s’agit d’une réaction auto-immune.
Et dans le « Lancet » de décembre 1996 : « les protéines du lait ont une
particularité : dans les pays industrialisés elles sont les première
protéines étrangères qui pénètrent dans le tube digestif des enfants,
puisque la plupart des laits qui remplacent le lait maternel sont fabriqués
avec du lait de vache. Il est possible que ces protéines induisent une
réponse immunitaire qui peut être à l’origine de nombreux troubles et
maladies d’enfance ».

D’autres chercheurs ont écrit que « de nombreuses études montrent que le
lien entre la consommation de lait et le diabète juvénile est indéniable."

Le véritable problème à la base du développement du diabète est l’énorme
quantité de graisses contenue dans l’alimentation occidentale, à cause de la
viande, des produits laitiers et des œufs.
Des expériences faites avec des étudiants en médecine ont montré qu’en une  semaine à peine d’alimentation très riche en graisse 50% des étudiants
étaient devenus diabétiques.

Les 80% des protéines du lait et du fromage sont constitués de caséine, qui
est une puissante colle, celle qui fait notamment tenir les étiquettes sur
les bouteilles de bière. Essayez d’arracher une des ces étiquettes et vous
verrez la force de cette colle ! On utilise aussi la caséine pour coller les
meubles !!!

Pensez à ce que cette colle peut provoquer dans votre organisme. Comme la  caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la
neutraliser. Cette réaction antigène-anticorps fait sécréter de l’histamine
et engendre une intense production de mucus, voire de pus. De nombreux
chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable
des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes.
Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la
plupart du temps une guérison rapide de ces affections.

Il faut 5 kilos de lait pour faire un kilo de fromage, la concentration des
hormones contenues dans le lait est importante. Or, chaque goutte de lait
contient 59 hormones différentes, comme des oestrogènes, de la progestérone,  de la prolactine…Pouvez vous imaginer les effets que ces hormones peuvent  avoir sur la santé physique et mentale des populations ?

Le 40% des aliments consommés par les américains sont du lait, des produits  laitiers sous forme d’ice cream, de yoghourts, de fromages et autres  dérivés. Un kilo de fromage peut contenir vingt fois la quantité d’hormones  qui se trouve dans un kilo de lait.

Robert Cohen s’est écrié : « le lait, c’est surtout de la colle, des
hormones et du pus ! »
Il a même découvert que les végétariens qui consomment des produits
laitiers, les juifs et les musulmans seront étonnés d’apprendre qu’aux
U.S.A, il mangent du cochon sans le savoir !
En effet, la vitamine D2 qui était ajoutée au lait (et qui provenait d’un
mélange d’algues et de bactéries exposé à la lumière ultraviolette) a été
remplacée, parce qu’elle donnait un goût amer aux produits laitiers, par de
la vitamine D3 qui est extraite de la peau ou du cerveau de porcs !

Le lactose des produits laitiers stimule l’absorption de calcium par l’intestin,
et ce calcium va durcir la paroi des artères, où se déposent déjà le
cholestérol et las acides gras saturés des aliments d’origine animale.

En plus de tous le problèmes décrits, le lait présente une vraie poubelle
puisque la vache concentre tous les pesticides, herbicides et poisons qui
sont contenus dans l’herbe ou les granulés qu’elle mange.
Viande et lait : des aliments dangereux pour votre santé – Dr Christian Tal
Schaller

 

<http://elixirdeletre.jimdo.com/articles/le-lait-un-poison/>
 

Jean Frei
on Sep. 7 2011
Je n'ai pas tout lu mais je témoigne. Je suis fromager paysan bio. J'ai 5 vache en lait qui ne mange que de l'herbe. Je fait mon fromage, mon beurre...

L'élevage permet de revaloriser des prairies en pente difficilement cultivable à notre époque. Bien-sur trop de produit laitiers sans exercice physique est préjudiciable. Dans mon, cas et vue le travail qu'il y a à la ferme, je suis bien contant d'avoir des produits laitiers à me mettre sous la dent.

Mais je me remet en question. Je suis à la recherche d'une plus grande harmonie avec la nature et donc les animaux. Je m'intéresse de plus en plus à la permaculture et pense changer d'activité prochainement.

Soazig CASTERET
on Apr. 27 2011
je n'était pas au courant que le lait présenter une telle toxicité. Rien que dans ma famille il y a plusieurs menbres qui présentent des allergies alimentaires (gluten et lait de vache justement).Mais avec ce qui nous est proposé faire un régime est difficile.Comment s'y retrouvée dans tout ça ?Si les études du Dr Cohen sont exactes alors nous atteignons le summun de l'aberration.
Chéri-BIBI
on Feb. 28 2011
Bonjour,

Quelques lignes pour entraîner à la réflexion les internautes dotés du plus élémentaire bon sens.

le lait est donné de la mère à son petit, de la mamelle à la bouche; Il n'est donc pas sensé se conserver tel quel, ni absorber de la lumière ou de la chaleur. Le transformer en yoghourt ou en fromage est un biais "alchimique" qui peut être acceptable pour les adultes, sous certaines conditions que je survole ci après.

