Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Communiqués «  

La musique qui soulage

DOULEUR CHRONIQUE Un espoir pour ceux qui souffrent. Selon l'expérience menée par des chercheurs genevois, les mélodies procurant des émotions positives augmentent de 20% notre seuil de tolérance à la douleur


La musique adoucit les moeurs, c'est bien connu. Mais elle pourrait aussi aider à supporter la douleur. C'est en tout cas ce qu'ont tenté de mesurer des chercheurs genevois. La jambe soumise à une impulsion électrique, les mains placées sur une plaque chauffante ou plongées dans de l'eau glacée, vingt volontaires en bonne santé ont été soumis à différents tests de résistance à la souffrance. Résultat: avec de la musique sur les oreilles, le seuil de tolérance augmente de 20%. Un espoir pour les gens souffrant de douleur chronique.

«La musique n'atténue pas vraiment la douleur, mais permet de la tolérer plus longtemps», précise Valérie Piguet. Docteur au centre multidisciplinaire de la douleur, à Genève, elle a travaillé en collaboration avec le professeur Marcel Zentner, adjoint à la section de psychologie et spécialiste de la relation entre musique et émotions.

Concrètement, les cobayes - sans éducation musicale particulière - ont dû choisir chacun un extrait parmi trois morceaux de musique classique (Bach, Mozart et Bizet). «Un passage leur procurant de la joie», relève Valérie Piguet. Soumis aux mêmes tests en silence ou avec un morceau dissonant évoquant au contraire une sensation désagréable, les volontaires ont tous montré une résistance moindre à la douleur.

«Il faut encore déterminer dans quelle mesure la musique joue un rôle de diversion ou si l'émotion qu'elle procure élève réellement le seuil de tolérance à la douleur. Mais ces premiers résultats sont très intéressants et nous allons continuer les expériences», assure Valérie Piguet. Car tout est bon pour venir en aide aux patients qui souffrent. «La musique ne va pas remplacer une médication ou une opération, mais c'est un outil supplémentaire qui peut permettre de développer de nouvelles stratégies personnalisées, précise le médecin. Le patient pourrait gérer lui-même sa douleur, par exemple s'il sait qu'il va souffrir particulièrement du dos lors d'un trajet en voiture ou des mains en faisant la vaisselle.»
Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
See also