Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Communiqués «  

La médecine nouvelle du Dr HAMER

Le médecin allemand Ryke Geerd Hamer a mis en évidence le mécanisme de choc conflictuel qui sous tend le développement du cancer mais sa théorie et l’efficacité de ses traitements ont provoqué les foudres des tribunaux allemands et d’autres Cours européennes.

La thérapie anticancéreuse du docteur Ryke Geerd Hamer (né en 1935) a connu un taux de succès exceptionnel - de loin le plus élevé que je connaisse, toutes méthodes de soin confondues. Lors d'un des procès intenté contre cet homme persécuté à outrance, le procureur de la République (de Wiener Neustadt, en Autriche) a bien été obligé de reconnaître que 6000 des 6500 patients atteints de cancers très avancés étaient encore en vie quatrième à cinq ans après avoir entamé le traitement du Dr. Hamer. Cela représente une réussite pour plus de 90 % des cas — presque l'inverse des résultats auxquels on aurait pu s'attendre avec un traitement conventionnel. En 1978, le Dr. Hamer développa un cancer des testicules peu après que son fils eut reçu une balle fatale et s'est demandé si son cancer était dû au décès de son fils. Toutefois, ce n'est que trois ans plus tard, tandis qu'il travaillait dans un centre hospitalier anticancéreux de l'Université de Munich, que le Dr. Hamer put commencer sérieusement ses recherches sur le cancer. Par la suite, il examina et analysa 15000 cas de cancer et retrouva chaque fois les caractéristiques suivantes, qu'il regroupa sous le terme de loi d'airain du cancer.

La loi d'airain du cancer
1. Tous les cancers et toutes les maladies associées commencent sous la forme d'un DHS - Syndrome de Dirk Hamer (en mémoire de son fils). Il s'agit d'un choc conflictuel grave qui se manifeste simultanément à trois niveaux: psychique, cérébral et organique.
2. Le thème du conflit psychique détermine l'emplacement du foyer, aussi appelé Foyer de Hamer, dans le cerveau ainsi que l'emplacement du cancer dans l'organe.
3. Le déroulement du conflit psychique est en corrélation avec le développement du Foyer de Hamer dans le cerveau et avec l'évolution du cancer dans l'organe.
Au moment du choc conflictuel, il se produit une sorte de court circuit en un point prédéterminé du cerveau. Le phénomène peut être visualisé à l'aide d'un scanner et ressemble aux anneaux concentriques d'une cible de tir ou encore à la surface de l'eau après y avoir jeté une pierre. Plus tard si le conflit se résout, l'image du scanner se modifie tandis que se développe un œdème et, enfin, un tissu cicatriciel.

L'emplacement précis de ces lésions cérébrales peut être découvert grâce à l'exemple suivant. À l'issue d'une conférence, un médecin tendit au Dr. Hamer le scanner cérébral d'un patient et lui demanda de l'expliquer. Le Dr. Hamer diagnostiqua chez ce patient un récent carcinome hémorragique de la vessie en phase de guérison, un ancien cancer de la prostate, un diabète, un ancien cancer du poumon et une paralysie sensorielle dans une zone spécifique, en plus des conflits émotionnels correspondants.

Chose étonnante, le Dr. Hamer a réussi à montrer qu'au moment où la lésion cérébrale concentrique apparaissait, le scanner de l'organe visé pouvait également révéler cette lésion concentrique. Selon lui, cela se produit dès l'instant où le choc psychique frappe le subconscient, instant qui marque le début même du cancer. Toutefois, ce mécanisme peut entraîner d'autres maladies. La gravité de la maladie peut dépendre d'autres facteurs psychologiques, énergétiques et nutritionnels mais sa nature et sa localisation sont déterminés par la teneur du choc conflictuel.

Le Dr. Hamer pense que la corrélation entre les chocs émotionnels clés, les zones cérébrales atteintes et les organes associés n'est que l'adaptation humaine évolutionniste de programmes similaires existant dans le monde animal. Lorsque nous ressentons une douleur émotionnelle imprévue, un programme de réparation d'urgence se met en route - un programme de survie biologique - fin de nous remettre dans notre état normal. Ces programmes peuvent même s'appliquer à la cellule familiale ou à d'autres groupes. Le Dr. Hamer donne l'exemple suivant. Une mère voit son enfant être victime d'un grave accident. En termes d'évolutionnisme, les bébés se rétablissent plus rapidement lorsqu'ils reçoivent un supplément de lait. Par conséquent, le programme de survie biologique de la mère tente de stimuler sa production de lait en augmentant le nombre de cellules mammaires.
 
Si la mère est droitière, cela provoque instantanément l'apparition d'un Foyer de Hamer dans une zone précise de son cerveau droit, lequel est associé au sein gauche. Une fois que l'enfant est rétabli, la résolution du conflit commence et il n'y a plus besoin de lait supplémentaire. La mère développe une forme bénigne de tuberculose dans ce sein, qui détruit ensuite les cellules mammaires excédentaires. Cependant, en l'absence des mycobactéries requises pour cela, la zone peut alors se calcifier et demeurer ainsi sous forme de tumeur dormante.
 
Ce processus s'applique également aux animaux. Une brebis dont l'agneau se fait dévorer par un loup est encline à développer un cancer des tétines. Le côté atteint varie selon que la brebis est droitière ou gauchère. Toutefois, la brebis résout géné ralement ce conflit en mettant au monde un autre agneau.
 
L'exemple qui suit montre que ce mécanisme n'est peut-être à l'origine qu'un réflexe de survie. Supposons qu'un lion chasse une antilope. L'antilope va immédiatement mobiliser toutes ses ressources pour survivre. Le système nerveux sympathique prend le relais et, par ailleurs, un centre cérébral spécifique s'active, stimulant ainsi l'activité pulmonaire. Après avoir réussi à s'échapper, l'animal se repose et le systèmenerveux parasympathique reprend le dessus pendant un moment afin de régulariser les fonctions corporelles.
 
Si, par exemple, on diagnostique un cancer chez une personne, même si ce diagnostic est faux, le même programme biologique sera déclenché par cette même peur de la mort qui a permis à l'animal de s'échapper. Le niveau de stress grimpe en flèche et la connexion cerveau/poumon est activée, mais là il n'y a nulle part où s'enfuir. Jusqu'à ce que le conflit soit résolu, ce qui peut prendre des années, il y aura un stress constant ainsi qu'une stimulation cérébrale de l'activité pulmonaire, qui prend désormais la forme d'une capacité pulmonaire accrue par la division incessante des cellules.
 
Ce processus ne peut être interrompu que par la déconnexion du déclencheur cérébral, laquelle passe par le désamorçage du choc conflictuel initial. Cela survient lorsque le patient subit une intervention chirurgicale ou suit une thérapie naturelle et qu'il est convaincu que cela va le guérir. Toutefois, la même procédure chez un patient qui doute de son efficacité laissera le conflit non résolu et fera progresser la maladie. Grâce au travail du Dr. Hamer, cela n'est plus simplement une hypothèse non corroborée mais bel et bien un fait scientifique vérifiable à tout moment avec un scanner cérébral.
 
La sélection du foyer du conflit se fait par une association inconsciente.
 
Par exemple, un conflit biologique concernant l'eau mais aussi d'autres liquides, tels que le lait ou l'huile, entraîne un cancer du rein. La peur de la mort entraîne un cancer du poumon et le fait d'avaler psychologiquement quelque chose de trop difficile à digérer provoque un cancer de l'estomac ou de l'intestin. À l'origine, dans le monde animal, il s'agissait réellement d'un gros morceau de nourriture mais pour nous il peut s'agir de charges financières excessives ou de toute autre obligation que nous avons contractée et que nous ne pouvons pas honorer. Toutefois, le foyer cible n'est pas déterminé par l'événement lui-même, mais plutôt par la signification psychologique qu'il a pour nous au moment où il survient.
 
Le Dr. Hamer illustre cela avec l'exemple d'une femme qui trouve son mari au lit avec une autre femme. En tant que frustration sexuelle, cela déclenche un cancer de l'utérus. Par contre, si elle perçoit cela comme un conflit avec le partenaire, alors une droitière développera un cancer du sein droit. Si elle éprouve de la peur et de la répugnance, elle souffrira d'hypoglycémie. Avec un manque d'estime de soi, on pourra voir apparaître un cancer de l'os pubien. Si le manque d'estime de soi était dû à un échec au niveau sportif plutôt que sexuel, alors le problème apparaîtrait dans un bras ou une jambe ou peut-être dans les doigts ou l'épaule.
 
D'autres situations typiques pouvant entraîner des conflits biologiques sont les situations de perte: perte d'un être cher, d'un emploi, d'un bien précieux ou d'un territoire.
Le Dr. Hamer pense que la plupart des métastases ou tumeurs secondaires sont provoquées par la peur du cancer ou la peur de la mort résultant du diagnostic de cancer ou d'un pronostic négatif. Cependant, dans ce cas aussi, le choc conflictuel consécutif n'est peut-être-pas la peur de la mort mais plutôt de la colère, du ressentiment ou un conflit de séparation d'avec son partenaire ou ses enfants, ce qui suscite l'apparition de tumeurs à différents endroits. Par ailleurs, un diagnostic de cancer du côlon entraîne fréquemment un cancer du foie à cause de la peur inconsciente de manquer de nourriture.
 
En général, la sensation d'impuissance, le désespoir et l'impression que tout est dénué de sens, engendrent un stress chronique, empêchant de guérir du cancer et d'autres maladies, mais ne sont pas à l'origine de ces maladies. Selon le Dr. Hamer, la véritable cause du cancer et d'autres maladies réside dans un choc traumatique inattendu pour lequel nous ne sommes pas émotionnellement préparés.

LA PHASE DE GUERISON

Le début d'un DHS ou d'une expérience de choc conflictuel est différent des autres conflits que nous connaissons dans notre vie quotidienne. Cela provoque un stress perpétuel entraînant une tendance à avoir les pieds et les mains glacés, à souffrir d'un manque d'appétit, d'une perte de poids et d'insomnies et à s'appesantir sans cesse sur la teneur du conflit en question. Si le conflit ne se résout pas rapidement, ce stress durable entraînera des symptômes spécifiques et le développement d'un cancer ou d'une autre maladie.
Lorsque le conflit est résolu, le patient ne se préoccupe plus de sa teneur, retrouve l'appétit et le sommeil et voit ses pieds et ses mains se réchauffer. Néanmoins, il peut aussi ressentir une certaine faiblesse, de la fatigue et le besoin de se reposer.

Ces effets montrent que le système nerveux parasympathique maîtrise désormais la situation. Cela marque le début de la phase de guérison, laquelle peut s'avérer longue et difficile. Durant la première partie de la phase de guérison, il y a des rétentions d'eau et des inflammations mais la tumeur cesse de grossir. Cela conduit par la suite à une crise de guérison, qu'Hamer appelle une crise épileptique ou épileptiforme parce qu'elle est due à un œdème dans la lésion cérébrale du Foyer de Hamer. Chaque maladie présente des symptômes uniques. Ensuite, le corps commence à expulser l'eau accumulée, le patient reprend peu à peu des forces et les fonctions corporelles redeviennent normales. Désormais le tissu connectif du cerveau, la glide, se met à réparer le Foyer de Hamer.

Certains radiologues conventionnels peuvent interpréter cela comme une tumeur cérébrale fulgurante et traiter le patient en conséquence.
Le Dr. Hamer estime que 99 % des événements cérébraux, tels que les attaques, les hémorragies, les kystes et les tumeurs, sont dus à des épisodes de guérison des Foyers de Hamer. Par conséquent, il les considère comme temporaires et auto-modérateurs, à moins qu'il n'y ait une intervention médicale inappropriée. Le plus important dans ces cas là est de réduire tout œdème cérébral.

Durant la crise de guérison, le patient peut, pendant une courte période, revivre le conflit psychologique initial, avec les mains froides et la transpiration glacée. Cela permet de supprimer et d'éliminer l'oedème de la lésion cérébrale et par conséquent de régulariser les autres fonctions corporelles. Le principal stade critique se situe juste avant la fin de la crise de guérison, au moment où l'on va voir si le corps est suffisamment fort pour vaincre la maladie. Dans des cas difficiles de conflit long ou important, on peut voir se développer un œdème cérébral massif, pour lequel le Dr. Hamer utilise des injections de cortisone. En médecine douée, nous préférons combiner urée et thérapies anti-inflammatoires. L'urée possède de puissantes propriétés diurétiques et se révèle très efficace en cas de pression intracrânienne dangereusement élevée. Généralement, on utilise 20 grammes d'urée 2 à 5 fois par jour.

