Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Les animaux et nous «  

Le 31 janvier 2009, ce sera la première journée mondiale pour l'abolition de la viande.

http://www.nomoremeat.org ou en français à la fin de ce message. Pour la France, on sait déjà qu'il y aura des actions à Rennes, Paris, Lyon, Die, Montpellier, Metz (autres villes candidates bienvenues, et participants aux actions déjà prévues bienvenus aussi).

Le 31 janvier 2009 aura lieu la première édition de la Journée Mondiale pour l'Abolition de la Viande.

Qu'est-ce que la Journée Mondiale pour l'Abolition de la Viande ?

La Journée Mondiale pour l'Abolition de la Viande est destinée à promouvoir auprès du grand public la revendication politique d'abolition du meurtre des animaux pour la viande. Six millions d'êtres sensibles sont tués dans le monde chaque heure (!) pour être transformés en viande, sans
même compter le massacre des poissons, qui sont bien sûr pris en compte dans la revendication d'abolition de la viande. La consommation de viande cause plus de souffrances et de morts qu'aucune autre activité humaine alors qu'elle n'est en rien nécessaire.

De nombreux collectifs se mobiliseront pour promouvoir la perspective de l'abolition de la viande. Il ne s'agira pas seulement de promouvoir le végétarisme/véganisme auprès des individus mais d'exprimer à la société que la pratique d'assassiner les animaux pour les manger devrait être
abolie. Nous espérons que cette initiative fortifiera le mouvement animaliste au fil des années. Il est important de s'adresser aux consommateurs, mais nous devons commencer à nous adresser aussi aux citoyens tout comme l'ont fait les militants pour l'abolition de l'esclavage, qui alors même qu'ils étaient nettement minoritaires non seulement demandaient à la population de boycotter le sucre produit par
les esclaves, mais exprimaient aussi clairement l'idée que l'esclavage devrait être interdit. Il importe aujourd'hui d'interpeller clairement la société tout entière au sujet de la viande, afin qu'elle ne puisse plus éviter les conséquences d'un débat public sur la légitimité de cette pratique.

A l'occasion de cette journée de sensibilisation, des conférences, des actions de rue, des distributions de tracts ainsi que des stands d'information seront organisés pour propager l'idée que la consommation de viande ne saurait être justifiable d'un point de vue éthique et doit donc pour cette raison être abolie - de même que l'esclavage humain l'a été dans son temps.

Voici la vidéo d'une action originale pour l'abolition de la viande, faite par des activistes suisses en 2007 (pouvant bien sûr être reprise par d'autres collectifs) :



En espérant vous voir nombreux à utiliser votre voix pour les animaux et participer à la Journée Mondiale pour l'Abolition de la Viande, nous vous présentons nos meilleures salutations.
Comité de lancement de la Journée Mondiale pour l'Abolition de la Viande


de Villers Grand-Champs Cédric
on Jan. 28 2009
Rien ne saurait justifier la barbarie des élevages et des abattoirs pour satisfaire leur perversion en mangeant du cadavre animal.

... Il n'existe pas de valeurs absolues, tout dépend de nos références culturelles, c'est peu de chose, pourtant le résultat est terrifiant. Il suffit de se souvenir que nous, qui ne sommes pas nés dans des familles végétariennes ou végétaliennes, nous avons mangé tranquillement de la viande d'animaux, préparée avec amour et délicatesse sans trouver ça trop dégoutant, tout est possible, hélas, dans notre monde, il n'y a pas d'autre limite à la barbarie que l'imagination. Malheureusement si certains relèvent ces actes comme étant ignobles, ils sont traités de cinglés, de rêveurs, d'hypersensibles. Ce sont toujours les mêmes arguments qui sont utilisés, que ce soit pour tuer des animaux ou des humains. On dit la même chose des pacifistes, ou si dans un groupe d'humains, l'un d'entre eux trouve incorrect d'aller en maltraiter d'autres, il lui sera reproché les mêmes choses : " trop de sensibilité ", " pas assez dur ", " c'est normal d'agir ainsi ". Le problème est juste que lorsqu'à son tour on se retrouve opprimé, on voudrait être plus respecté et on ne comprend pas que les autres agissent envers nous, comme nous, nous agissons envers les autres lorsque nous sommes en position de force. Les humains voudraient être respectés alors qu'ils sont incapables d'avoir l'intelligence de ne pas opprimer les plus faibles qu'eux : en général, on récolte ce qu'on sème...

de la part de Cédric


Pour l'homme, c'est le temps qui passe. Pour le temps, c'est l'homme qui passe.