Sous sa forme commerciale, le lait passé à Ultra Haute Température (210°C) est un poison corrodeur du foie, et une catastrophe pour les tout petits.

Pour une mère qui ne peut nourrir, il est plus sage de donner des bouillons de légumes (pas n'importe lesquels)à un enfant que de s'obstiner à lui faire ingérer du lait de vache, même micronisé; Je renvoie les sceptiques, à Mr André Simoneton et à son livre, qui est un vivant exemple de cette constatation. Ne pas chercher plus loin les causes de diarrhées vertes et autres amusettes.

Bien que le lait pasteurisé (80°C)soit moins toxique, il faut bien réaliser que nous sommes face à un aliment non destiné aux adultes.

Sur un plan plus ésotérique, il apparait que les trois animaux les plus pourvoyeurs donnent un sous produit qui n'a pas la même action.

Le lait de vache et tous ses dérivés a une action plus particulière sur le "hara" ou centre du ventre. Les produits issus de la chèvre agissent plutot sur le plexus gastrique, dit "solaire" et ceux de la brebis sur le plexus cardiaque. Ces affirmations résultent d'observations menées par des méthodes "parallèles" non reconnues par la science cartésienne, sur lesquelles il est inutile d'ergoter, il faut seulement le savoir.

Il suffit de d'assimiler le fait que, dès absorption, les principes éthériques transmis dans les produits laitiers et fixés dans le fromage par des gens qui savaient ce qu'ils faisaient, vont avoir pour action, d'insuffler une plus grande capacité d'"incarnation" dans le corps physique et notamment dans la tête ; donc un regain d'intéret des produits laitiers pour énormément de monde en période hivernale. A recommander aux profils psychologiques qui tendent à "planer" ou à déconnecter facilement du réel.

La contrepartie de cette action stabilisatrice, doit être clairement perçue dans l'esprit de chacun: Puisque les produits laitiers auront la capacité d'ancrer les énergies à l'intérieur du corps, ils peuvent se révéler très néfastes dans la mesure où nous avons affaire à des organismes intoxiqués, qu'il s'agisse d'intoxication par des antibiotiques, par des métaux lourds ou par une simple constipation, le principe reste le même.

Pour de débarasser d'un enfermement des toxines par excès de produits laitiers, il ne reste plus qu'à absorber des produits qui expulsent les toxines hors du corps et qui sont des antagonistes des produits laitiers. j'en cite deux, connus de tous: La fraise et le jus frais d'oranges pressées. la première est un détoxinant léger,qui provoque parfois des éruptions salutaires au niveau de la peau (il n'y a pas d'"allergie" à la fraise, mais expulsion de toxines par celle ci). Le deuxième expulseur de toxines est un peu plus violent, et possède un effet nettoyant certain, en fonction de la dose. Il ne s'agit pas de manger une orange en guise de dessert, mais d'en boire un demi litre pressé par vous même, dans les minutes qui suivent la confection. L'antagonisme des deux produits , dérivés du lait et jus d'orange peut aisément se constater par une petite expérience personnelle En absorbant yaourts et fromages, puis, quelques heures après une dizaine d'oranges pressées, chacun constatera que la bataille est déclarée et que l'issue est toujours en faveur de l'agrume puisque les dérivés laitiers sont souvent rapidement évacués en bloc par les voies naturelles. Je confirme, en rappelant qu'il est d'usage d'atténuer l'effet détoxinant de la fraise en y ajoutant un peu de crème Chantilly.

j'ajouterai,que si le fromage est un aliment de soutien pour des adultes, le lait en tant que tel, reste un aliment d'enfant en bas âge, et j'invite les personnes qui sont grandes consommatrices de lait à s'interroger sur leur propre niveau de sevrage psychologique envers la maman (sans aucune boutade)

Loin des polémiques de quartier, j'espère avoir contribué à éclairer quelques mères de famille sur le bon usage des produits laitiers.

Se rappeler que la cuisson, qui est une pré-digestion, à pour vertu principale de faire pénétrer les principes actifs de l'aliment, plus profondément dans l'organisme, ce qui dans le cas du lait, déjà pourvu de cette capacité, induit un programme cellulaire d'emprisonnement des énergies, tout à fait indésirable pour la majorité des consomateurs.

de COMBREDET Jean
on Dec. 27 2010
Je crois qu'il faut d'abord comprendre une chose :si la nature met à notre disposition des chèvres et des vaches,qui produisent ostensiblement du lait, c'est qu'elles ont une utilité autre qu'être tuées pour leur viande ...mais cette viande reste comestible.Tout est une question d'excés et de moeurs! On peut certes imaginer une société où toute vache & chèvre passerait de vie à trépas naturellement,mais il ne faut pas non plus décréter que dans le désordre d'une planète où les humains se dévorent entre eux comme les animaux ,il est absolument préjudiciable au plan santé & respect de l'autre de déguster un méchoui.Pourquoi ? Tout simplement parce que ce monde de combat sollicite trop nos thyroïdes et surrénales( donc avec repercussion sur tout l'organisme et son psychique ) & que d'autre part il faut rester intégré au monde ambiant :nous devons être en mesure de manger exceptionnellement ( ou modérément ) de ces viandes sans faire la moue morale ou physique & en en appréciant le goût sans volupté déplacée. Si nous demeurons un peu carnivore ,il faut aussi l'assumer & tendre vers le moins carnivore ,tout en restant lucide vis à vis de nous-même & de notre évolution....& des problèmes qu'elles nous pose.