Dans Your Own Perfect Medicine, Martha Christy (PutureMed, Inc., USA) a décrit un cas très grave de réapparition d'une tumeur cérébrale massive qui a complètement disparu dans les deux heures suivant l'administration au patient de 256 ml d'une solution contenant 30 % d'urée. Cela montre clairement que la tumeur cérébrale supposée n'était en fait qu'un gros œdème, comme l'avance la Médecine Nouvelle.

Ce que le Dr. Hamer appelle crise d'épilepsie peut être vécu par le patient sous forme de crise cardiaque, d'embolie ou d'infection pulmonaire ou encore d'hépatite. Généralement, durant la phase de guérison, le patient se sentira plus mal que lorsque la tumeur se développait activement.

Dans la première partie de la phase de guérison, lorsque le corps libère des hormones inflammatoires, la plupart des problèmes sont dus à la rétention d'eau ainsi qu'à l'inflammation et au gonflement des tissus, ce qui peut se révéler très douloureux. Hamer considère les œdèmes, qu'ils se situent dans le cerveau ou dans un organe, comme un signe positif, un signe de guérison.

REPARATION DES TISSUS

Après la crise de guérison, les adénocarcinomes sont détruits par les champignons et les mycobactéries tandis que le virus de l'hépatite peut en plus permettre de régénérer le foie. À ce stade, les bactéries, les virus et les champignons contribuant à détruire les tumeurs et à réparer les tissus endommagés provoquent par ailleurs inflammations, douleurs et fièvre.

Si vous trouvez bizarre que le Dr. Hamer considère les microbes comme des adjuvants et des amis essentiels dans la guérison du cancer, qu'allez-vous penser de sa découverte encore plus surprenante ? Dans son système ontogénétique de tumeurs et maladies de type cancer, il distingue deux processus opposés durant la phase de conflit actif. Suivant la localisation du Foyer de Hamer, dans le cerveau, il peut y avoir soit une prolifération cellulaire soit au contraire une destruction cellulaire.
 
Le premier groupe fait proliférer les cellules et croître la tumeur durant la phase de conflit avant de faire disparaître les cellules excédentaires avec l'aide des microbes durant la phase de guérison.
 
L'autre groupe provoque la destruction des cellules durant la phase de conflit, entraînant des ulcères, des nécroses et des cavités tissulâires affectant, par exemple, les os (ostéoporose), les reins, la rate ou les ovaires. Durant la phase de guérison, ce second groupe tente de combler les cavités créées en faisant proliférer les cellules. Les nécroses tissulâires et les ostéolyses (os dissous) sont maintenant réparés par les bactéries qui forment d'abord des abcès, se remplissent ensuite de tissu cicatriciel et plus tard de tissu granuleux, ce qui va former des ostéosarcomes, des lymphomes, des fibromes et des kystes guérisseurs.

Par ailleurs, on voit fréquemment apparaître une leucémie durant la phase de guérison, comme par exemple après des lésions de la moelle osseuse dues à l'irradiation, à des produits chimiques ou à un cancer des os. Selon le Dr. Hamer, ces états sont généralement auto-modérateurs et ne se déchaînent que lorsque surviennent des chocs conflictuels additionnels ou lorsque le corps est trop âgé ou trop faible ou bien encore à cause des méthodes utilisées par la médecine conventionnelle. Par contraste, la médecine douce s'attache à soutenir le corps et l'esprit durant cette période probatoire. La plupart des guérisons se déroulent sans problèmes majeurs, mais environ 10 % des patients nécessitent le soutien total d'un thérapeute expérimenté, surtout au moment de la crise de guérison.

GUERISON DU PSYCHISME

Dans chaque cas de cancer, la tâche principale consiste à découvrir le choc émotionnel initial et à s'assurer qu'il a été guéri ou qu'il est en cours de guérison. Très souvent, il se sera corrigé tout seul et le patient souffre alors d'un effet de la phase de guérison. Par exemple, une personne a peut-être perdu une exploitation ou une société mais s'est désormais lancée dans une autre entreprise satisfaisante ou un passe- temps. Suite à cela, la personne peut alors présenter une tumeur qui devient peu à peu dormante ou finit par se désintégrer. Environ 40 % des tumeurs découvertes lors d'examens médicaux de routine sont supposées être anciennes ou inoffensives, c'est-à-dire dormantes et calcifiées. Toutefois, des complications peuvent toujours survenir si une intervention médicale vient instiller un choc émotionnel lié à la peur de la mort qui reveille cette même tumeur ou en fait apparaître une autre.
 
Néanmoins, dans d'autres cas, le conflit initial peut être encore actif ou bien il peut exister un second conflit actif. Dans le doute, nous devons sonder chaque cas afin de découvrir le conflit initial et tout autre conflit éventuel. Nous devons revenir en arrière, jusqu'à un ou deux ans avant l'apparition de notre problème, et analyser notre histoire émotionnelle durant cette époque, ainsi qu'avant et après. La méditation ou la thérapie de régression peuvent en outre aider à découvrir ces chocs conflictuels.
 
Si nous manifestons toujours une forte réaction émotionnelle en découvrant la teneur du conflit, alors nous pouvons être sûrs qu'il n'est pas encore résolu/Si possible, le mieux est de le résoudre de la manière douée. Par exemple, si ce conflit était dû à la perte d'un partenaire, alors vous pourriez rencontrer quelqu'un d'autre, si vous avez perdu un enfant, vous pourriez retomber enceinte (le cancer cesse de se développer après le troisième mois car la grossesse est prioritaire) ou adopter un enfant.
 
Toutefois, ce n'est pas tant le fait d'être à nouveau enceinte ou d'avoir un nouveau partenaire ou animal de compagnie qui guérit que le fait d'avoir la possibilité d'accepter cette perte et de continuer notre chemin. Une personne incapable d'accomplir cela ne tirera aucun profit de la présence d'un nouveau partenaire/enfant/animal de compagnie, mais cela facilitera néanmoins la tâche à un bon thérapeute pour aider cette personne.

Si une solution naturelle n'est pas possible ou si vous n'êtes pas en mesure de consulter un thérapeute, utilisez alors la visualisation guidée, seul ou avec l'aide d'un partenaire ou d'un ami intime. Dans un état de relaxation et de méditation, recréez et revivez le conflit aussi intensément que possible, mais remplacez ensuite l'issue par une issue souhaitable ou acceptable. Imaginez et ressentez cette nouvelle issue de façon aussi vivante et détaillée que possible. Visualisez la scène, ressentez-la et allez même jusqu'à en entendre les sons et en sentir les odeurs. L'expérience originale a peut-être laissé en vous des souvenirs de détails n'ayant aucun rapport avec l'épreuve que vous avez vécue (pistes), face auxquels vous risquez maintenant de développer des réactions allergiques.

Vous pouvez essayer de les surmonter de la même manière grâce à la visualisation guidée. Si aucune de ces méthodes n'est possible parce que vous avez l'impression que vous devez poursuivre vos devoirs actuels ou continuer à supporter votre épreuve pour telle ou telle raison, alors seule une compréhension spirituelle avancée et une acceptation pourront vous aider. Dans tous les cas, soyez conscient de vos vulnérabilités et évitez tout choc conflictuel supplémentaire - s'il en survient un malgré tout, évacuez-le aussi rapidement que possible.

En outre, je suis convaincu que tous les conflits actifs prendront fin et que la phase de guérison commencera lorsque nous serons capables de ressentir un immense sentiment d'amour et de pardon au fond de nous et d'en irradier les autres, en particulier les personnes à qui nous reprochons de nous avoir fait du mal. Nous pouvons aussi faciliter la phase de guérison en espérant qu'elle soit courte et clémente et nous conduise à un complet rétablissement. Selon le Dr. Hamer, dans la nature, les animaux développent des cancers à cause de programmes biologiques similaires aux nôtres. Toutefois, 80 à 90 % survivent et ne s'aperçoivent de rien parce que la phase de guérison peut suivre son cours naturel.
 
Ceux qui meurent sont principalement des vieux animaux incapables de résoudre un conflit, en reconquérant par exemple le territoire que leur a volé un rival ou en remplaçant un petit qu'ils ont perdu. Dans notre société, c'est différent, étant donné que l'on entrave souvent le processus de guérison naturelle. Cela commence par la prise de tranquillisants ou d'antidépresseurs durant la phase de conflit actif, ce qui nous empêche de réagir et de reconquérir notre .territoire. Cela peut alors conduire à un diagnostic de cancer qui provoque un conflit actif additionnel et peut finir par la prescription de morphine, qui désactive totalement nos réactions de guérison.

Même si le Dr. Hamer ne croit pas que les aliments naturels, les remèdes ou un mode de vie pur et sain en général puissent guérir le cancer, ils peuvent néanmoins jouer un rôle important pour nous aider à survivre aux épreuves de la phase de guérison.

À vrai dire, le Dr. Hamer estime que toutes les maladies se composent de deux phases: une phase de conflit actif initial, suivie (si possible) d'une phase de guérison qui inverse le programme conflictuel. Il ne les appelle plus maladies mais, plutôt, programmes biologiques spéciaux. Il est supposé avoir travaillé avec plus de 31000 patients et avoir toujours vu ses théories se confirmer sans la moindre exception. Il affirme qu'en général la Médecine Nouvelle affiche un taux de réussite de 95 % dans le renversement du cancer dans des conditions idéales, c'est-à-dire une résolution rapide du conflit, aucun nouveau conflit et aucune interférence de la médecine conventionnelle. Cependant, beaucoup de patients souffrant de maladies à un stade avancé peuvent s'avérer incapables de résoudre leurs conflits ou le faire trop tard, et donc ne pas réagir au traitement.

PERSECUTION DU Dr HAMER

Siemens, fabricant du scanner, a vérifié de son côté l'existence de Foyers de Hamer dans le cerveau. En outre, en 1998, l'Université de Tmava en Slovaquie a confirmé la valeur de diagnostic de ces mêmes Foyers de Hamer. Néanmoins, le Dr. Hamer a été victime d'une persécution sans précédent. En vertu du droit allemand, on peut rayer un praticien de l'ordre des médecins si ses facultés mentales se sont amoindries. Cette loi a été utilisée en 1986 par une cour de district allemande afin de rayer le Dr. Hamer de l'ordre des médecins. Comme preuve de son état mental soi-disant inadéquat, la cour a affirmé qu'il refusait de revenir sur ses théories et de jurer allégeance aux principes de la médecine orthodoxe.
 
Pire encore, la cour a découvert des preuves montrant qu'il était incapable de se convertir aux principes de la médecine orthodoxe . Il avait essayé de convaincre un groupe d'éminents professeurs de l'exactitude de ses théories un mois à peine avant le procès ! Un an plus tard, cette même cour a demandé un examen psychiatrique de ses facultés mentales, ce que le Dr. Hamer a refusé. Sans l'avoir même jamais vu, un psychiatre nommé par la cour a diagnostiqué que c'était un psychopathe !
 
En 1997, le Dr. Hamer a été arrêté et emprisonné pendant 18 mois en vertu d'une loi obscure sur la médecine naturelle introduite sous Adolf Hitler en vue d'éliminer les Gitans. On lui reprochait d'avoir donné gratuitement des conseils à des personnes qui lui avaient demandé son avis. Le procureur de la république a ouvertement affirmé que tout devait être mis en œuvre afin de débarrasser la société du Dr. Hamer. Comparez cela à un report de 13 ans du procès de l'assassin de son fils suivi d'une peine de seulement six mois en liberté surveillée. Le fait que l'accusé ait été le Prince de Savoie, le fils du dernier roi d'Italie, n'était peut-être pas étranger à la clémence de cette peine.
 
Depuis 1999, le Dr. Hamer vit en Espagne car les tribunaux allemands, autrichiens, français et suisses veulent désormais le poursuivre. Ils affirment en effet que certains patients atteints de cancers sont morts parce qu'ils auraient suivi ses conseils. Selon ce raisonnement, le Dr. Hamer est un massacreur parce qu'il a refusé à ces patients le traitement supposé sans risque et efficace proposé par la médecine orthodoxe.
 