Proverbe chinois
jb
on Jan. 15 2009

Je suis consternée de constater que le seul argument des omnivores qui se sentent tout de même coupables est de s'occuper des autres plutôt que se remettre en question ! des arguments tels que "Que faites vous du cri de la carotte ?" lorsqu'on évoque la torture des animaux de boucherie vaut bien le :" les animaux ne sont pas végétariens " c'est pitoyable ! Revendiquer ainsi sa condition de mammifère pour continuer à se comporter comme tel est bien triste ! c'est oublier que nous avons le choix, nous ! parmi les milliards de végétariens de par le monde, choisir un cas qui prétend ne pouvoir rester végé pour raison de santé !! n'est pas, non plus banal ! pourquoi ne pas parler du Dallai Lama qui prétend aussi manger de la viande pour raisons médicales ! quel imposteur ! Contrairement aux affirmations dénuées de fondement, par notre physiologie, nous ne sommes pas des carnivores , mais des frugivores. La viande est pour nous un poison, notre foie est trop petit et notre intestin trop long pour éliminer les toxines issues de la décomposition des protéines animales. On conseille de plus en plus d’adopter des régimes sans viande pour venir à bout des nombreuses pathologies qui accablent nos contemporains. Il est bien connu scientifiquement que les végétariens sont beaucoup moins malades qu'ils ont moins sujets au diabète ou au cancer que les carnivores. De même pour les prétendues carences, seuls les malades, qu'ils soient végé ou autre connaissent ce problème ou ceux qui croient tout ce qu'on leur raconte, l'effet placebo ou nocebo fait le reste. "on devient ce que l'on pense"!! (à méditer) Personne n'oblige personne c'est juste un sujet de réflexion, vous pouvez continuer à "manger de l'agonie" comme le disait Yourcenar ! à récupérer les informations de violence de torture et de mort que véhiculent les produits animaux, c'est votre responsabilité. Pour en revenir aux lois sur la nutrition encore faudrait il les connaître ! nul ne s'improvise physiologiste et ce n'est pas en répétant les inepties véhiculées partout par ceux que cela arrange, que nous pourrons faire un monde de non violence, de respect de l'autre, quelqu'il soit et surtout que nous pourrons enfin sortir de notre condition animale, c'est le but de ce site qui se veut "innovant". De nombreux livres sortent actuellement sur les animaux par exemple : "La communication animale" de Pigani, ed JC Lattès ou Les animaux et l'au-delà de Kim Shéridan ed Ada. Ils devraient permettre à certains d'entre nous de se poser des questions sur la façon dont nous les considérons et, peut-être de faire reculer la barbarie.

Edited by Bousquet Jacqueline on Jan. 15 2009


julien
on Jan. 14 2009
Je ne pense pas avoir non plus la prétention d'imposer un point de vue à coup de copier / coller.

Bonne soirée


Julien

Labrique Baudouin
on Jan. 14 2009
Recherchant un lien qui montre en fait ce à quoi conduit l'intégrisme du "tout-végétarisme" (et autre "tout-végétalisme", je suis tombé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, sur le témoignage suivant qui en dit long :

"Je suis une ex-végétarienne (7 ans de végétarisme tout de même) mais j'ai dû arrêter par ordre de mon médecin, car je faisais anémie sur anémie, ce qui signigie fatigue chronique, perte de mes cheveux etc ... cela fait donc maitenant presque 1 an que je remange de la viande et du poisson et ma santé est complètement revenue.

Seulement ... chassons le naturel et il revient au galop

au fond de mon coeur ça me fait vraiment du mal d'avoir du arrêter. J'aime trop les animaux pour les manger et ne sais plus quoi faire.

Les compléments alimentaires que je prenais ne servaient à rien et je ne comprends pas pourquoi j'ai eu autant de problèmes de santé. Alors, végétariens et végétariennes, quels conseils avez-vous à me donner ? Je ne veux pas foutre en l'air ma santé (je n'ai que 21 ans et je veux mettre au monde des enfants en bonne santé plus tard) mais je ne peux pas continuer non plus à manger des animaux, ça me ronge trop moralement des conseils pour moi svp
"

http://forum.doctissimo.fr/nut...280_1.htm#t2911

A quelles dérives et culpabilisations inutiles une telle intox dogmatique ne conduit-elle pas et surtout sur un site qui se veut innovant ! (Cherchez donc l'erreur) et ce n'est pas un cas isolé !