En fait nous devons sentir ce à quoi nous devons nous adapter au delà de la peur et de la colère.ET si un jour nous sommes perdus au milieu du Kalahari ,il nous faudra choisir entre deux solutions :survivre uniquement d'eau...rare évidemment ou confectionner un arc et des flèches,une sagaie ,un lacet ou un poignard (encore que le Kalahari est loin d'être le pire désert ,mais il est un des plus vastes avec le Sahara où ,en ce dernier , il n'y a même plus de possibilité de chasser d'autre chose que les lézards , sauterelles & doux fenech .OR dans nos sociétés celui qui n'a jamais chassé aura moins de chance que les autres de survivre .En fait la nature n'est ni bonne ,ni mauvaise :elle est neutre & nous demande de rester neutre & de ne pas nous passionner pour la densité & ses apparences mais de nous ADAPTER ! Et cela dépend souvent de notre contexte d'éducation: "tu ne jugeras pas " !

Il ne faut jamais être présomptueux et dire "je suis capable de vivre sans manger et de me nourrir de soleil & d'eau " !La nature nous le fera vite comprendre ,que ce soit au milieu du Kalahari ou dans notre intégration sociale au milieu de mangeurs de viande qu'il vaudra mieux ne pas contrarier...pour x raisons ,pas forcément opportunistes.LA VIE EST UNE QUESTION de PRIORITE ! Il n'y a ni à rire de bonheur ( au non d'un positivisme de Grands Ignorants qui ne fait qu'attiser l'ignorance d'autrui ) ,ni à pleurer de désespoir :les deux sont stupides ,quoique le dernier puisse mieux se comprendre.Il y a à écouter & rester neutre ,car nous sommes sur une planète ayant récupéré de très graves et profonds problèmes occultes millénaires .Il faut donc se mettre en résonance avec la Source ,tout en restant adaptés aux groupes sociaux "Tu rendras à César ce qui est à César " .

Pour en revenir au lait & à sa valeur alimentaire ,nous y avons répondu .Il est évident que si vous vivez au milieu d'un élevage & que vous puissiez en utiliser le lait d'une façon ou d'une autre pour vous ( en cuisine par exemple ) ...il serait insensé de ne pas le faire de façon modeste.( mais nous l'avions signalé dans la réponse précédente ). L'enfant va t il refuser le lait de sa mère parce qu'il est lui aussi empoisonné ? Non car c'est SA mère ,parce qu'il est lié intrinséquement à elle & que le psychosomatique fera le reste ainsi que les défenses de l'organisme.Bien sûr,pour le cas de mères aux moeurs complétement pourries & sidaïques ou gravement droguées ...la question se posera peut-être parfois d'une autre façon... mais ce sont des cas bien particuliers à résoudre de façon individuelle..;voire de micro groupes sociaux avec de si profonds traumatismes psychosomatiques que l'on entre dans l'insondable ! Il ya donc bien un lien entre la qualité relationnelle et la qualité alimentaire .A vous de la faire évoluer & sinon de vous y adapter avec bon sens....au fur à mesure que vous prenez conscience des paramètres en jeu et de leur relativité. Il y a la vérité fondamentale et la relativité des contextes qui interférent en permanence....& s'y ajoute les destins de chacun ou influences bonnes & mauvaises qu'il subit & viennent de x facteurs inconscients ...voire dont il ne pourra intercepter la résonance invisible...souvent avant longtemps .Il ne suffit pas de dire "JE VEUX " pour pouvoir ...ce qui en plus engendre souvent des effets boomerang,certains redoutables! Il faut une motivation & évolution constante ( et non obstinée !) sur le long terme,en sachant encaisser les retours de flamme ! La vie est comme la médecine :une école de patience où le patient doit -être patient & ne pas prendre le soin des effets pour le soin des causes,grâce à quelques comprimés ou infiltrations synthétiques.( parfois utiles en urgence !).Mais là encore il y a des exceptions et des mutations psychosomatiques inconscientes dans le soin des effets ..;qui faussent les statistiques ...même si elles sont excessivement minoritaires .On le voit par exemple dans le nombre de femmes qui n'arrivant à démonter leur blocages doivent finalement se faire enlever ovaires et utérus, pour se sentir libérées inconsciemment d'une non acceptation de ce qu'elles croient( pour certaines ) avoir accepté & vont mieux après . D'autres réussiront le démontage & prendront de cours le monde officiel,blocant d'un coup une évolution maligne , en s'aidant du bio.Il en est différemment des autres organes où les conséquences sont moins anodines.