En outre, un procureur de la république a intenté un procès contre le Dr. Hamer pourune grosse somme d'argent parce qu'il avait déconseillé la chimiothérapie à un patient. Autre exemple, les parents d'une fillette, Olivia Pilhar, qui avait été traitée par le Dr. Hamer, ont écopé d'une peine de prison de huit mois avec sursis pour avoir temporairement refusé la chimiothérapie pour leur fille. On leur avait ensuite retiré la garde de la fillette à qui l'on avait imposé une chimiothérapie contre leur volonté. Cela peut arriver n'importe où dans le monde occidental. En Australie, une mère m'a récemment confié qu'elle ne croyait pas à la chimiothérapie et aurait préféré avoir recours à la médecine naturelle pour sa fille atteinte de leucémie mais qu'elle avait dû accepter la chimiothérapie parce que son médecin traitant avait menacé de la poursuivre en justice si elle refusait.
Il n'existe aucun cancérologue au monde qui n'ait vu mourir des patients dont il s'occupait. Cependant, même dans des cas avancés, le taux de réussite du Dr. Hamer est exceptionnellement élevé. On a comparé cette chasse aux sorcières au destin du Dr. Semmelweis, qui avait suggéré que les chirurgiens devraient se laver les mains avant toute opération et avait été envoyé dans un asile psychiatrique où il était décédé à l'âge de quarante-sept ans.
 
Le Dr. Hamer a échappé à huit tentatives d'assassinat et les médias en Allemagne en parlent comme d'un criminel dérangé. Bien que de nombreux médecins, dont des professeurs, aient vérifié les principes de la Médecine Nouvelle,aucune université allemande n'a jusqu'à présent accepté de les tester, malgré une ordonnance de la cour exigeant que l'Université de Tûbingen réalise de tels tests.
 
En Europe, les médecins et les thérapeutes qui exercent selon les principes de la Médecine Nouvelle font l'objet de persécutions. En Autriche, en Belgique, en France, en Allemagne et en Espagne, les autorités ont lancé des poursuites à rencontre de ces praticiens afin de les rayer de l'ordre des médecins. Les procès durent depuis des années. Seuls les tribunaux espagnols ont sagement décidé que ce n'était pas à eux de trancher entre des thérapies et des théories médicales conflictuelles.
 
La réaction violente des pouvoirs établis est compréhensible parce qu'une connaissance et une application étendues de \z Médecine Nouvelle sonneraient la fin du complexe médicopharmaceutique.
 
Toutefois, en 2001 un éminent neurologue a ouvertement défendu le Dr. Hamer en publiant un livre sur la Médecine Nouvelle et en exigeant que ses théories soient testées officiellement. Le Dr, Thérèse von Schwarzenberg appartenant à la haute noblesse, les médias ne savent quelle position adopter. Jusqu'à présent, ils n'ont fait que parier du Dr. Hamer de la façon la plus désobligeante qui soit, et voilà maintenant une personnalité très en vue qui affirme que le Dr. Hamer est dans le vrai et mérite un Prix Nobel !
 
Néanmoins, la réponse officielle des grands oncologues reste qu'il est totalement absurde de supposer que les émotions pourraient jouer un rôle important dans l'apparition et la guérison du cancer et que, par conséquent, il n'y a pas lieu de tester les théories du Dr. Hamer.

REFLEXIONS SUR LES DECOUVERTES DU Dr HAMER

Mon propre jugement et ma propre expérience ne laissent planer aucun doute sur l'importance capitale de nos émotions et de nos croyances dans l'apparition et la guérison de nos maladies. En outre, les écrits du Dr. Hamer donnent l'impression d'un chercheur sérieux et méticuleux dont les découvertes ont été confirmées par diverses institutions scientifiques et plusieurs praticiens, dont des professeurs en médecine. Seuls ceux qui refusent d'examiner ses preuves continuent à le dénoncer. Par conséquent, je n'ai aucun doute sur la validité de ses préceptes de base, à savoir, que des maladies spécifiques, et les cas de cancers en particulier, sont associées à des lésions visibles de zones cérébrales précises ainsi qu'à des expériences psychologiques spéciales. Son postulat d'un processus pathologique en deux parties, dans lequel la phase de guérison est un renversement des conditions pathologiques initiales, est un concept de base des thérapies naturelles.
 
Cependant, le Dr. Hamer ne semble pas vouloir étendre ou modifier sa théorie pour prendre en compte d'autres possibilités. En fait, il suggère une communication unilatérale du psychisme vers l'organe via le cerveau tandis que je suggère plutôt une communication bilatérale du psychisme vers l'organe ainsi que de l'organe vers le psychisme, toujours en passant par le cerveau.
 
J'aimerais expliquer ma théorie à l'aide d'un exemple. J'ai entendu dire que le taux de mortalité par cancer du sein en Chine était d'un sur 10000, contre environ un sur 10 dans la plupart des pays occidentaux. Le Professeur Jane Plant s'est aperçu que, contrairement aux femmes occidentales ou occidentalisées, les Chinoises ne consommaient pas de lait animal ou de produits dérivés. "A ce stade, elle souffrait pour la cinquième fois d'un cancer du sein et on la croyait perdue. Elle décida donc d'éviter tous les produits laitiers et peu de temps après sa tumeur disparut. Cela fait maintenant 13 ans qu'elle est débarrassée du cancer (voir Your Life in Your Hands de Jane Plant, chez Virgin, UK, 2000).
Les Chinoises présentant des taux normaux des autres formes de cancers, il doit bien y avoir un facteur spécifique expliquant ces faibles taux de cancer du sein. En supposant qu'il s'agisse réellement du lait, j'appliquerais le raisonnement suivant.
 
Le lait est riche en facteur de croissance insulinomimétique de type 1 (IGF-1), qui stimule le développement des tissus mammaires pendant la puberté et la grossesse. L'IGF-1 est également présent dans la chair des vaches laitières et stimule aussi apparemment d'autres cancers liés aux hormones, dont celui de la prostate. En supposant que cela entraîne une stimulation constante peu élevée des tissus mammaires et de la zone cérébrale associée chez les femmes consommant du lait ou des produits laitiers, deux possibilités apparaissent.
1. Les zones cérébrales sensibilisées feront que la femme aura une réaction émotionnelle bien plus forte que la normale face à tout conflit avec un enfant ou un partenaire, et cela entraînera le développement plus fréquent d'un cancer du sein chez les femmes consommant du lait.
2. Il existe une situation conflictuelle subaiguë ou un événement passé encore inconsciemment actif. La stimulation combinée persistante due à un conflit subaigu en plus de l'IGF-1 peut entraîner le développement progressif d'un Foyer de Hamer ou bien son apparition soudaine lorsqu'un certain seuil est franchi.
Ainsi, n'importe quel facteur environnemental peut être pris en compte dans l'apparition de Foyers de Hamer en association avec des conflits psychologiques. À l'heure actuelle, beaucoup de gens ont un mode de vie très malsain, en plus d'avoir hérité de gènes de mauvaise qualité. Il se peut très bien que des personnes réellement saines ne développent jamais de Foyer de Hamer en réaction à un choc émotionnel inattendu, ou que cela se limite à une manifestation bénigne qui se guérira toute seule.

De même, une thérapie naturelle appropriée, ciblée sur un organe malade, peut transmettre un message à la zone cérébrale associée qui aide à guérir le Foyer de Hamer et finit par conduire à une résolution du conflit émotionnel. On peut trouver une confirmation de l'interconnectivité supposée entre les émotions, les nutriments, le cerveau et les organes dans la kinésiologie.
 
Les recherches effectuées sur les tests musculaires ont révélé une relation entre différents nutriments et différentes émotions d'une part et des muscles et des organes spécifiques d'autre part, transmise par le biais du système de méridiens utilisé en acupuncture. Toutefois, l'une des découvertes les plus étonnantes réside dans l'implication directe du cerveau. Lorsque l'on a placé un nutriment radioactif au fond de la bouche, l'isotope a également été détecté dans le cerveau en à peine quelques secondes.
 
Je pense que la résolution des conflits peut aussi survenir de façon non spécifique. En supposant qu'un patient reçoive un choc conflictuel dû à un diagnostic de cancer, alors ce conflit - et peut-être également le choc conflictuel initial - pourra être résolu si le patient est convaincu que le traitement suivi va le guérir. D'autres possibilités ont été suggérées dans le paragraphe intitulé "Guérison du conflit psychique."
 
Vous pouvez visiter le site Internet officiel du Dr. Hamer en anglais à l'adresse http://www.newmedicine.ca
 
Cependant, le site en allemand, http://www.pilhar.com qui comporte aussi une petite section en anglais, recèle bien plus d'informations. Le Dr. Hamer a écrit plusieurs livres, dont l'un est disponible en anglais sous le titre Summary of the New Medicine.
Article écrit par Walter Last biochimiste et chercheur dans les départements de médecine de plusieurs universités allemandes ainsi qu’aux laboratoires Bio-science de Los Angeles, aux Etat Unis, et plus tard comme nutritionniste et thérapeute en Nouvelle Zélande et en Australie.


Traduction : Christèle Guinot

Article tiré du magazine Nexus n°29 de novembre décembre 2003

La liste suivante montre quelques unes des relations entre les émotions conflictuelles et les organes touchés :


Cortex surrénal : mauvaise direction, égarement
Vessie : conflit terrible, coups tordus
Os : manque d’estime de soi, sentiment d’infériorité
Glande mammaire : souci ou manque d’harmonie
Conduit lactifère : séparation
Sein gauche : (chez les droitières) conflit relatif à un enfant, au foyer ou à la mère
Sein droit : (chez les gauchères) conflit avec les partenaires ou autres
Bronches : conflit territorial
Col de l’utérus : grave frustration
Côlon : conflit terrible, dur à avaler
Vésicule biliaire : rivalité
Coeur : conflit perpétuel
Intestins : grosse accumulation de colère
Reins : refus de vivre, conflit avec l’eau ou un liquide
Larynx : peur et effroi
Foie : peur de manquer de nourriture
Poumon : peur de mourir ou de suffoquer, pour soi même ou pour quelqu’un d’autre
Ganglions lymphatiques : perte d’estime de soi liée à l’emplacement
Mélanome : impression d’être sale, suoillé, sali
Oreille moyenne : incapacité à saisir des informations vitales
Bouche : quelque chose de dur à avaler ou à garder pour soi
Oesophage : quelque chose d’impossible à avoir/avaler
Pancréas : anxiété, colère vis à vis de membres de la famille, d’un héritage
Prostate : conflit terrible avec des associations ou des connections sexuelles
Rectum : peur d’être inutile
Peau : perte d’intégrité
Rate : choc de se voir blessé, physiquement ou émotionnellement
Estomac : colère impossible à digérer, sentiment d’avoir avalé trop de choses
Testicules et ovaires : sentiment de perte
Thyroïde : sentiment d’impuissance
Utérus : conflit sexuel

Voici d’autres maladies spécifiques associées à des émotions conflictuelles :

Sida : le Dr. Hamer observe qu’aucune personne n’est jamais morte du sida sans s’être auparavant entendu dire qu’elle était séropositive ou avoir cru l’être. Cela signifie que, tout comme avec le cancer, c’est la percéption négative associée au sida qui provoque son effet dévastateur.
Angine de poitrine : causée par un conflit territorial en phase active, et infarctus en phase de guérison.
Diabète et hypoglycémie : l’anxiété et la répugnance entraîneront une hypoglycémie chez une femme droitière mais un diabète insulinodépendant chez une femme gauchère. Une résistance ou une lutte contre quelque chose entraînera un diabète insulinodépendant chez un homme droitier mais une hypoglycémie chez un gaucher.
Paralysie faciale : peur de perdre la face, de s’être couvert de ridicule.
Hémorroïdes : conflit d’identité chez les femmes droitières et colère territoriale en phase de guérison chez les hommes gauchers.
Infarctus : lutte pour son territoire ou ce qu’il renferme.
Sclérose en plaques et paralysie : impossibilité de s’échapper, de continuer ou de tenir bon, ou sentiment de ne pas savoir que faire.
Psoriasis : séparation d’avec la mère, le père, la famille, le foyer, les amis ou les animaux familiers.
Psychoses : les psychoses de toutes sortes ont un ou plusieurs Foyers de Hamer actifs dans chacune des deux parties du cerveau.
Rhumatisme : séparation brutale provoquant une douleur ou une souffrance.
Vitiligo, Leucoderme : conflit terrible ou séparation brutale.

