Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Téléchargements «   Documents Divers «  

Essai de présentation des champs cellulaires H1, H2 et H3 d’Emile Pinel

Emile Pinel, mathématicien, biologiste et thérapeute a modélisé mathématiquement le fonctionnement de la cellule vivante. Ses équations l’ont conduit à émettre l’hypothèse de l’existence d’un champ unitaire H constitué de 3 champs H1, H2, H3 ayant chacun 3 composantes.



Puis Pinel cite des travaux prouvant l’existence des champs intracellulaires, magnétiques et électriques. Ce texte est une présentation de ces trois champs et de leurs caractéristiques. La justification des propriétés des 3 champs est liée au comportement des équations.

Ainsi le champ H2 apparait dans les équations sous une forme que les mathématiciens appellent « imaginaire ». Ces nombres « imaginaires » ont des applications très concrètes dans beaucoup de domaines (en courant alternatif par exemple) aussi Pinel est amené à considérer que H2 a des « propriétés dont certaines sortent du domaine réel », c’est pourquoi il lui attribue la fonction « mémoire ».

Selon Pinel, H2 contient le programme intracellulaire, c’est le donneur d’ordres. Ces ordres sont transmis par le champ H3 au champ H1, magnétique, qui les exécute. Si l’un de ces champs est perturbé par une cause interne ou externe, physique, biologique ou psychique, alors la cellule ne fonctionne plus : c’est la maladie.

Ce modèle suggère donc une « thérapeutique par les champs ». Ce type de thérapeutique – fondée sur une théorie différente - existe notamment en Chine et en Russie, depuis des années.

DURAND Dominique
on Aug. 20 2009
Août 2009 : Je viens de lire (avec quelques mois de retard) les échanges tout à fait passionnants entre Jean Lerbet et Serge Nahon à propos de la théorie des champs d’Emile Pinel.

Cela me renvoie à quelques années en arrière où j’avais tenté de convaincre ma compagne, biologiste au CNRS, enseignante à la fac de médecine et une des meilleures spécialiste de l’analyse des cellules par la technologie hyper sophistiquée de la « cytométrie en flux », d’au moins regarder du coté des travaux d’Emile Pinel.

J’avais mis à sa disposition une copie de la thèse « Vie et Mort » (en biologie cellulaire) de Pinel que je possédais.

Timidement elle avait posé sur son bureau l’article synthèse de Serge Nahon, avec quelques équations reprises en annexe.

J’ose à peine vous signifier la réaction du « patron » de son labo (pourtant issue d’une grande famille de médecins très connus !) : qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Pour me consoler, Jacqueline Bousquet m’avait expliqué que toute sa vie de chercheuse au CNRS elle avait rencontré ce genre d’ostracisme stupide. Elle me mit alors en contact avec Serge Nahon qui me proposa gentiment de venir donner des cours de rattrapage en mathématiques aux médecins et biologistes du labo de recherche.

A ce moment ce sont les techniciens et les ingénieurs de la société américaine qui fabrique ces fameux « cytomètres en flux » qui se sont opposé à toute intrusion dans leurs logiciels qu’il vendent si cher aux labos de recherche. En fait, sans nier leur technologie, je me rends compte maintenant que ces fameux cytomètres ne sont que des « boîtes noires » équipés de lasers qui envoient leurs faisceaux croisés sur les cellules colorées étudiées et enregistrent sur d’énormes tableurs les résultats de ces images.

Interviennent ensuite les logiciels d’interprétation des données brutes présentées sous formes de diagrammes (très jolis, très colorés). Hors de question donc pour les fabricants de laisser intervenir de vrais mathématiciens et statisticiens (risque d’ouvrir une sorte de boîte de Pandore qui leur rapporte tant de royalties) pour aider les chercheurs à mieux comprendre les données brutes.

Ce serait d’autant plus utile que des chercheurs qui travaillent aujourd’hui sur les cellules souches commencent à utiliser la cytométrie en flux d’une façon très certainement sous employée.

Comme je suis têtu j’ai même proposé de reprendre le dossier dans le cadre d’un Crédit Impôt Recherche (CIR) géré par une jeune société de biotechnologie.