Prenons,sous un autre angle, le cas des caries dentaires dont tout le monde vous dit qu'elles viennent du sucre raffiné & que ce sont les résidus d'aliments stockés entre les dents qui agissent .

a) contrairement à ce que racontent 99% des universités ,ce sont JUSTEMENT les dents qui sont le plus souvent habitées par des résidus d'aliments qui se détériorent le moins selon des statistiques mondiales établies sur plusieurs dizaines d'années...mais aussi troublants constats faits par certains d'entre nous sur des patients .Bizarre concordance mais qui s'explique par le fait que les dents entourées régulièrement de résidus naturels ou quasi, renforcent leur électromaganétisme ( indépendamment des problémes psychosomatiques de la personne ). Ceci dit il vaut certes mieux prendre du sucre complet que du sucre raffiné- ne serait-ce que par adéquation électromagnétique - qui est passé par un traitement chimique n fois plus puissant que le D-STOP débouchant les éviers et parfois ...pourfendant certaines canalisations en plastique.Se méfier du faux sucre roux qui n'est que du sucre raffiné recoloré. *(cf :PS)

b) il y a des myriades de gens qui mangent du sucre raffiné- dont certains dépassent les 500 g par jour !- qui n'ont pas de caries dentaires avant 50 ans...ou 70 et d'autres qui n'ont pas mangé de sucre - car ils n'en ont guère eu le temps -qui ont des débuts de caries dés l'âge de deux ans( mais n'ont pas d'autres types d'anémies & même une belle ossature ) .ET au milieu une masse de personnes dont le taux de caries n'a strictement RIEN à VOIR avec le fait de manger bio ou pas :on peut tourner les statistiques en tous sens & ce qu'il ressort est que c'est en fait sans constante réelle.Par contre si l'on s'intéresse aux stress psychosomatiques réels des gens associé à leurs points physiologiques forts et faibles de base ... des constantes apparaissent . Mais il est alors étrange de constater que ces statistiques sont TOTALEMENT absentes des académies officielles & sont le fruit d'un long travail de chercheurs regroupés en petits groupes et réputés sérieux ( dont certains ne manquent pas de diplômes les plus officiels !) & les gardent donc cachées ,faisant passer l'info verbalement..car les menaces qu'ils ont reçues ont souvent été semi-silencieuses mais parfois avec de redoutables effets concrets. Nous le répétons:,il vaut donc mieux favoriser le naturel conforme avec notre forme informante car plus adapté à nos fréquences électromagnétiques & donc également à l'ouverture de notre champ de conscience, mais ce n'est pas l'unique discriminant. Nous voyons donc déjà là la différence entre se brosser les dents avec un liquide ou une pâte un peu salée ,sans plus pour favoriser les renouvellement de leur électromagnétisme & une pâte dentifrice élaborée,ainsi que l'importance de l'empreinte psychosomatique. C'est d'ailleurs pareil pour le choix entre les shampoings( même bio ) et le savon de Marseille ou d'Alep.

IL ya donc bien toujours une vérité fondamentale et la relativité d'un contexte psychosomatique ( qui comprend le conscient mais aussi l'inconscient !) et social.Mais depuis le XIX° siècle ,l'industrialisation & les artefacts ont pris tant de place dans le but conscient d'altérer le naturel de cette planète, qu'il est devenu nécessaire de le souligner au même titre que quelle que soit votre force psychosomatique, il ne vaut mieux pas avaler de mercure ou se doper à l'héroïne ...ou essayer de digérer une boule de feu !

Espérant que ces précisions qui vont au-delà du lait au même titre que le post-scriptum,vous permettront d'appréhender la subtilité de la fréquence en laquelle il est préférable de s'inscrire...pour échapper aux dogmes faussement doctes.


*PS :A l'heure actuelle ,nous avons certains echos de praticiens -rares mais ayant une certaine écoute publique - qui font valoir que la vitamine C pure ou le sucre de canne complet seraient trop riches en potassium, majorant les phénoménes inflammatoires latents & donc également l'obésité ...;allant jusqu'à inciter à un retour au sucre blanc au moins en partie.Ces gens ne sont non seulement pas des hommes de laboratoires mais que des spéculateurs intellectuels qui s'égarent, dans une habitude de raisonnement universitaire sclérosé.Je ne parle pas là des intoxicateurs au service de la cause officielle .Aprés discussion avec des hommes et femmes de laboratoires ,il s'avère que de telles extrapolations ne tiennent pas .Pire ! l'un préconise le mélange d'une naturelle et d'une synthétique :pure spéculation sans valeur pour des chercheurs titrés d'universités - mais revenus à la nature discrétement - qui pensent comme nous qu'il y ait quelques chances que la synthétique détruise les bons effets de la naturelle .Nous avons noté que la mélangée semblait plus dessicante au bout de quelques prises (elle sent d'ailleurs la potion pharmaceutique de synthése de grands laboratoires au goût ).D'autre part ,nous avons vérifié les effets inverses à ces soi-disantes inflammation sous forme d'obésité , auprès de patients sur un long cour .Cela ne vient donc pas du potassium.Les questions liées au potasssium s'inscrivent dans une dimension beaucoup plus vaste qu'un simple décorticage sectoriel de la physiologie. Ce sont ces mêmes gens qui vont nous vanter l'effet du Coca-Cola en nous en donnant tous les constituants ...sauf ceux qui ont toujours été secrets & sont des stimulants subtilement mêlés aux produits connus de façon à être indétectables par la multiplicité ,qu'ils omettent ...sans parler de l'aspect gazeux qui épuise l'estomac & des pesticides non mélangés accidentellement .De plus Coca-Cola travaille depuis le départ à la destruction de la lucidité des masses & est payé POUR CELA ! Il n'y a qu'à voir son incroyable persistance au travers des siècles ,sous quasi la même forme.Il est de plus lié aux financiers d'Hollywood qui vous disent Hello avec le sourire du loup en vous disant que c'est de la chlorophylle !