Remarques sur la dextralité :

Les gauchers développent des problèmes du côté opposé à celui des droitiers. La dextralité peut être testée en observant quelle est la main qui se trouve sur le dessus lorsque l’on applaudit, c’est la main principale. Chez les droitiers, tous les muscles du côté droit du corps sont liés aux partenaires et éventuellement à d’autres personnes tandis que tous les muscles du côté gauche sont liés aux enfants ou à sa propre mère. Ces conditions peuvent se modifier avec les changements hormonaux, ainsi qu’avec la prise de la pilule contraceptive ou encore l’arrivée de la ménopause

Source : http://wikibio.info/lesensdeno...e1/hammer1.html

 

Ardelle Abram
on Nov. 10 2016

The fun endlesses with games showcasing


ninja games free
mahjong alchemy game
super fighters games
bomb it 5 games

J. Bousquet
on Feb. 17 2011

Nous sommes au regret de dire que désormais ce genre de post sera d'office transféré dans coup de gueule !

Pour ceux qui ont pris connaissance des retombées de la physique quantique nous précisons que nous ne devons pas juger puisque c'est nous qui avons créé ce qui nous dérange donc, outre le silence il n'y a plus qu'à pratiquer la technique d'effacement, le Ho opopono : "Je suis désolé pardonne moi s'il te plait je t'aime merci"

Bonne journée à tous


julien
on Feb. 17 2011
A l'attention de messieurs Laflamme et Desteen.

Nous vous prions de cesser votre joute verbale stérile à coup d'arguments et de contre-arguments. Le but de ce site est de transmettre l'information, libre à chacun de se faire son opinion.

Vos commentaires seront déplacés dans le forum -> coups de gueule.

Julien Webmaster


Julien
Raphaël Desteen
on Feb. 17 2011
M. Laflamme, je vois que faute d’arguments et surtout de preuves tangibles vous vous adonnez encore à des injures et apparemment avec la caution des responsables de ce site puisque rien n’est modéré !

Je prie INSTAMMENT les responsables de retirer tous les propos diffamatoires et/ou injurieux dans les posts de M. Laflamme.

M. Laflamme écrit : « Dés les premières lignes, confondre les lecteurs en manipulant les faits et chiffres, à savoir la thèse présentée à la Faculté de Médecine de Tübingen, accompagnée de 200 dossiers médicaux, et les quelque 6 500 dossiers confisqués à la clinique du Dr Hamer, nous sommes fixés quant à l'entreprise de désinformation. »

C’est vous qui persistez à faire de la désinformation : 6500 dossiers ont confisqués à la clinique de Hamer !!! En fait, les autorités allemandes n’ont pu relever qu’une cinquantaine de patients traités à la clinique de Hamer et comment aurait-il pu traiter 6500 patients alors que cette clinique privée (à Katzenelnbogen) n’est restée en activité sous sa direction qu’une seule année ; et fermée sur ordre judiciaire.

Chacun jugera du crédit à apporter à ce que prétend M. Laflamme ici encore !

Il faut rappeler ce qui suit et qui constitue la seule source crédible (enquête menée par les autorités allemandes) : « Hamer prétend pouvoir guérir plus de 95 % des patients (toutes pathologies confondues), appuyant ainsi ses théories par la preuve du succès. Cependant, le magazine Spiegel fait état d’une enquête menée par les autorités en Allemagne, établissant que sur cinquante patients passés entre les mains de Hamer, seuls sept ont survécu. Aux cas reportés dans les livres de Hamer, souvent décrits avec beaucoup d’emphase, manquent les données complémentaires nécessaires pour un avis médical, et les traitements présentés doivent donc être sujets à caution. » Article de l’AFIS (Association française pour l’information scientifique, reconnue et soutenue par l’Etat e déjà citée plus haut: Source).

Les chiffres varient d’ailleurs suivant celui qui en parle mais toujours sans en donner la moindre preuve ; voici ce que le Dr Alessandra Moonens a relevé : le Dr H. affirmait « avoir étudié, entre 1978 et 1981, de 10 000 à 15 000 cas confirmant ses hypothèses. […]. Comment aurait-il pu, à lui seul, analyser autant de patients en un si court laps de temps ? […] ». Rappel : en fait, le nombre de cas connus étudiés sont constitués par les deux cents dossiers médicaux qui ont accompagné la thèse qu’il a vainement introduite en 1981.

« Alessandra Moonens est Docteur en Médecine et co-auteur (avec Carine Boven, Hervé Dagrada, Siham Hbat, Julien Vanderhulst, Nicolas Van Rompaey, Daphné Vens, ULB, année académique 2004-2005.) d’un travail collectif d’épistémologie réalisé en 2004-2005 dans le cadre du cours d’Épistémologie des différentes formes de l’art de guérir donné par le professeur Jean-Louis Vanherweghem de l’Université Libre de Bruxelles. Elle nous a très aimablement donné l’autorisation de publier de larges extraits de ce travail portant sur la Biologie Totale. » Extrait d’un article intitulé La « biologie totale » sous la loupe (Source

M. Laflamme écrit : « Tout esprit éclairé sait que si ces lois n'étaient pas justes, on s'empresserait de procéder, et que par ailleurs, nous sommes tous confrontés à un précédent historique dans l'histoire universitaire. Une trentaine de vérifications, selon les règles et les exigences reconnues en science, prouvent l'irréfutabilité de ces lois biologiques. »

Rappel : aucune de ces prétendues vérifications ne revêt un quelconque caractère scientifique reconnu (voir posts précédent) ; il est inutile M. Laflamme de marteler de telles contre-vérités !

M. Laflamme écrit : « Ce thérapeute, François Leduc, M. Ing., naturothérapeute et herboriste, consultant et enseignant en Médecine nouvelle germanique, après 8 ans d'études à temps plein, est maintenant poursuivi par le Collège des médecins du Québec pour pratique illégale de la médecine, cela après avoir été la victime d'un reportage mensonger et diffamatoire à la télévision nationale.»

J’ai déjà expliqué en quoi sur le plan juridique la pratique de la caméra cachée était légale ; de plus la diffamation n’existe que lorsque les propos étalés sont mensongers, ce qu’ils ne sont pas puisque la vidéo ne reprend que les propos de M. Leduc.

La seule vision de la vidéo qui suit permet de se rendre compte que M. Leduc se rend effectivement coupable de pratique illégale de la médecine, et c’est ce (quadruple) chef d'inculpation dont l'a poursuivi le Collège des médecins du Québec suivant les informations d'aileurs transmises par l’intéressé lui-même (!) : « Le 22 octobre 2010, un constat d’infraction (No 700-61-096226-102) pour pratique illégale de la médecine et portant quatre chefs d’accusation a été émis par le Collège des médecins du Québec (POURSUIVANT) contre François Leduc (DÉFENDEUR) puis livré par huissier à son domicile, le 25 octobre 2010. » Source Vidéo Source

M. Laflamme écrit : « L'épouse de ce thérapeute, une journaliste, y est faussement présentée comme une thérapeute, ce qu'elle n'est point ni n'a la prétention d'être. Tous ceux qui exercent selon les cinq lois biologiques à travers le monde savent pertinemment […] »

Vous vous contredisez au travers d'une forumation qui est très révélatrice : si elle n’est pas thérapeute ou assimilée, comment peut-elle alors « exercer selon les cinq lois biologiques » si ce n’est dans le cadre d’un accompagnement thérapeutique !!!

M. Laflamme écrit : « Ces personnes ont donc été faussement accusées d'avoir provoqué le décès de leur ami et par ces accusations, ont perdu leur crédibilité ».

Elles ont été peut-être accusées de cela par des personnes mais dans le constat d’infraction à l’encontre de M. Leduc ne porte pas sur le fait qu’il aurait provoqué la mort de qui que ce soit mais sur la pratique illégale de la médecine ! Pas davantage, il n’existe de document (à ma connaissance) attestant que l’épouse de ce thérapeute est poursuivie en quoi que ce soit ; d’ailleurs on pourra constater que dans le document cité, M. Leduc ne parle pas de quelque inculpation de son épouse. (Source) Si vous avez des sources crédibles à ce sujet merci de les transmettre.

M. Laflamme écrit : « Un autre mythomane agressif, Beaudoin Labrique, étant associé à ce blog pseudo-scientifique, je ne peux que conclure par le vieux dicton : qui se ressemble, s'assemble. » Et de nouveau l’injure comme argument ad hominem (et donc fallacieux) à l’égard d’une autre personne ! Autre incongruité : qualifer un blog de pseudo-scientifique alors qu'il n'en aucune prétention d'être scientifique ! En revanche comme démontré, Hamer se prétend scientifique et peut être qualité de pseudo-scientifique tout comme ses théories...
Lucas Laflamme
on Feb. 16 2011
Chers lecteurs,

Si vous souhaitez donner la réplique à un mythomane agressif, procédurier, menteur, manipulateur et inquisiteur, je vous en prie, procédez. Je crains en poursuivant de dépasser les règles de la bienséance.

Dés les premières lignes, confondre les lecteurs en manipulant les faits et chiffres, à savoir la thèse présentée à la Faculté de Médecine de Tübingen, accompagnée de 200 dossiers médicaux, et les quelque 6 500 dossiers confisqués à la clinique du Dr Hamer, nous sommes fixés quant à l'entreprise de désinformation.

Le paroxysme est atteint par son soutien obscur aux Inquisiteurs et aux Tribunal de Siegmaringen; le mensonge éhonté de non-reproductibilité transmis par communiqué à la communauté scientifique, sans avoir seulement regardé la thèse, démenti ensuite devant les tribunaux, avec pour preuve les injonctions répétées à procéder à une vérification que Tubïngen refuse de faire, preuve éclatante que les lois sont justes et indiscutables, me donnent la nausée, cela même si par ma pratique en psychiatrie j'aurai tout vu.

Tout esprit éclairé sait que si ces lois n'étaient pas justes, on s'empresserait de procéder, et que par ailleurs, nous sommes tous confrontés à un précédent historique dans l'histoire universitaire. Une trentaine de vérifications, selon les règles et les exigences reconnues en science, prouvent l'irréfutabilité de ces lois biologiques.

Pour ce qui est de ses références soi-disant scientifiques, le canal blog seulaumonde a été conçu par une toute jeune dame sans instruction dont le père est décédé d'une hémorragie interne, en fait foi le rapport du médecin légiste, et qui accuse en toute inconscience un praticien de Médecine nouvelle germanique du Québec, alors que cette hémorragie a suivi de peu une prescription médicale pour une phlébite, à savoir le protocole habituel : anti-inflammatoire et anticoagulant...

Comment je sais cela ? Son père, feu Alain Piat, a organisé une formation en Médecine nouvelle germanique à l'Institut de santé naturelle Fleury-Rodet de Montréal, où il a présenté publiquement tout son dossier médical d'alors.

Un an auparavant, condamné à 6 mois, il avait refusé la chimiothérapie pour un cancer de la prostate. Peu après son premier entretien avec le thérapeute, référé par son épouse, une massothérapeute, son choc initial identifié (confrontation avec sa fille et peur pour sa descendance), il a confié à celle-ci ses inquiétudes pour son avenir, car elle fréquentait un voyou. Il s'est dès lors remis à uriner normalement et les résultats de son antigène prostatique spécifique se sont avérés des plus positifs. L'homme était convaincu et a en conséquence multiplié les témoignages.

Il a admis que le fait que sa fille ait rompu avec ce jeune homme avait aussi hautement contribué à régler son conflit, mais que sa relation conflictuelle avec elle ne s'améliorait point. Père et fille étaient toujours à couteaux tirés.

L'homme ayant confié à maintes reprises sa solitude et son impuissance face à ses proches, desquels il ne recevait aucune écoute, aucun respect et aucun soutien et avec lesquels les confrontations étaient perpétuelles, a, par son implication dans les réseaux québécois et français de Médecine nouvelle germanique, où il a reçu soutien, amitié et reconnaissance, commencé à solutionner un profond choc d'impuissance. Il a confié à de très nombreuses personnes que cette impuissance remontait à l'enfance, s'étant manifestée face à son père, puis face à ses soeurs et ses beaux-frères et s'étant poursuivie face à son épouse, son fils (il a eu le courage d'admettre qu'ayant perdu l'affection de son épouse après cette naissance, il avait ressenti de la jalousie envers son fils et une culpabilité conséquente) et sa fille. Selon ses dires, on ne cessait de l'exhorter à s'orienter vers les traitements conventionnels.

