Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Les animaux et nous «  

Vivisection : augmentation de 6% en 2007 du nombre d’animaux utilisés pour la recherche

Traduction en français ci-dessous - pour information seulement - et vu le développement actuel de la vivisection à travers le monde, pas seulement au Royaume-Uni et en France d'ailleurs.

Le nombre d’expériences scientifiques sur les animaux a augmenté de 6% en 2007 pour atteindre plus de 3,2 millions. La grande majorité (83%) ont été pratiquées sur des rongeurs, alors que le nombre d’expériences sur des singes (3125 au total) est en baisse de 6%.



L’augmentation générale s’explique en grande partie par la confirmation de la tendance des chercheurs à utiliser toujours plus de souris et de poissons génétiquement modifiés (GM) pour leurs expériences. La mise au point de ces animaux suppose deux étapes au niveau de l’élevage et tous ces animaux sont décomptés comme ayant subi une « expérience » scientifique. En 2007, 1,15 million d’animaux GM ont été utilisés, soit 11% de plus que l’année précédente, et plus d’un tiers des expériences ont porté sur l’élevage de ces animaux.



« L’augmentation du nombre de recherches médicales, que nous souhaitons tous, entraînera l’augmentation du volume général d’expériences légitimes et utiles sur les animaux, et ce malgré les mesures prises pour y avoir recours le moins possible », déclare le député démocrate libéral Dr Evan Harris. Cet ardent défenseur d’une utilisation réglementée des animaux dans la recherche scientifique estime que l’utilisation de davantage d’animaux GM est une bonne chose car elle renforcera l’adéquation entre les animaux utilisés et les maladies humaines étudiées.



Iain Simpson, du groupe Pro-Test d’Oxford, est également de cet avis : « L’utilisation accrue d’animaux transgéniques est à nos yeux particulièrement positive car elle démontre que les scientifiques continuent à s’appuyer sur des méthodes novatrices pour rechercher des traitements contre des maladies présentant un risque vital. »



Il ressort des chiffres publiés par le Home Office que 83% des expériences ont été réalisées sur des rats, des souris et d’autres rongeurs, 10% sur des poissons et 4% sur des oiseaux.



600 expériences de plus ont été faites sur des chiens (+9%), 216 de moins sur des chats (-41%) et 2000 de moins sur du bétail (-39%). Des animaux génétiquement normaux ont été utilisés dans 1,73 million d’expériences réglementées (54% du total), en augmentation de 5% par rapport à 2006.



Au total 3,125 millions d’animaux ont été utilisés, soit 6% de plus.



Le ministre de l’Intérieur Meg Hillier déclare : « En qualité d’autorité de réglementation, nous veillons à préserver l’équilibre entre la protection des animaux et le progrès scientifique. Le système réglementaire est efficace, performant et impartial... Les progrès se poursuivent dans le domaine des tests sans animaux. Mais, actuellement, l’utilisation d’animaux sous agrément reste essentielle pour mettre au point des technologies sanitaires améliorées. »



Les opposants aux tests sur les animaux condamnent ces chiffres, en soulignant qu’ils représentent une augmentation de 21% de l’expérimentation animale depuis l’arrivée des travaillistes au pouvoir.



« En 1997, la politique de pure forme de protection des animaux a probablement permis aux travaillistes de gagner les élections. Mais elle s’est traduite par onze années d’échecs, à tel point qu’aujourd’hui, et pour la première fois en 16 ans, trois millions d’animaux meurent chaque année dans les laboratoires britanniques », déplore Wendy Higgins du fond Dr Hadwen Trust. « Si le gouvernement ne met pas en œuvre d’urgence une stratégie claire pour remplacer les animaux par des techniques de pointe, le bilan des travaillistes pour les animaux de laboratoire sera un véritable désastre. »



Elle estime que le gouvernement britannique a consacré aux alternatives à l’expérimentation animale 0,00002% du budget alloué aux sciences.



Michelle Thew, responsable de la British Union for the Abolition of Vivisection (BUAV), déclare : « L’augmentation massive du nombre d’animaux utilisés pour des expériences sous ce gouvernement est une honte pour notre pays. Malgré la forte mobilisation de l’opinion publique sur la question, le gouvernement n’a même pas essayé de prendre les mesures nécessaires ni de définir une politique claire pour faire baisser les chiffres. Le Royaume-Uni devrait être en train de montrer l’exemple dans le domaine de la réduction de l’expérimentation animale. Mais les dernières statistiques démontrent malheureusement que c’est très loin d’être le cas. »


http://www.guardian.co.uk/science/2008/jul/21/animal.experiments

le prophète
on Jul. 30 2008
> Ce que j'aime de ce site parfois ce sont les imbécillités élevées au rang de paroles d'évangiles; croyez-moi il n'y a pas grande différence. Pourquoi certains sentent le besoin de remettre en question ce que la nature à fait et fait encore...ex:pourquoi les loups sont-ils carnassiers, il faudrait les rendre herbivores(végétariens)...non mais quels conneries je lis ce soir sur cette page anti-vivisection...anti-ci et anti-ça...Soyez-sérieux un peu ou allez vivre un peu dans le bois sacrament. Quelle perte de temps....
Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
Forum »