Face à toutes ces informations ,ne pas trop se poser de questions & trancher par l'instinctothérapie :si vous avez envie transitoirement de saucisses et de frites ou si vous sentez que le Coca-Cola peut vous faire du bien...consommez en le temps d'un ou de quelques coup de vents..mais sans plus ! Cela aura pu provoquer au sein de l'organisme une pulsion réactive salvatrice par catalyse adaptée à un moment ,contexte et lieu donné.( expérience que j'ai réalisée une fois ou deux à titre personnel,mais en sentant bien qu'elle devait en rester là )
.

Ne pas donc prendre l'arbre pour la forêt & ne pas confondre les fréquences d'une drogue pernicieuse avec celles de la nature adaptée à l'humain.
Serge Bardoux
on Dec. 24 2010
La consommation de lait animal me semble souvent la source de propos excessifs dans un sens comme dans l'autre. Il y a tant de paramètres à l'origine des maladies et cancers que cet article me semble donner trop d'importance au lait par rapport à tout le reste. Sur le fond je partage en partie ce qui a été exprimé dans l'article et les commentaires mais avec des nuances qui ne me semblent pas négligeables. Nuances que j'ai trouvées dans les commentaires de Jean de Combredet. Je précise que je n'ai aucune certitude à ce sujet mais des ressentis en liens avec mon vécu. Je précise aussi que je lis avec beaucoup d'interet vos écrits Jacqueline Bousquet et Jean de Combredet et j'en profite pour vous remercier de nous faire partager vos connaissances et reflexions.

Nous (ma compagne, nos enfants et moi) avons fait le choix d'une vie qui tend vers une autonomie alimentaire, nous vivons en moyenne montagne, avec autour de la maison, des parcours et bois où nos animaux paturent pendant 6 à 7 mois (ils sont le plus souvent à l'étable le reste de l'année du fait de la neige et du froid). Les terrains sont trop en pente pour être mécanisés ce qui les a relativement préservés du modernisme agricole. C'est un lieu favorable à l'élevage, sans apports extérieurs. En prenant la responsabilité d'accueillir la vie d'animaux domestiques sur ces terrains nous avons conscience de participer au devenir des paysages et aux vibrations de ce lieu. Je donne ces précisons parce que notre alimentation est fortement influencée par notre lieu de vie. Les animaux, comme nous, se nourrissent de ce que la nature nous offre ou nous permet de cultiver localement.

Nous avons des chèvres, brebis et 3 vaches, dont une que je traie pour le lait que nous consommons ainsi qu'un peu de lait de chèvres. Je pense depuis bien longtemps que la grande majorité du lait et des produits laitiers qu'on trouve dans le commerce sont des aliments de mauvaises qualités et sont à déconseiller. Je ne donnais pas de lait à mes enfants avant d'avoir le lait de notre vache et nous consommons que peu de lait non transformé.

La mauvaise qualité des aliments du commerce ne concerne pas que le lait et les produits laitiers mais si l'on fait une espèce d'échelle de valeurs moyennes alimentaires des aliments du commerce, il y aura, à mon sens, des choix plus interessants que le lait et produits laitiers.

Ceci dit, qu'en est-il de la valeur alimentaire du lait de notre vache? Qu'en est-il de la relation entre l'homme et les animaux domestiques? et plus particulièrement la vache? Je veux dire que l'humanité a peut-être une relation privilégiée à retrouver avec cet animal. Y a t'il un lien entre la qualité alimentaire et la qualité relationnelle? Si oui, n'est-il pas cohérent de distinguer le lait d'une vache qui vit dans des conditions satisfaisantes (matérielles et relationnelles) du lait d'une vache d'un élevage industriel?

Rejeter le lait et les produits laitiers sans distinction, du fait d'excès de consommation ou de conditions d'élevage irrespectueuses de l'animal et des humains, me semble nuire à notre compréhension du monde vivant et au message de mise en garde vis à vis du lait et produits laitiers.

de COMBREDET Jean
on Dec. 11 2010
Madame MF ROUSSEL,

J'ai essayé d'être aussi clair que possible en donnant un fil conducteur fiable pour tous car fondé sur des constantes ,mais:

a) si je suis aussi bio-énergéticien & naturothérapeuthe ,je n'en demeure pas moins qu'un praticien toutes catégories confondues.

b) tant que l'on ne travaille pas dans le secteur du lait & dans certains groupes particuliers- soit un tout petit nombre d'individus au niveau d'un pays ou continent & qui ne publient jamais en général,d'autant que leur communication doit respecter certains critères dits et non dits !- chercheurs officiels y compris , on ne sait que ce que l'on veut bien vous dire ( contrairement à ce que beaucoup font croire !).Aussi nous nous gardons d'extrapoler à partir de nos connaissances ,d'autant que dans le monde professionnel ,la désinformation est aussi puissante que par les médias.

c) le lait n'est pas mon domaine de recherche privilégié & l'ouvrage recommandé par la créatrice du site vous en dira plus que votre serviteur ( même s'il faut là aussi lire entre les lignes ,pour les raisons que j'ai exprimé !)