Les atteintes osseuses ayant également été mises en relief par la scintigraphie osseuse, il est passé de la sympathicotonie à la vagotonie (réparation osseuse), selon la loi biphasique découverte par le Dr Hamer.

Avant d'interrompre sa formation, la douleur nécessitant alitement et repos, il a expliqué aux étudiants sa joie de se savoir en vagotonie, les résultats positifs de sa récente scintigraphie et la volonté de son oncologue de procéder également à une ponction, qu'il a catégoriquement refusée, sachant pertinemment par sa formation qu'en perçant le périoste, on provoque un ostéosarcome. Il a par ailleurs vanté les mérites du puissant antalgique (recette de Dominique Baudoux, pharmacien aromatologue)à base de six H.E. pour le soulagement de ses douleurs et a mis en relief les effets délétères de la morphine.

Jusqu'à la fin, il n'a jamais cessé de correspondre par courriel et de communiquer par téléphone avec les personnes qui l'aimaient et le soutenaient, ses ressentis de profonde impuissance, son isolement et sa grande solitude, ainsi que son intention de quitter son foyer où il était retenu contre son gré et où aucun de ses amis n'étaient les bienvenus. Il a été forcé de faire appel à des ressources extérieures pour mettre à exécution son projet. Son épouse et sa fille sont passées outre sa volonté en se présentant à la maison de repos où il est décédé et n'ont jamais honoré sa dernière volonté réitérée à de nombreuse reprises d'acquitter les honoraires de son ami thérapeute, cela même si le dit thérapeute lui avait dit qu'en qualité d'ami, il ne lui devait rien.

Ce thérapeute, François Leduc, M. Ing., naturothérapeute et herboriste, consultant et enseignant en Médecine nouvelle germanique, après 8 ans d'études à temps plein, est maintenant poursuivi par le Collège des médecins du Québec pour pratique illégale de la médecine, cela après avoir été la victime d'un reportage mensonger et diffamatoire à la télévision nationale.

L'épouse de ce thérapeute, une journaliste, y est faussement présentée comme une thérapeute, ce qu'elle n'est point ni n'a la prétention d'être. Tous ceux qui exercent selon les cinq lois biologiques à travers le monde savent pertinemment qu'elle a été convaincue par Alain Piat, notamment, alors qu'elle rédigeait des articles sur les alternatives aux traitements conventionnels du cancer (articles qui ont été publiés au Québec dans la revue Mieux-Être et le Journal Vert) est devenue une amie intime et une confidente de cet homme, et a suivi avec lui la formation en Médecine nouvelle germanique qu'il a lui-même organisée à Montréal, après avoir suivi une première formation complète à Budapest.

Ces personnes ont donc été faussement accusées d'avoir provoqué le décès de leur ami et par ces accusations, ont perdu leur crédibilité.

L'ex Dre Guylaine Lanctôt a transmis un communiqué de soutien à son réseau international dont j'ai reçu copie. J'ai également reçu d'un ami médecin un état de la situation précaire du couple depuis la diffusion de ce reportage mensonger et diffamatoire en mai 2010. Le procès a été fixé au 30 août 2011. L'accusé se représentera sans avocat. Le couple a tout perdu, est endetté et mon interlocuteur précise qu'il est à mettre sur pied un recueil de dons pour lui venir en aide.

Je vous avouerai que ces nouvelles ne font qu'attiser mon profond dégoût pour l'obscur personnage qui déverse ici son fiel infect et toxique.

Un autre mythomane agressif, Beaudoin Labrique, étant associé à ce blog pseudo-scientifique, je ne peux que conclure par le vieux dicton : qui se ressemble, s'assemble.

Lucas
Raphaël Desteen
on Feb. 16 2011
M. Laflamme fait aussi référence au cancer de l’épouse de Hamer et nous dit qu’ « il a alors entrepris de vérifier son hypothèse auprès de toutes ses patientes, puis de celles de ses confrères, confrontées au même diagnostic, et ainsi pu la valider dans tous les cas sans nulle exception. »

On doit croire Hamer sur parole ; en fait (rappel), dans sa thèse de Tübingen, il ne recensait que 200 cas rencontrés lors de son passage comme interniste au CHU de Munich ; rappel c’est un échantillon nettement insuffisant et de plus il n’en a fait aucun rapport public ; pourquoi s’est-il privé de l’établir pour que ses pairs puissent l’évaluer ? C’est encore faire preuve de peu d’esprit scientifique que d’agir ainsi…

M. Laflamme prétend : « Le critère de reproductibilité est à 100 % juste depuis lors, aucune observation n'ayant prouvé le contraire pour ce cancer et tous les autres. Il n'y a aucune exception. Dans 100 % des cas, le cancer des gonades découle toujours d'une perte relationnelle profonde. »

Affirmer n’est toujours pas prouver. De plus, M. Laflamme inverse la charge de la preuve, ce qui est encore sophistique : ce n’est pas aux autres à prouver « le contraire » : c’est celui qui affirme que telle phénomène existe est véridique. Ce n’est pas à celui qui reçoit des affirmations non suffisamment étayées de faire le travail d’investigation pour arriver à vérifier si elles sont fondées ! Toute hypothèse qui a la prétention d’être scientifique (au sens moderne du mot) doit se conformer à être vérifiée suivant le protocole scientifique de vérification et qui inclut le critère de reproductibilité.

M. Laflamme prétend : « Prétendre à la non-reproductibilité avant même la vérification scientifique est contraire à la science et constitue en soi une hérésie. »

L’université de Tübingen a analysé la thèse présentée par Hamer et au vu de ce qu’il produisait (dans le processus pour la vérifier) elle n’a très vite que pu conclure qu’elle n’était pas reproductible (pour des raisons déjà relatées ici). La formulation qu’il fait ici est trompeuse puisque l’université en question s’est bien penchée sur la thèse et l’a bien examinée.

M. Laflamme prétend : « Je suis toujours outré que l'on limite le nombre de dossiers du savant à ceux confisqués, à savoir 6 500, dans sa clinique, il y a plus de 25 ans, alors qu'il est toujours vivant, et encore plus que lui soit attribuée l'annonce de son pourcentage élevé de succès dans le traitement des personnes atteintes de cancer, alors que c'est la partie adverse qui a été obligée d'admettre à la cour que plus de 90 % des personnes dont les dossiers avaient été confisqués avaient pu être retracées et étaient toujours en vie ! »

Un [b]ramassis d’affirmations sans preuve [/b](voir dans les messages précédent) et pire des contre-vérités qu’il ne sert à rien de marteler. Rappel : l’enquête du magazine Spiegel (1) qui « fait état d’une enquête menée par les autorités en Allemagne, établissant que sur cinquante patients passés entre les mains de Hamer dans sa clinique privée, seuls sept ont survécu » ; deux de ses collaboratrices directes à la clinique privée de Katzenelnbogen qui y ont travaillé disent qu’il n’y a pas eu de guérison (2). (1) Cf. http://www.swisscancer.ch/dt_f..._02_hamer_e.pdf (2) Cf http://seulomonde.canalblog.co...8/19366873.html

M. Laflamme prétend : « Les résultats de feu Marc Fréchet, psychologue à l'hôpital Villejuif à Paris, après 8 ans à suivre des groupes de cancéreux sont hautement plus significatifs, le taux de mortalité (près de 75 %) étant nettement plus élevé chez ceux ayant suivi les traitements conventionnels que chez ceux n'ayant eu que des entretiens avec le psychologue clinicien (moins de 15 % de décès). Fréchet a connu le Dr Hamer après cette étude et lui a donné entièrement raison, peu avant son accident de voiture fatal pour le moins suspect. »

On attend toujours la publication scientifique de telles observations et tant qu’on ne les aura pas on ne peut pas en tenir compte (même si a priori je pense que Frechet - dont je connais très bien son approche sur les cycles biologiques mémorisés du cerveau - est sincère).

M. Laflamme prétend : « Cette médecine est d'une rigueur, d'une précision et d'une redondance telles que le scan est superflu, sauf pour les constellations schizophréniques (psychiatrie) et les cas lourds ».

On ne peut pas se contenter de telles affirmations gratuites d’autant plus que de telles prétentions sont à l’opposé du manque de rigueur flagrante concernant le respect des critères scientifiques et notamment de ce qu’impose l’expérimentation scientifique digne de ce nom, de la part de Hamer.

M. Laflamme prétend : « En cette époque marquée par l'Inquisition médicale, aussi bien vous habituer à voir des innocents faussement accusés de tous les maux, non point pour la protection du public, mais pour celle de la secte dogmatique. Le Dr Hamer a refusé d'abjurer ses découvertes et c'est pour ce seul motif et nul autre qu'il a subi les foudres des tribunaux ».

Aucun tribunal ne lui a demandé d’abjurer quoi que ce soit ! Si vous prétendez le contraire, apportez-en les preuves tangibles. Dans ses successives condamnations, Hamer ne l’a été que pour pratique illégale de la médecine ou complicité d’une telle pratique et escroquerie, rien d’autre ! Vous faites encore de la désinformation !
Lucas Laflamme
on Feb. 15 2011
J'aimerais apporter une précision quant à la genèse des découvertes du Dr Hamer.

Ce n'est point tant le diagnostic de cancer testiculaire (tératome) chez lui, mais le fait que la Dre Sigrid Hamer, son épouse, ait reçu le même diagnostic, cancer de l'ovaire, qui a le plus contribué à son questionnement, à savoir si la mort brutale de leur fils (perte relationnelle profonde) pouvait en être la cause. Il a alors entrepris de vérifier son hypothèse auprès de toutes ses patientes, puis de celles de ses confrères, confrontées au même diagnostic, et ainsi pu la valider dans tous les cas sans nulle exception.

Le critère de reproductibilité est à 100 % juste depuis lors, aucune observation n'ayant prouvé le contraire pour ce cancer et tous les autres. Il n'y a aucune exception. Dans 100 % des cas, le cancer des gonades découle toujours d'une perte relationnelle profonde.

Prétendre à la non-reproductibilité avant même la vérification scientifique est contraire à la science et constitue en soi une hérésie.

Je suis toujours outré que l'on limite le nombre de dossiers du savant à ceux confisqués, à savoir 6 500, dans sa clinique, il y a plus de 25 ans, alors qu'il est toujours vivant, et encore plus que lui soit attribuée l'annonce de son pourcentage élevé de succès dans le traitement des personnes atteintes de cancer, alors que c'est la partie adverse qui a été obligée d'admettre à la cour que plus de 90 % des personnes dont les dossiers avaient été confisqués avaient pu être retracées et étaient toujours en vie !

Quel est l'intérêt d'études sur des centaines de cloîtrés ou des centaines de "Marines" américains, révélant le nombre élevé d'un type de cancer ou de mortalités par cancer ? Absolument aucun, si nous considérons que tout cancer origine d'un choc biologique et que tout part de la psyché.

Il est notablement plus éclairant de connaître les types de chocs biologiques associés au fait d'être cloîtré, de vivre en communauté, d'être séparé de sa famille, de faire voeu de chasteté, etc., et donc d'analyser le ressenti de chacune des personnes face aux mêmes "événements".

Chez les "Marines" américains, les résultats étant que la plus grande fréquence de mélanomes s'observe chez les sous-mariniers, ne fait que nous indiquer que nous nous leurrons en associant le soleil à ce type de cancer, étant donné que les plus touchés ici sont ceux qui y sont le moins exposés.

L'ostéoporose est moins fréquente chez les Asiatiques que chez les Américaines, alors que le cancer de l'estomac est plus fréquent chez les Japonais que chez les Américains. Le savoir ne nous avance guère, à moins de connaître les chocs biologiques en cause.