Un peu lassé par tant de résistance j’avais laissé tomber le projet courant 2008.

En relisant les échanges Lerbet/Nahon et la proposition de collaboration de Serge Nahon, j’ai repris espoir.

Si vous pensez qu’il y a quelque chose à faire, Jacqueline Bousquet peut nous mettre en connexion.

Dominique DURAND

julien
on Dec. 26 2008
C'est pourquoi nous l'avons mis à disposition au téléchargement


Julien
lerbet jean
on Nov. 21 2008
- Nov 22

Après appel téléphonique chez Maloine, ils ne connaissent pas ce livre! Avoir accès aux oeuvres de Pinel relève du parcours du combattant!!!

très cordialement
lerbet jean
on Nov. 20 2008
- Nov 20 bonsoir

je vous remercie de votre réponse et suis prêt à collaborer pour l'analyse détaillée des travaux de M. Pinel. Ma formation m'a conduit à étudier et utiliser le calcul tensoriel. Il y a donc une forme de complémentarité. Je vais essayer de me procurer le livre de 1973 chez Maloine. Je vais lire votre texte sur le temps et je vous recontacte. J. Bousquet a mon mail. Elle peut vous le communiquer.

Très cordialement

Jean

julien
on Nov. 11 2008

Bonjour, D’abord merci d’avoir lu et trouvé quelque intérêt à mon article « Essai de présentation des champs cellulaires H1,H2,H3 d’Emile Pinel ». Vos questions m’ont été transmises par Jacqueline Bousquet . Avant d’y répondre je crois utile de préciser :

1/ que je n’ai pas appris le calcul tensoriel malgré une licence ès sciences physiques et un Doctorat 3° Cycle en Optique Ultrahertzienne !

2/ que Pinel étudie la cellule sous deux aspects :

a/ la mécanique cellulaire, en particulier la déformation de la cellule jusqu’à son éventuelle rupture qui peut correspondre à l’apparition de deux cellules filles ainsi que bien d’autres configurations. Cet aspect est traité par le calcul tensoriel .

b/ les mouvements intracellulaires qui sont traités par le calcul tensoriel mais peuvent être traités par des méthodes plus simples. Ce sont ces mouvements intracellulaires qui ont conduit Pinel à l’hypothèse des champs. (Voir le document cité en R3)

Voici maintenant les réponses que je peux donner en reprenant votre texte.

1) où peut-on trouver les équations proposées par Pinel en particulier sur la mécanique de la cellule à savoir: - les équations tensorielles relatives à la déformation (est-ce le tenseur de déformation classique?) - les equations de comportement et en particulier du couplage électro-magnéto?-mécaniques (est-ce la piézo-électricité?). Faut-il adjoindre les équations de Maxwell? - l'obtention des équations de champs. Sont-ils scalaires ou vectoriels? Vérifient-ils les conditions d'objectivité?.....

R1 : les équations se trouvent dans le livre fondamental « Les Fondements de la Biologie mathématique non statistique-Biométrie leucocytaire » Editeur Maloine -1973. Je pense qu’il s’agit du tenseur de déformation classique. La « naissance » des champs n’est pas due, dans la théorie de Pinel, à un effet piézo-électrique mais à une analogie formelle entre une équation décrivant les mouvements dans le « très petit biologique » et celle décrivant le fonctionnement d’un circuit électrique imaginé par Pinel. Dans ce cadre il n’est absolument pas question d’équations de comportement mécanique de la cellule. Voir le document cité en R3 pour plus d’information. Equations de Maxwell : A ma connaissance Pinel ne les cite nulle part En ce qui concerne les champs, comme ils ont des composantes, j’en déduis qu’ils sont vectoriels. En ce qui concerne les conditions d’objectivité et sauf erreur de ma part, Pinel ne les cite nulle part. Je peux seulement constater que pour Pinel ces champs existent réellement et qu’en conséquence la vérification mathématique des conditions d’objectivité a pu lui apparaître superflue mais ce n’est qu’une hypothèse.

2) la description que semble en faire E. Pinel suggère plutôt des théories non standards c'est-à-dire non locales (théorie du second gradient ou intégrale) prenant en compte des effets non locaux dans la matière.