Ici encore, le "progrès" voudrait-il encore faire croire que, du haut de son orgeuil et du piedestal de sa race prétendue supérieure, l'homme puisse vraiment réussir à changer même les lois naturelles de la nutrition, sans aucun effet dommageable ? Un sorte de combat pro OGM mais à l'envers ou devrais-je dire, un combat de la PGM (pensée gravement modifiée) !

"Les gens intelligents s’adaptent à la nature, les imbéciles cherchent à adapter la nature… C’est pourquoi ce que l’on appelle le progrès est l’œuvre des imbéciles ", Bernard Shaw qui a ajouté "L'homme est le seul animal qui rougisse ; c’est d’ailleurs le seul animal qui ait à rougir de quelque chose."


Baudouin Labrique, psychothérapeute


Baudouin Labrique, psychothérapeute

julien
on Jan. 14 2009
Baudouin : je n'ai pas la prétention de refaire le monde.

Quand à la recette magique, je ne sais pas en ce qui vous concerne, mais moi ça fait longtemps que j'ai compris qu'elle n'existe pas.

Peut-être que l'homme qui a la chance de pouvoir choisir son régime alimentaire devrait y réfléchir?


Julien
Labrique Baudouin - on Jan. 14 2009
Julien :

Vous navez pas la prétention avouée de refaire le monde mais soutenir l'abolition de la consommation de viande n'est-ce pas tenter de refaire l'histoire du monde et depuis la nuit des temps, vu qu'elle reposait sur un tel écosytème à l'échelle de l'univers ?

Si je dois bien vous comprendre, seul ce carnivore d'homme devrait donc pour lui seul changer de telles lois pourtant immuables ?


Baudouin Labrique, psychothérapeute
Baudouin Labrique
on Jan. 14 2009
Julien : Merci de me donner la recette magique qui permettra d'arriver donc à mettre les animaux au régime végétalien (mieux que végétarien) ou de leur demander de réduire leur bol alimentaire pour qu'ils puissent survivre mieux et en plus grand nombre : plus de nourriture pour nourir plus de sujets !

Car pourquoi s'arrêter en si "bon chemin "

Vous trouvez cela absurde ? Considérez alors la proposition de l'abolition de la viande pour l'homme tout aussi incongrue !

julien
on Jan. 14 2009
Celui qui consomme le moins de ressources survit.


Julien

julien
on Jan. 14 2009
Oui mais n'oublions en pas qu'en période de crise où les ressources naturelles viennent à manquer, les premiers animaux à mourir sont les carnivores.


Julien
Rosetta Dadoumont - on Jan. 14 2009
Julien :

Bonjour à tous.

Personnelement, je partage l'avis de Mr. Labrique. Je trouve que le discours de cette organisation plutôt dangereux et malsain. Quel est la différence pour les animaux d'être manger par nous ou par d'autres animaux ?

En revanche, je ne comprends pas bien la logique de votre remarque Julien. Les carnivores se nourrissent soit d'autres carnivores qui se nourrissent d'herbivores, soit se nourrissent directement d'herbivores. La disparitions des "mangeurs de viande" ne peut être qu'une conséquence de la disparition des "mangeurs d'herbe" si je peux m'exprimer ainsi...

Bonne journée

Rosetta (ou Rosie)
Baudouin Labrique
on Jan. 14 2009
Si on veut rester logique avec cette manière de penser et la pousser jusqu’au bout, il faudrait alors interdire aux animaux de manger de la viande !!! Cela d’autant plus qu’il faut aussi se rendre compte que la mise à mort des animaux par leurs congénères n’est en rien comparable aux conditions (requises) des abattoirs publics.

Dame Nature en permettant qu’on se nourrisse de l’autre, dans la chaîne alimentaire bien connue et qui lui permet donc d’assurer sine qua non au travers de sa propre subsistance la pérennité même du monde ?

Les origines animales de l’homme montrent qu’il est à la foi carnassier et végétarien. Tout le reste n’est, selon moi que discours (dangereusement) intégriste et dogmatique, mais je ne demande qu’à être convaincu, certes, vu les souffrances non seulement infligées mais qui ne me paraissent pas évitables, du côté du règne strictement animal (hors comportement de l’homme)
Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
Forum »