Les résultats de feu Marc Fréchet, psychologue à l'hôpital Villejuif à Paris, après 8 ans à suivre des groupes de cancéreux sont hautement plus significatifs, le taux de mortalité (près de 75 %) étant nettement plus élevé chez ceux ayant suivi les traitements conventionnels que chez ceux n'ayant eu que des entretiens avec le psychologue clinicien (moins de 15 % de décès). Fréchet a connu le Dr Hamer après cette étude et lui a donné entièrement raison, peu avant son accident de voiture fatal pour le moins suspect...

http://santenaturelle.over-blo...nenouvelle.com/

La liste est incomplète, mais il est bon de savoir que lors d'une vérification scientifique, outre les scanographies cérébrales, le Dr Hamer n'a pour toute information que le sexe et la latéralité biologique voire le statut hormonal de patients inconnus de lui. Tous signent le protocole, car il a pu leur dire avec exactitude non seulement de quoi souffraient les patients, souvent plus d'un diagnostic (les médecins choisissant en général leur dossier le plus étoffé), mais également toutes les affections dont ils avaient souffert par le passé et d'autres maux encore inconnus de leurs médecins traitants, mais visibles sur le scan.

Cette médecine est d'une rigueur, d'une précision et d'une redondance telles que le scan est superflu, sauf pour les constellations schizophréniques (psychiatrie) et les cas lourds.

Le prix Nobel de médecine a toujours été entouré d'un si fort parfum de supercherie et de dogmatisme qu'il ne m'inspire que méfiance et dégoût. Le Dr Hamer a d'ailleurs refusé en 2005 que sa candidature soit présentée par les Espagnols, ce qui ne surprendra point les scientifiques éclairés sur les pratiques douteuses de cette obscure confrérie.

En cette époque marquée par l'Inquisition médicale, aussi bien vous habituer à voir des innocents faussement accusés de tous les maux, non point pour la protection du public, mais pour celle de la secte dogmatique. Le Dr Hamer a refusé d'abjurer ses découvertes et c'est pour ce seul motif et nul autre qu'il a subi les foudres des tribunaux.

Lucas
Raphaël Desteen
on Feb. 15 2011
Dernière minute

"Le parquet a requis mardi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 6 mois de prison, assortie d’un sursis et d’une amende, contre un psychothérapeute de 56 ans poursuivi pour exercice illégal de la médecine, pour avoir causé involontairement la mort d’une cliente, et pour escroquerie. L’homme aurait utilisé des méthodes assimilées à la biologie totale et aurait conseillé à des patientes d’interrompre leurs traitements dans le cadre de maladies graves."

http://www.rtc.be/infos-flash/...e-un-therapeute
Raphaël Desteen
on Feb. 15 2011
M. Laflamme, votre ton professoral ne m’impressionne pas du tout !

M. Laflamme écrit « Vous donnez de nouvelles preuves éclatantes de votre confusion en mettant dans le même ensemble des antagonistes, à savoir la pseudo-science d’un mystificateur, j’ai nommé le Dr, généraliste, Claude Sabbah, et la science, c’est-à-dire la découverte par le Dr Ryke Geerd Hamer de cinq lois biologiques indiscutables. Confondre les deux est une hérésie, d’autant plus que la Biologie Totale n’a que l’obscure prétention de s’inspirer des travaux du Dr Hamer. Son interprétation de la base de ceux-ci, à savoir les irréfutables lois, étant erronée, on ne saurait s’étonner que tout son édifice soit aussi instable. »

Vous refusez d’admettre que l’un et l’autre sont des pseudo-scientifiques (voir les raisons invoquées) et que Hamer ne s’élève donc pas au dessus de Sabbah ; vos affirmations sans réelles preuves n’y feront rien. D'autre part, une découverte n'exister éellement sur le plan scientifique que lorsqu'elle a été pleinement reconnue sur ce plan et dans le cas de Hamer, on est en est très loin !

M. Laflamme écrit : « […]les processus bien-fondés du programme biologique en phase de résolution, l’homéostasie se rétablira d’elle-même. » … « L’autre partie, et c’est la source de son cortège sans fin d’échecs, concerne les chocs actifs rattachés au cerveau ancien, insensible à la psychologie ou au symbolisme et commandant des solutions concrètes »….

L’absence de fondement scientifique de ce genre d’assertions décrédibilise encore votre discours. C’est encore un habile mais qui ne m’abuse pas mélange de concepts dogmatiques (parce que non prouvés scientifiquement) et d’autres eux bien établis sur ce plan.

M. Laflamme écrit : « Le terme "psychosomatique" est peut-être récent, mais cet indiscutable lien entre l’esprit et le corps est étayé depuis des millénaires ! »

Nous sommes d’accord sauf sur le fait que le terme psychosomatique date d’au moins un siècle et don n’est pas récent ! Je ne peux que le répéter, Hamer a commis notamment l’erreur et la malhonnêteté intellectuelle de ne jamais faire référence à l’histoire notamment de la psychosomatique.

M. Laflamme écrit : « En matière de droit, je ne vous poserai point la question à savoir si vous avez quelque compétence, puisque vous prouvez noir sur blanc que vous n’y entendez absolument rien. Et pas davantage sur les règles universitaires appliquées à la présentation d’une thèse post-doctorale ».

Abjecte argument d’autorité et doublé d’un autre et nouvel argument sophistique ad nauseam !

M. Laflamme écrit : « Vous êtes-vous seulement posé la question, à savoir pour quels motifs depuis deux décennies, et malgré trois injonctions des tribunaux, on refuse encore à l’Université de Tübingen de vérifier ? »

Vous faites de la désinformation : cette université à reçu la thèse mais a déclaré que n’étant pas reproductible elle ne pouvait pas la prendre en compte ! Faut-il vous rappeler (comme déjà fait) qu’en expérimentation scientifique le critère de reproductibilité est incontournable ?! Rappel : le critère de reproductibilité scientifique impose qu’on puisse répéter les résultats à volonté, ce qui est rigoureusement impossible avec des maladies : on ne peut pas les reproduire à l’identique ; comment le Dr H. a-t-il pu croire que la comparaison à d’impossibles « cas équivalents » pouvait résoudre une telle problématique ?

M. Laflamme écrit : « On ne veut pas les vérifier, ces lois, Monsieur, parce que l’on sait qu’elles sont justes et irréfutables. Je vérifie chaque jour depuis des années leur exactitude. De très nombreuses vérifications scientifiques ont été faites (à Vienne, à Namur, à Turnau, etc. les deux plus récentes, en 2010, dans deux facultés de médecine du Nicaragua). »

Rappel : ces prétendues vérifications sont irrecevables vu l’absence de protocole scientifique (s’il existe ?!... De plus, voilà encore un bel argument d’autorité : nous devrions nous ranger aveuglément à croire dans vos « certitudes » parce que vous l’avez vérifié dans votre pratique ! On ne peut pas accepter une telle position dans quelque optique réellement scientifique…
Raphaël Desteen
on Feb. 15 2011
Mme Bousquet écrit : « Il ne s'agit pas de flamme mais de vérité mathématique ! Oui Hamer a raison ! Peu importe qu'il cite ou non ses prédécesseurs. C'est lui qui, à la suite de la maladie et la mort de son fils a découvert le lien entre cet évènement et la survenue de son cancer du testicule

Je suis intimement persuadé que la quasi-totalité des maladies ont une origine psychique mais le problème n’est pas là. Le lien qu’a fait Hamer entre son cancer comme les 200 autres liens qu’il a fait au départ des cas qu’il a eu à Munich (CHU) (et pas les 10.000 voire plus tels qu’on le prétend !) relève de l’empirisme primaire. C’est inacceptable et irrecevable pour le scientifique que le Dr Hamer prétend être !

Pourquoi ne s’est-il pas attaché à compléter les études empiriques scientifiques du Dr Michel Moirot (que vous connaissez bien) qui a pris la peine d’étudier plus de 4000 cas (religieuses et religieux) ? (Cf. son introuvable livre Origine des cancers ).

Il a pu ainsi montrer qu’il y avait un pourcentage plus élevé de décès par cancer, chez les cloîtrés, hommes et femmes ; par exemple, les femmes contractaient plus de cancer du sein et jusqu’à neuf fois plus de cancer du larynx que les autres femmes (lesquelles sont sujettes pourtant à des tas de prétendus « facteurs de risques » tels que produits par une hygiène de vie nettement moins favorable et un environnement plus pollué).

Il a ainsi pu démontrer (scientifiquement) que la composante psychique est déterminante dans la survenance du cancer ; d’autres scientifiques éclairés (auxquels vous appartenez certes) comme le Prix Nobel Jean-Luc Montagnier reconnaissent à présent l’incidence du psychologique dans la survenance des cancers :il en est « arrivé à la notion de "champ oxydant" ». Dans « l’addition des phénomènes générateurs de stress oxydant », il inclut des « facteurs psychologiques » (1) et précise que « le système immunitaire lui-même est affaibli par les problèmes de stress psychologique » (2) .
(1) Luc Montagnier, ‘Les Combats de la vie’, Éd. Jean-Claude Lattès, Paris, 2008, pp. 190-191. (2) Interview du Pr Montagnier, propos recueillis par Céline Andrillon pour la revue Bio-énergie n°27 (http://www.nature-et-forme.inf...cle-838821.html).

Selon ce que j'en ais, les travaux de Pinel ne conduisent pas directement à établir un lien de causalité entre psychisme et cancer. Si c’est le cas merci de développer ce point de vue, vu l’importance que cela revêt.

Pour Hamer, je trouve personnellement que son amateurisme scientifique (notamment des (prétendues mais fallacieuses) « vérifications scientifiques » présentées comme telles mais très lacunaires) a fait plus de tort que de bien dans la perception du public sur ce qui fait la genèse des maladies et pire, cela a occulté les avancées déterminantes de la psychosomatique qui avait déjà fait dire ce qui suit : « C'est la médecine tout entière qui doit s'ouvrir à la psychologie et devenir psychosomatique. Ou pour mieux dire, avec WEISS et ENGLISH [°] : "Toute maladie relève à la fois de l'esprit et du corps et toute thérapeutique est, de ce fait, de la médecine psychosomatique. Lorsqu'on en sera dûment persuadé, le terme psychosomatique pourra disparaître, les données qu'il traduit étant désormais impliquées dans le terme médecine". Mais pour cela il faut que tous les médecins et psychiatres soient authentiquement formés à la psychologie et aient renoncé au préjugé organiciste. » (Marc-Alain Descamps (1992). Corps et psyché, p16). ° Ouvrage de référence : Médecine Psychosomatique. L'Application de La Psychopathologie aux Problèmes Cliniques de Médecine Générale
Lucas Laflamme
on Feb. 15 2011
La patience est une vertu et vous me semblez bien dépourvu, Monsieur. J’ai le regret de vous mettre devant l’évidence : votre mèche est si courte que votre projection à l’effet que ma flamme se serait éteinte ne révèle que votre étourderie. D’autant plus que votre hâte vous a fait mettre un « t » de trop à éteinte.

Pour votre gouverne, mes priorités sont et demeureront ma pratique, mes patients et mes étudiants. Et donc s’il me reste un peu de temps, je l’emploierai à instruire les néophytes que vous abusez sans aucune science.

Ceux que ne peuvent vibrer dans les hautes sphères et n’agissent que selon leurs instincts primaires ne seront toujours que des pseudo-représentants de la science.

Vous donnez de nouvelles preuves éclatantes de votre confusion en mettant dans le même ensemble des antagonistes, à savoir la pseudo-science d’un mystificateur, j’ai nommé le Dr, généraliste, Claude Sabbah, et la science, c’est-à-dire la découverte par le Dr Ryke Geerd Hamer de cinq lois biologiques indiscutables. Confondre les deux est une hérésie, d’autant plus que la Biologie Totale n’a que l’obscure prétention de s’inspirer des travaux du Dr Hamer. Son interprétation de la base de ceux-ci, à savoir les irréfutables lois, étant erronée, on ne saurait s’étonner que tout son édifice soit aussi instable.

La fumisterie est d’autant plus pernicieuse ici que si succès il y a avec cette approche hautement superficielle, on ne saurait l’attribuer qu’à l’œuvre de la nature, car si vous ne contrecarrez point les processus bien-fondés du programme biologique en phase de résolution, l’homéostasie se rétablira d’elle-même.

« L'art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit » (Voltaire) définit correctement une partie de cette approche pseudo-scientifique.

L’autre partie, et c’est la source de son cortège sans fin d’échecs, concerne les chocs actifs rattachés au cerveau ancien, insensible à la psychologie ou au symbolisme et commandant des solutions concrètes.