CONCLUSION :

IL est effectif que le lait de chèvre ou de brebis a moins mauvaise réputation que le lait de vache ,aux motifs que vous exprimez & quelques autres ...mais il est aussi connu que cette réputation est également en partie usurpée.( j'ai même entendus certains affirmer qu'il était pire pour x raisons !).Constatons que le lait de chèvre est encore plus riche en caséïne et albumine que le lait de vache. C'est le lait d'ânesse ,rare & difficile à obtenir, qui est le moins éloigné du lait de femme .Toutes ces considérations doivent être prises avec précaution à cause de toutes les interférences dont nous avons déjà parlé. Même un chercheur de haut niveau en ces domaines - & sincère !- peut être pris en défaut .

Tout ceci est d'autant plus vrai , que le lait maternel est lui-même pollué- et que la mère déstocke énormément de contaminants par le lait -au point qu'il faut limiter la consommation de produits laitiers car leurs graisses concentrent les polluants lipo-solubles :les chèvres ou brebis des hauts alpages n'y échappent évidemment pas & là aussi les sols sont trop secs & appauvris ( quasi disparition des vers de terre)...ce qui ,je le répéte ne vous empêche pas de consommer modérément de ces produits laitiers ,nos organismes ayant- je le répéte - une énorme capacité de se désempoisonner.

Vous souhaitant bonne recept du présent ,nous vous avons donné d'importantes alternatives en notre précédente réponse .Ajoutons y :ne pas oublier de nous débarasser de plus de métaux lourds posssibles ,car ils jouent énormément sur l'électromagnétisme de l'organisme,donc sa polarisation dans le bon sens .Tout cela ne doit cependant pas tourner à l'obnubilation pas plus qu'à l'insouciance .

PS :les tabloïdes annoncent 3,10 de lactose pour le lait de Chèvre dont 7 pour la femme & 4,10 pour la vache...mais je répéte aussi ...qu'il ne faut jamais raisonner de façon aussi morcellée .D'ailleurs l'hydrolyse enzymatique du lactose ne se fait pas chez certains dés l'enfance :ils n'aiment pas le lait!.Il en est de même pour la notion de poids.( quantité & qualité demeurent 2 choses différentes même si l'une agit sur l'autre !L'image du recto n'est jamais celle du verso en ces dimensions )

de COMBREDET Jean
on Dec. 7 2010
Le lait est comme la politique :on a crée tant d'analyses et d'opinions dessus que plus personne ne peut plus faire la part du bon et du mauvais .Comme pour la politique on y réfléchit donc plus et lorsque l'on y réfléchit ,on y réfléchit mal.C'est l'objectif mondial de création du chaos!.Par conséquent :

1)il est effectif que rien ne vaut ,en 99% des cas ,le lait de la mère ( du producteur au consommateur )

2) il est évident que le lait de vache ou autre de notre consommation courante est devenu un poison industriel

3)l'adulte ne sécréte pas le lab-ferment (enzyme ) qui lui permettrait de digérer le lait

QU'EST-ce QUE le LAIT ?

le lait est d'abord l'aliment du nourisson ,humain en ce qui nous concerne ( protides ,lipides ,glucides ,vitamines ).Notre lait maternel est adapté aux conditions d'épuration rénale et hépatique du nourrisson .Il contient de plus des immunoglobulines A protégeant des infections avec l''enzyme bactéricide lysozyme trouvable aussi dans les larmes . Nous voyons donc les catastrophes qu'engendrent déjà les fécondations artificielles ,même si cela ne se voit pas forcément de l'extérieur.

Elles portent en elle des germes profonds de déséquilibre qui se manifesteront soit au plan psychosomatique ,soit au plan physiologique , soit les deux,tôt ou tard & que l'on mettra sur le compte d'un état général sans en déceler le véritable fondement. Cela influencera en un silence de plomb tout le comportement d'une certaine jeunesse .Dilué dans le reste ,cette cause sera ignorée ,comme les conséquences des abandons d'enfants ou de parents divorcés de plus en plus passés en pertes et profits.

D'un autre côté ,le lait de vache est trop fort pour l'humain :sa composition correspond aux besoins d'un nourrisson de masse supérieure qui double 4 fois son poids plus vite que le nôtre .De plus tel le précise l'article, le lait de vache est gravement empoisonné dont la caséïne coagulable à chaud ( Or si les humains souffrent souvent d'un froid général ,de nombreuses maladies sont néammoins des maladies de chaleur - parfois locales - qui n'ont pas besoin d'une caséïne trop coagulable).Le lactose donne l'acide lactique & le lait de vache est riche en sels minéraux :8gr de Ca++ & 1gr de Phosphore

Chez l'adulte la digestion de ce lait sera donc lente ,plus encore s'il est coupé de cacao,de café...etc...