R2 : Ne connaissant pas les théories non locales, ou celle du second gradient je ne puis donner un avis sur cette remarque.

3) son traitement de la question du temps est plus obscur pour moi sans doute car il avait une intuition très forte du temps biologique

R3 : La notion de temps biologique chez Pinel est très originale. Ce temps est en effet aléatoire et peut s’écouler dans les deux sens, il est donc très différent du temps ordinaire. Je me permets de vous proposer la lecture de mon article « Présentation succincte des travaux d’Emile Pinel »(version 2) qui vient de paraître sur le site http://www.arsitra.org. Dans cet article j’essaie d’expliquer le plus simplement possible cette notion de temps biologique qui joue un rôle fondamental dans toute l’œuvre de Pinel.

4) je viens de lire dans un magazine (dernier Nexus) que les Chinois envoient des graines dans l'espace et que de retour sur Terre, elles donnent des fruits et légumes énormes (action de la faible gravitation?!) Pinel montre dans ses calculs que l’apparition d’un phénomène biologique quelconque nécessite au préalable une période temporelle d’incubation T où en quelque sorte ce phénomène « se prépare ». Il montre par ailleurs que cette période d’incubation T est liée à l’orbite et donc à la gravitation. Autrement dit pour Pinel la gravitation et la biologie sont intimement liées. Pour terminer : Votre commentaire se termine par la phrase : «… les aspects plus globaux avec la philosophie d’approche d’E.Pinel sont quasi inexistants. C’est fort dommage . Au travail ! »

Je suis bien évidemment d’accord avec vous ! J’oserais terminer par la remarque suivante : La nature de vos questions montre à l’évidence que vos compétences seraient fort utiles pour poursuivre et améliorer mon très modeste travail de vulgarisation des travaux d’Emile Pinel !

Serge Nahon.




Julien

julien
on Nov. 8 2008

Bonjour,

 Je pense que vous trouverez une partie des informations que vous recherchez dans Vie & Mort disponible au téléchargement .

Vous pouvez aussi cliquer sur Emile Pinel dans le nuage de tags pour voir tous les articles en lien.

Cordialement




Julien


Julien
lerbet jean
on Nov. 8 2008
- Nov 08 Bonjour Je viens de lire avec intérêt la présentation des champs cellulaires qui ouvre des horizons... . Il m'est venu plusieurs remarques ou questions:

1) où peut-on trouver les équations proposées par Pinel en particulier sur la mécanique de la cellule à savoir:
- les équations tensorielles relatives à la déformation (est-ce le tenseur de déformation classique?)
- les equations de comportement et en particulier du couplage électro-magnéto?-mécaniques (est-ce la piézo-électricité?). Faut-il adjoindre les équations de Maxwell?
- l'obtention des équations de champs. Sont-ils scalaires ou vectoriels? Vérifient-ils les conditions d'objectivité?.....

2) la description que semble en faire E. Pinel suggère plutôt des théories non standards c'est-à-dire non locales (théorie du second gradient ou intégrale) prenant en compte des effets non locaux dans la matière.

3) son traitement de la question du temps est plus obscur pour moi sans doute car il avait une intuition très forte du temps biologique. 4) je viens de lire dans un magazine (dernier Nexus) que les Chinois envoient des graines dans l'espace et que de retour sur Terre, elles donnent des fruits et légumes énormes (action de la faible gravitation?!) Et encore une multitude questions-remarques... pour conclure cette intervention, je remarque que de nombreux chercheurs sur Terre tentent de mettre au point des modèles de cellule. Les aspects biologiques sont très avancés (et d'une complexité folle), les aspects physiques tentent de suivre mais très difficilement et sans envergure, les aspects plus globaux avec la philosophie d'approche d'E. Pinel sont quasi-inexistants. C'est fort dommage. Au travail!

Jean Lerbet Ingénieur des Ponts et Chaussées Professeur des Universités

Files


Essai de présentation des champs cellulaires H1, H2 et H3 d’Emile Pinel

shared by julien on Nov. 6 2008 · 6,655 downloads · 652,364 bytes

details

Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
Téléchargements »
See also