L’animal n’entend absolument rien à la psychologie, Monsieur. Or, toutes les pathologies auxquelles vous pouvez penser, de la bouche à l’anus, sont directement associées à la partie « animale » de l’homme, selon son évolution (le cerveau humain témoignant dans ses différentes parties, cervelet, tronc cérébral, moelle cérébrale et cortex cérébral, de toute cette évolution de l’anneau archaïque à aujourd’hui), à savoir son cerveau archaïque ou reptilien, en conséquence, en simplifiant, les fonctions respirer, s’alimenter et se reproduire.

Et depuis quand le psychologue étudie-t-il en profondeur la biologie, l’anatomie, etc. ? Que sait-il du cerveau et de tous ses relais aux organes correspondants ? Le psychothérapeute ignore totalement les conséquences physiologiques de ses interventions, alors qu’elles peuvent être funestes et de fait, le sont dans plusieurs cas, notamment quand des fonctions vitales, les relais du coeur, par exemple, sont impliquées.

Lors d’un changement aussi radical de paradigme, vous ne pouvez maintenir en place des fondements (hypothèses, interprétations des observations) dépassés autrement que par ignorance. Si vous les maintenez par attachement à vos acquis, vous n’êtes plus sur le terrain de la science, mais sur celui du dogme. Votre argumentation à l’effet que nous devrions respecter des legs centenaires, alors qu’ils sont devenus caduques dès la découverte des lois biologiques, ne repose sur rien de solide, aucune loi ne les soutenant.

Le terme « psychosomatique » est peut-être récent, mais cet indiscutable lien entre l’esprit et le corps est étayé depuis des millénaires ! Entre les deux, psyché et corps, nous avons jusqu’à la découverte du Dr Hamer, négligé le cerveau ! Analogiquement, l'ordinateur central où tout se décide.

Nous savons désormais que ces trois niveaux, à savoir la triade psyché-cerveau-organe, sont parfaitement synchrones. Le Dr Hamer ne néglige aucun des trois niveaux. C’est vous qui nous ramenez à deux niveaux avec ces conceptions surannées.

Je corrigerai une autre de vos illusions, en vous instruisant sur le fait que toute découverte ne se bâtit pas obligatoirement sur l’héritage du passé, certaines nous ayant obligés à abandonner dans sa totalité tout un legs. Passer d’un système voulant que la Terre soit au centre de l’Univers à celui où c’est le Soleil qui est au centre, en est déjà un bon exemple.

Le stress, en tant que facteur (et un facteur n’est point et ne sera jamais une cause), n’est commode que dans la mesure où aucun des autres facteurs identifiés, et tous erronément confondus avec « causal », n’est retenu pour expliquer une pathologie.

Quoi de plus nébuleux pour un patient dans une société dont l’ensemble des éléments subit au quotidien du stress. Invoquer la fatalité, vous trouvez cela scientifique ? Et comment expliquez-vous que le stress « cause » autant de pathologies différentes et aussi éloignées les unes des autres ?

En matière de droit, je ne vous poserai point la question à savoir si vous avez quelque compétence, puisque vous prouvez noir sur blanc que vous n’y entendez absolument rien. Et pas davantage sur les règles universitaires appliquées à la présentation d’une thèse post-doctorale.

Vous êtes-vous seulement posé la question, à savoir pour quels motifs depuis deux décennies, et malgré trois injonctions des tribunaux, on refuse encore à l’Université de Tübingen de vérifier ?

On ne veut pas les vérifier, ces lois, Monsieur, parce que l’on sait qu’elles sont justes et irréfutables. Je vérifie chaque jour depuis des années leur exactitude. De très nombreuses vérifications scientifiques ont été faites (à Vienne, à Namur, à Turnau, etc. les deux plus récentes, en 2010, dans deux facultés de médecine du Nicaragua).

Vous devez être très naïf pour croire que les défenseurs de la médecine d’école que vous invoquez vous donnent l’heure juste.

J’attends depuis 1981 que l’Université de Tübingen procède et se prononce.

En conséquence, qu’on nous dise officiellement que cette thèse est irrecevable et nous, ses défenseurs, cesserons immédiatement de la soutenir. Tant que l’université où cette thèse a été dûment déposée refuse de faire cette vérification (l’argument de son doyen : « Nous ne voulons point savoir si le Dr Hamer a raison » est tout sauf recevable en science !), nul ne peut se prononcer sur la Médecine nouvelle germanique ni l’infirmer.

Si vous entendez continuer à valoriser le point de vue d’aveuglés, de hors la loi et d’escrocs qui osent se prononcer ou sont passés maîtres dans la distorsion des faits, la calomnie et le mensonge, je ne vous retiens point.

Pour ma gouverne, j’estime avoir perdu assez de temps avec vous et si je ne vous donne plus la réplique à l’avenir, je vous prie de ne point interpréter autrement mon silence que par un désintérêt total à m’entretenir plus longtemps avec un cancre (n. m., nom vulgaire du crabe. Par analogie, il désigne, dans les collèges, un Écolier dont on ne peut rien faire. 1. (Familier) mauvais élève ; 2. personne dénuée de bon sens, d'intelligence.)

Lucas
J. Bousquet
on Feb. 15 2011

Pourquoi dire cela ? Il ne s'agit pas de flamme mais de vérité mathématique ! Oui Hamer a raison ! peu importe qu'il cite ou non ses prédécesseurs. C'est lui qui, à la suite de la maladie et la mort de son fils a découvert le lien entre cet évènement et la survenue de son cancer du testicule.

Les travaux de Pinel éminent mathématicien, découvreur des "champs morphiques" dans la cellule, champs qui, nous le savons aujourd'hui, se retrouvent fractals et hologrammiques (poupées russes) démontrent mathématiquement que le corps physique n'est que la manifestations de "croyances". Le dH3/dT exige que tout changement d'information se manifeste intantanément dans le corps. Toute information non gérée représente un stress qui provoque au niveau du cerveau, cristal liquide, unœdème responsable d'un changement de fréquence donc d'information pour l'organe régi par cette cible du stress. Cet œdème peut aller jusqu'à une rupture de dialogue entre le champ morphique et l'organe, ce dernier faute d'information multiplie ses cellules jusqu'à ce que le lien soit rétabli.

Il ressort de cela que toute maladie est un mal à dire et prend naissance dans le psychisme. Il serait trop long de reprendre tout le développement de ces travaux et leur portée, ce site est là pour cela.

Bonne journée à tous

Raphaël Desteen
on Feb. 15 2011
Comme c'est bizarre ! La flamme si enflammée pour Hamer semble s'être étteinte !...
Raphaël Desteen
on Feb. 14 2011
Précisions concernant le déni du psychosomatique du Dr Hamer :

Hamer et Sabbah ont presque réussi à faire croire que seules leurs approches (et pour la première fois SVP !) prenaient en compte l’aspect psychosomatique des maladies !

Ce qui est un gageure étant donné que les liens psychisme-corps relèvent indéniablement de la psychosomatique (!); ils sont tous les deux dans le déni de ce qui est psychosomatique et dont ils se sont gardé d’ailleurs d’utiliser le terme, masquant ainsi toute l’histoire de la médecine psychosomatique et avançant leurs approches comme étant innovantes (ce qu’elles ne sont pas !) ; c’est parfaitement malhonnête sur le plan intellectuel car on ne construit rien de neuf autrement que sur de l'ancien : toute découverte se bâtit sur l'héritage du passé.

Tout un pan de la médecine conventionnelle prend en charge l’aspect psychosomatique des maladies et d’ailleurs, la psychothérapie s’en occupe aussi conformément (notamment) cette déjà ancienne définition donnée dans un manuel de référence : "La psychothérapie est l'ensemble des moyens par lesquels nous agissons sur l'esprit malade ou le corps malade, par l'intervention de l'esprit." (Dr Antoine Porot, co-auteur du Manuel alphabétique de psychiatrie - 1952).

La psychothérapie ne se limite donc pas aux troubles mentaux. Dans le cas de troubles somatiques, donc physiques, la psychothérapie peut intervenir efficacement : même si les relations entre l'immunité et le psychisme sont scientifiquement avérées, elle n’a aucune prétention scientifique a priori.

L’Association française pour l’information scientifique (AFIS) déjà citée livre la conclusion suivante suite à son enquête : « On pourrait assimiler la thérapeutique de cette médecine alternative à la psychothérapie. La médecine soigne le corps et la psychothérapie le psychisme mais dans le cas qui nous intéresse, le corps est dépossédé de son essence, de toute consistance, il n’est plus qu’un objet, un miroir de nos angoisses dans les mains du thérapeute. Il s’agit là d’une dérive pernicieuse de la médecine ‘’ psychosomatique’’. Nos investigations sur la biologie totale et la Médecine Nouvelle nous ont amené à penser qu’il est de notre devoir de dénoncer les pratiques en relation avec ces pseudo-théories représentant un danger mortel potentiel pour tout patient qui y aurait recours » (La « biologie totale » sous la loupe, SPS n° 277, mai 2007, article écrit par le Dr Alessandra Moonens : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article746).
Raphaël Desteen
on Feb. 14 2011
En fait, je n'avais pas donné la référence à propos des prétendues vérifications scientifiques exhibées par Dr Hamer et que voici.

Dans un premier temps, le Dr Hamer s’était employé à tenter de faire reconnaître et valider ses théories en les présentant sous la forme d’une thèse, à l’endroit même où il avait obtenu son diplôme de médecine : « Au mois d’octobre 1981, le docteur Hamer a présenté sa recherche à l’Université de Tübingen dans le cadre d’une thèse de troisième cycle. Son objectif était de s’assurer que ses découvertes soient vérifiées sur des cas équivalents afin que la Médecine Nouvelle Germanique puisse éventuellement être enseignée à tous les étudiants en médecine […] »(1).

Cette démarche s’est soldée par un implacable et inévitable refus, car sa thèse a été jugée, comme de juste, « non reproductible »(2). Le critère de reproductibilité scientifique impose qu’on puisse répéter les résultats à volonté, ce qui est rigoureusement impossible avec des maladies : on ne peut pas les reproduire à l’identique ; comment le Dr H. a-t-il pu croire que la comparaison à d’impossibles « cas équivalents » pouvait résoudre une telle problématique ? Constatant qu’il était alors impossible d’obtenir dans de telles conditions quelque reconnaissance scientifique officielle, le Dr H. a paradoxalement et indûment obtenu auprès d’universités ce qu’il avance comme étant des « vérifications scientifiques » de ses « lois » (4).

Leur rejet par la communauté scientifique s’ensuivit inévitablement, ; voici d’ailleurs la sanction consécutive à sa présentation en justice d’une « vérification » par l'université de Bratislava (5) et dont la forme (lacunaire) était similaire aux autres qu’il a sollicitées : « Interrogé sur ce document dont l'authenticité n'était pas vérifiée, le Professeur HOERNI, Président de la Section Éthique et Déontologique de l'Ordre National des Médecins, estimait qu'il s'agissait d'une attestation rudimentaire ayant une valeur scientifique extrêmement limitée (6) . En effet, montrées comme renfermant un fondement irréfutablement solide, ces "vérifications" étaient toutes sujettes à caution, vu l'absence des indispensables protocoles scientifiques associés (destinés à fournir les détails des expérimentations).

(1) Extrait de la biographie de Hamer présente sur le site canadien de la GNM (http://www.germannewmedicine.c...0-%20French.pdf ) – La mise en caractères gras est le fait de l’auteur de ce livre. (2) Dans un communiqué médical diffusé à la communauté scientifique et qui est repris paradoxalement sur le site du Dr H. (http://www.germanique-nouvelle...ask=42&Iteid=50 ). (3) Elles sont reproduites sur son site (http://www.medecinenouvelle.com/verifications ) ; on remarquera leur brièveté. (4) En référence à ce qui est présenté sur son site : http://www.medecinenouvelle.com/comprendre ). (5) Reproduite sur le site du Dr H. (http://www.medecinenouvelle.co...trnava_fr.shtml ). (6) Exhibée lors de son procès et mentionnée dans les attendus de son procès à Chambéry (France) du 11 septembre 1998 (http://prevensectes.com/stop2.htm ).
Raphaël Desteen
on Feb. 14 2011
M. Laflamme vous affirmez beaucoup mais vous ne prouvez strictement rien ! Pire vous vous injuriez (fin de votre mail) ce qui est la marque de ceux dont la seule argumentation est l’insulte (CQFD).