QU'EST-CE QUE le LAB-FERMENT ?

Une enzyme coagulant l'albumine faite de C-H-O-N plus un peu de souffre

QU'EST-CE QUE l'ALBUMINE ?

L'albumine est une protéïne ( brique de l'organisme ) principale du sang ( 55%) , soluble dans l'eau & qui attire l'eau dans les vaisseaux sanguins( ce qui souligne son rapport avec l'hydratation ) .Elle est produite chez les mammifères ,par le Foie ,bouclier de l'organisme .

Elle régularise l'acidité du sang ,car elle a un rôle tampon dans l'oxydo-réduction avec le catalyseur azote

Elle est aussi une réserve de secours d'acides aminés ( plus de 550 ) & peut -être utilisée comme substitut du plasma en cas d'hypovolémie ( déficience plasmatique atteignant le coeur et avec pâleur )

L'albumine coagule à 71° & dans l'alcool ( attention l'alcoolisme !).

QU'EN RESULTE T IL ?

L'albumine permettant le transport de nombreuses substances dans le sang ,va mal le faire en ce qui concerne le lait chez l'adulte ne sécrétant plus le lab-ferment & en particulier le lait de vache, soit trop lourd énergétiquement pour lui ,soit totalement carencé par les traitements industriels et l'empoisonnement des vaches.S'ajoute à la déstructuration d'une albumine saine ,la déshydratation globale de nos populations qu'elles ignorent & croient souvent à tort compenser par des infusions.Les floculations et donc les destructions de polarisations idoines sont donc engendrées.

Or qu'est-ce qui maintient la pression osmotique,donc la vie de la vibration, sinon l'eau et l'albumine? ( ne parlons même pas de la silice ,car nous pourrions refaire alors tout un cours de médecine ,en passant de surcroît par les champs morphogénétiques !)

Les carences en albumine sont bien plus graves que ce que voient les laboratoires car elles sont en l'aspect invisible des polarisations électromagnétiques .Or l'albumine transporte les hormones thyroïdiennes ( importance vitale de l'isthme du cou permettant le lien entre le physiologique et le psychosomatique,donc déterminant au plan énergétique !),les hormones liposolubles ,les acides gras libres ,une part de bilirubine & le tryptophane .De plus elle fait lien avec les ions Ca++

Cette albuminémie liée à la consommation de lait de bétail-entre autre!- aggrave donc la déficience plasmatique liée à une hydratation insuffisante & va donc favoriser tous les phénomènes rhumatologiques ,mais aussi le diabéte ,le cholestérol ainsi que le durcissement des artères ( voire l'épaississement du sang...ou sa déssication ) .Il faut donc penser à la mer & au sérum de Quinton pour faire du sang...de façon plus sûre que par la betterave,également utile avec d'autres éléments.

Toutefois ,on ne peut supprimer les produits laitiers au sens large ( dont les fromages..en nos sociétés aux nutriments très stéréotypés , l'habitude étant une seconde nature :pourquoi se priver d'un fromage de chèvre des hauts alpages ? ) ,car ce sont des produits tampons de l'oxydo-réduction & aussi des produits de protection contre l'acidité excessive.Ils soutiennent l'action de l'albumine au plan énergétique donc de polarisation électromagnétique dans le bon sens .Quelle que soit l'excellence des fruits secs et des céréals ,ils ne suffisent pas dans nos sociétés beaucoup trop déshydratées .Il va donc falloir user de laits végétaux ( même si l'industrie les chargent parfois en oestrogènes ou autres ). Le lait d'amande par exemple pour les lipides ...etc..& autres lait de riz ,de noisettes ....dont nombreux peuvent se faire le plus simplement du monde à domicile.

Il sera facile aussi de soutenir l'organisme par le germe de blé pour les 20 principaux acides aminés indispensables à la vie.Bien entendu il faudra ne pas lésiner sur la vitamine C et penser aux carottes et à leur jus pour la vitamine A ..etc..puisqu'il n'est pas question ici de faire un cours de nutrition ,reprenant tout dont les vitamines.Ce qu'il faut comprendre est ce qu'est l'albumine et comment éviter sa carence au plan électromagnétique ...dont le classique céréal à un repas et légume vert à l'autre .

Au passage j'attire l'attention au fait de ne pas faire de fixation sur les omégas 3 ,car ce qu'ignore la plupart des professionnels est que nombre de personnes sont en saturation d'omega 3( il a été certifié qu'il y en a partout !)..cette mode qui a pris en 6 mois ...donc louche dés le départ !

Se souvenir également que le miel facilite la fixation du Ca++ et du magnésium & que la gelée royale est la plaque tournante du catabolisme des graisses ,des glucides et des acides aminés .