M. Laflamme écrit : « Pour votre gouverne, à titre de médecin spécialiste, j'ai étudié en profondeur les dits travaux pendant des années avant de me prononcer sur ceux-ci et je puis vous affirmer que l'infime partie traduite, et qui plus est mal traduite, en français, et de longue date dépassée, ne rend en aucun cas justice au génie du savant allemand et à la prodigieuse évolution de sa haute science que seul un cancre ou un esprit tordu saurait encore pourfendre. » Voilà un argument sophistique et donc fallacieux : argumentum ad nauseam (aussi appelé avoir raison par forfait) du genre : "Avez-vous lu les 38000 références que je viens de vous citer ? Non ? Eh bien je considère alors que vous n'avez rien à apporter à ce débat".

M. Laflamme écrit : « « Cette médecine est hautement scientifique, exigeante, rigoureuse et complexe. Les cinq lois sont justes, vérifiables et indiscutables.» Relisez ce que j’ai écrit : pour qu’une médecine soit scientifique il faut qu’elle est prouvé SCIENTIFIQUEMENT ses théories, or il n’en est rien ; en conséquence, de telles prétentions (déplacées) dans la bouche notamment de Hamer la range incontestablement dans la catégorie des pseudosciences ! Vous prétendez que les lois sont vérifiables mais elles ne l’ont jamais été ! Affirmer n’est pas prouver.

M. Laflamme écrit : « Enfin, un psychologue se trouve extrêmement mal placé, de par sa formation limitée, devant la Médecine nouvelle germanique. Cette précision me paraît essentielle, car je ne suis pas sans connaître les défenseurs aveuglés de la "psychobiologie" sur l'Internet et leur ramassis de faussetés. » Argument d’autorité (autre sophisme).

M. Laflamme écrit : « comprendre les lois découvertes par Hamer qui ne souffrent point d'exception et existent indépendamment de nous. » Voilà l’expression d’un dogme (puisqu’aucune preuve scientifique ni même empirique valide n’ont été données !).

M. Laflamme écrit : « Nous sommes, Monsieur, sur le terrain des sciences naturelles, de la biologie et de l'évolution des espèces, alors que vous pataugez dans la psychologie. » C’est réducteur et insultant. En plus prétendant que vous êtes sur le « sur le terrain des sciences naturelles, de la biologie… », il faudrait donc appliquer les règles en vigueur dans de telles sciences (notamment celles de l’expérimentation scientifique et de l’application stricte de son protocole), ce que (rappel) fait cruellement défaut dans la GNM de Hamer.

M. Laflamme écrit : « Qu'est-ce qui vous amène à croire en la malhonnêteté intellectuelle du Dr Hamer, sinon votre croyance erronée qu'il connaissait les travaux du Pr Laborit ? » Relisez ce que j’ai écrit à propos du « déni du psychosomatique » ou comment avoir sciemment ignoré les apports de quasi deux siècles des découvertes en psychosomatique !

M. Laflamme écrit : « Si vous lisiez les procès-verbaux et les vérifications notariées en lieu et place des âneries publiées sur Internet par des détracteurs et des diffamateurs, vous cesseriez de vous leurrer et en donnant votre opinion sans fondement de propager des faussetés. » Qu’elles aient été notariées ou pas, les prétendues vérifications sont lacunaires et ne peuvent en aucun cas être recevables scientifiquement (voir dans mes précédents messages notamment le verdict (procès de Hamer à Chambéry) du Professeur HOERNI.
Lucas Laflamme
on Feb. 13 2011
Monsieur Raphaël Desteen,

Devant votre confusion, votre ignorance, votre subjectivité et votre superficialité, vous me forcez à vous enjoindre à faire preuve d'humilité et de discernement en approfondissant votre savoir, vos études et vos recherches sur la Médecine nouvelle germanique et sur le Dr Ryke Geerd Hamer.

Pour votre gouverne, à titre de médecin spécialiste, j'ai étudié en profondeur les dits travaux pendant des années avant de me prononcer sur ceux-ci et je puis vous affirmer que l'infime partie traduite, et qui plus est mal traduite, en français, et de longue date dépassée, ne rend en aucun cas justice au génie du savant allemand et à la prodigieuse évolution de sa haute science que seul un cancre ou un esprit tordu saurait encore pourfendre. Cette médecine est hautement scientifique, exigeante, rigoureuse et complexe. Les cinq lois sont justes, vérifiables et indiscutables.

Enfin, un psychologue se trouve extrêmement mal placé, de par sa formation limitée, devant la Médecine nouvelle germanique. Cette précision me paraît essentielle, car je ne suis pas sans connaître les défenseurs aveuglés de la "psychobiologie" sur l'Internet et leur ramassis de faussetés.

Vous mélangez non seulement des modèles et des concepts absolument distincts et incomparables, mais également thèses incomplètes, hypothèses et lois ! Le discernement vous faisant cruellement défaut, vous auriez grand intérêt à approfondir de manière à bien démêler les genres et à sortir de votre confusion abyssale, afin de comprendre les lois découvertes par Hamer qui ne souffrent point d'exception et existent indépendamment de nous.

Nous sommes, Monsieur, sur le terrain des sciences naturelles, de la biologie et de l'évolution des espèces, alors que vous pataugez dans la psychologie.

Laborit n'a point découvert la loi d'Airain ni énoncé aucune loi, Monsieur. Il n'a jamais même soupçonné les correspondances dans la triade psyché-cerveau-organe, sa démonstration n'ayant porté que sur l'exigence d'une solution concrète pour le cerveau archaïque dans un contexte de survie.

Qu'est-ce qui vous amène à croire en la malhonnêteté intellectuelle du Dr Hamer, sinon votre croyance erronée qu'il connaissait les travaux du Pr Laborit ? Votre jugement est hautement inique et absolument faux, vos perceptions et vos prétentions ne correspondant point à la vérité.

Saviez-vous que Gaston Naessens (somatides) ne connaissait pas non plus les travaux de Béchamp (microzymas), alors que nous nous référons ici à la même découverte et non point à deux nationalités (langues) différentes ? Cette ignorance, Monsieur, est la marque des grands savants, tout absorbés qu'ils sont par leur découverte ! Naessens, à la grâce de son somatoscope, nous donne la démonstration du cycle complet des microzymas (somatides).

Si vous lisiez les procès-verbaux et les vérifications notariées en lieu et place des âneries publiées sur Internet par des détracteurs et des diffamateurs, vous cesseriez de vous leurrer et en donnant votre opinion sans fondement de propager des faussetés.

Instruisez-vous correctement sur les 5 lois biologiques et l'ensemble des travaux du Dr Hamer jusqu'en 2010, préférablement en allemand, presque rien n'ayant été traduit dans la langue de Molière, parce que vos lectures sont de toute évidence extrêmement limitées, biaisées et dépassées.

Si l'escroquerie est l'art de la distorsion et de la disproportion, vous êtes un escroc ou, je l'espère vivement pour vous, le perroquet d'escrocs.

Lucas
Raphaël Desteen
on Feb. 6 2011
Erratum il ne s'agit pas de l'hopital de Sandefjord mais de la clinique privée de Katzenelnbogen
Raphaël Desteen
on Feb. 6 2011
2° Découverte dont il s’attribue faussement la paternité : « La loi d'airain du cancer »

J’ai lu tous les ouvrages en français du Dr Hamer et j’ai été sidéré que le scientifique qu’il prétend être ne fait strictement aucune référence à ses prédécesseurs, dont l'un de taille (et poru cause): le Pr Henri Laborit et sa découverte de "l’inhibition de l'action" dans une expérimentation qui place un rat (seul) certes, dans des conditions qui ne sont jamais remplies, dans leur environnement naturel, ce qui restreint la portée réelle d'une pareille expérimentation (même s'il faut saluer le courage et l'intelligence du Pr Laborit à avoir osé prendre en compte les facteurs psychiques dans l'apparition de maladies).

Expérience de Laborit (Inhibition de l’action qui conduit à des maladies) : une situation conflictuelle non résolue (appelé « conflit » par Hamer) qui produit un surstress (ici subir l'électricité)

1° le sujet étant dans un isolement (il se sent seul, sans pouvoir communiquer ce qu'il ressent)

2° Ne trouve pas de solution (ici, pas de possibilité de fuir ou de combattre le problème),

3° pour y survivre, cela crée une somatisation (en l'occurrence les lésions ulcéreuses à l'estomac : on peu timaginer que le rat interprète cette intrusion forcée en lui comme quelque chose à évacuer par la digestion), comme pour détourner le stress subi dans une partie du corps.

Au moment où le Dr Hamer commence à peine ses travaux sur le même sujet mais en se gardant erratiquement de parler de psychosomatique ! Pourtant on ne construit rien sur du neuf… La loi d'airain du Dr Hamer ne fait ainsi que reprendre ce que Laborit avait déjà découvert et pourtant le Dr Hamer qui ne pouvait pas ne pas le connaître, ne le nomme pas !

Henri Laborit a été un des acteurs de « Mon oncle d’Amérique » primé à Cannes (Grand Prix Spécial du Jury au Festival en 1980 et Prix de la Critique Internationale - F.I.P.R.E.S.C.I. en 1980) : c'est un parallèle entre l’attitude d’un couple de rats et celle d’un couple humain où le Pr Henri Laborit (il joue son propre rôle de scientifique expérimentateur.

Scénario : aussitôt après avoir perdu sa situation, Jean Le Gall (Roger Pierre) y est saisi d'une colique néphrétique et Ragueneau (Depardieu), d'une dépression qui le conduit à une tentative de suicide.

Le film avait fait grand bruit et Henri Laborit n'a pas été condamné par un tribunal ni incarcéré à la Santé, certes parce qu’il s’est montré respectueux des lois (à l’inverse du Dr Hamer qui n’a été pas condamné plusieurs fois par rapport à ses théories (il est fallacieux de le poser en martyr) mais tout à tour, pour exercice illégal de la médecine, complicité d’exercice illégal de la médecine et escroquerie).
Raphaël Desteen
on Feb. 6 2011
Plusieurs choses me choquent dans le texte de cette rubrique :

1° « La thérapie anticancéreuse du docteur Ryke Geerd Hamer (né en 1935) a connu un taux de succès exceptionnel - de loin le plus élevé que je connaisse, toutes méthodes de soin confondues. » On voudrait bien vous croire mais le mythe de la montagne des guérisons repose sur des contre-vérités :

Dans une lettre que le Dr Hamer envoie le 2 décembre 2004 à la Cour de cassation depuis sa prison de Fleury-Mérogis, il relate que le Procureur du Ministère Public du Tribunal de Wiener Neustadt (Allemagne) avait consigné à son propos que « plus de 90% (6.000) des patients traités par lui avaient survécu » (1).

Ce qui précède n’est confirmé par aucune source officielle et il est révélateur qu’il se soit privé de faire état sur son site du facsimile d’un tel document (s’il existe vraiment) et qui aurait pu figurer, par exemple, à côté des autres documents officiels présentés (faussement) comme des vérifications scientifiques de sa médecine.

Parmi les patients qui auraient continué à vivre, il faudrait se poser la question de savoir, quelle est la proportion de ceux qui auraient survécu à leurs maladies. Il aurait fallu le vérifier de nouveau et à plusieurs reprises, pour jauger exactement de l’efficacité du Dr Hamer comme thérapeute. Venant contredire ce qu’avance le Dr Hamer, la seule étude disponible serait fournie par le magazine Spiegel (2) qui « fait état d’une enquête menée par les autorités en Allemagne, établissant que sur cinquante patients passés entre les mains de Hamer dans sa clinique privés, seuls sept ont survécu » ; deux de ses collaboratrices directes à l’hôpital de Sandefjord qui y ont travaillé disent qu’il n’y a pas eu de guérison (3).

(1) Cf. http://www.coordiap.com/Gnews200412.htm (2) Cf. http://www.swisscancer.ch/dt_f..._02_hamer_e.pdf (3) Cf. http://stop.mng.biologie-total...elle_Germanique
LEPAN mickael
on Jul. 26 2008
On ne peut rien enseigner à autrui, on ne peut que l' aider à le découvrir lui même ! (Galilée) Quand on a tout compris HAMER, c'est frustrant! Mais il ne faut pas désarmer, surtout maintenant avec le Net et faire le relais de toute ces découvertes. Bravo pour votre site.
Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
See also