Le lait est donc bien comme la politique : un poison dont on peut encore moins déceler tous les tenants et les aboutissants ,car:

a) trop d'éléments ont été trop complexifiés& étudiés de façon séparées ,selon les chapelles...& les intérêts cachés de gros laboratoires .Certains auteurs ,non seulement ne sont pas chercheurs et s'ils le sont n'ont pas pu vérifier concrétement l'ensemble de la question ..;mais se sont permis d'extrapoler ...parfois en bien ,parfois en faisant des erreurs.

b) la part de psychosomatisation ,(qui plus par rapport à la mère ) est totalement sous-estimée.
> Il faut donc demeurer très circonspect avec toutes les analyses dites scientifiques d'ou qu'elles viennent ,car elles sont dans l'impossibilité absolue d'embrasser la question en son ensemble ...même le bio étant pollué & les sols carencés .Elles sont contraintes même avec la meilleure volonté de faire du spécifique où il faudrait avoir une vue d'ensemble,masquée par un fog londonien aussi opaque que la perfide Albion.Ce qui n'empêche absolument pas de les lire...bien au contraire...mais permet d'en extraire la véritable substantifique moelle de façon plus synthétique .

Se souvenir que par une véritable hydratation quotidienne profonde on renouvelle systématiquement l'électromagnétisme du corps.Par exemple l'excés de cholestérol lié à une question d'albumine peut être éliminé par une hydratation conséquente !

Ne jamais oublier non plus que l'organisme est constitué pour venir systématiquement à bout de forts empoisonnements ( même les livres saints le disent ! " je vous donne pouvoir sur tout ce qui vous entoure ..." ) & qu'il suffit de l'y aider physiologiquement & psychiquement, car les prédateurs ne cesseront JAMAIS de tenter de faire muter la nature vers l'artifice.N'ont ils pas déjà récupéré une bonne partie du bio et répandu les OGM sur toute la planète ?

Mais il y aura toujours des laits végétaux qu'ils ne pourront atteindre ,car ils faudraient qu'ils portent atteinte à toute l'assimiltaion chlorophyllienne qui va chercher sa source très loin dans le ciel & branchée sur les vents solaires .OGM ou autre ...contre cela ,ils ne pourront JAMAIS RIEN ..pas plus qu'ils n'ont pu tuer la mer en la saturant de bouts de plastiques ! Ils ont banni la silice de ses plantes phares ..mais elle demeure partout autour de nous & il n'y a qu'à plonger ses mains dans le sable mouillé avec patience pour soigner le psoriasis du routard qui n'a pas de sous en poches ! Ils enferment l'humanité dans les artefacts... mais il n'y a qu'à laisser au vestiaires leurs casques ,cordes & combinaisons en plastiques de murs d'escalades bidons & marcher sur la route en gravissant la montagne , pour faire le sport le plus complet qui soit & entretient TOUS les éléments du corps en oxygénant l'esprit ..

Cela nous obligera à nous refamiliariser avec toutes les plantes et seulement celles opportunes au bon moment ...pour faire la nique aux chemtrails et aux satellites & au passage redécouvrir que l'on peut vivre sans le poison ordinateur ou GPS ...sans même être obligé de chasser ,donc de tuer...tout au plus de pêcher ! Ainsi ils resteront dans le monde des bip en se bipant eux-mêmes entre eux par effet boomerang ( au moins vu de loin leurs pantomines nous ferons rire de bon coeur !), quand nous redécouvrirons le monde de la Grâce vivante de la nature et de l'Omnipotence ! OGM ou pas la puissance d'un erable sera toujours reconstituante et reposante ...et les dangers de la nature ,au final ,nous paraîtront insipides ,par rapport au danger que les prédateurs représentent pour l'humanité & la salubrité de sa planète ! Un orage n'est jamais qu'une grosse douche que nous prenons sur la tête & autour le ciel est bleu ! Rien ne m'oblige à rester sur une plage de Lituanie :en la longeant j'arriverai dans la douce Galice ensolleillée ..mais en 60 ou 90 jours j'en aurai vu et appris des choses .. vraies et pas artificielles ...avec une santé qu 'ils nous ont fait perdre ...reconquise ...aussi serein & silencieux qu'un grenadier d'empire de retour de Leipzig ,la fatuité en moins & la bénédiction en plus !

Adieu ,veaux ,vaches cochons contaminés & bonjour la chlorophylle ..avec un" hello" à Hollywood .!OGM?? ,connais pas !..le vent ,la marche ,la glaise ,la mer ,le soleil les ont désintégrés & l'eau les a lavé par la puissance de leur électromagnétisme ...loin des cités mortiféres & des élevages concentrationnaires ou nauséabonds enfarinés de stupidité !
Marie France Roussel - on Dec. 10 2010
De COMBREDET Jean :

Suite à votre article sur les produits laitiers de vache, pouvez-vous me dire ce qu'il en est pour les fromages et laits de chèvre et de brebis ? la nocivité serait-elle moindre car ces animaux ont un poids qui se rapproche plus de celui de l'humain en général ? (et leur lactation un peu moins "boostée" ?). Le lait de chèvre ne contiendrait pas ou peu de lactose, qu'en est-il ? Merci de vos éclaircissements.

- Dec 10
Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
Forum »