Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Les animaux et nous «  

Comment accroître la production de lait des vaches?

Nous finirons peut-être par comprende que ce ne sont pas des machines !!!

Vincent Mongaillard | 29.01.2009, 20h04
 Comment accroître la production de lait des vaches? En les baptisant Doucette, Noiraude ou Marguerite et en leur prêtant davantage d'attention ! C'est, en tout cas, ce qui ressort d'une vaste enquête britannique publiée hier et menée par des chercheurs de l'université de Newcastle auprès de 516 éleveurs du Royaume-Uni. Les ruminants qui bénéficient d'un «traitement personnalisé» ont ainsi un rendement supérieur pouvant atteindre jusqu'à 250 litres de plus par an.

 EN SAVOIR PLUS«On la câline, on la caresse comme un chien...»«On a envie d'y croire quand une étude remet de l'humain dans l'élevage», sourit Jean-Marc Bèche, porte-parole de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). «C'est évident», pense, de son côté, Hélène Freger, à la tête, du côté de Bourges (Cher), d'un troupeau de 70 vaches, des Prim'Holstein et des Brunes des Alpes prénommées Guillerette, Fillette ou Jonquille. «Mes meilleures laitières sont généralement celles avec qui je m'entends le mieux, avec qui j'ai des relations privilégiées», décrit-elle. L'éleveuse a ses «chouchous» qui ont droit à du «rab' de granulés», à «une petite gratouille entre les pattes», aux «câlins du matin» ou à des surnoms très amicaux du genre «ma cocotte» ou «ma grosse mémère».
«Nos bêtes ne sont pas des machines!»

Christophe Hervy, fermier non loin d'Angoulême (Charente), reconnait, lui aussi, que le bien-être de l'animal est «hyper-important». «Il permet au potentiel génétique de la vache de s'exprimer. Si elle est bichonnée, on optimise la traite. Par contre, si on lui tape dessus, c'est, évidemment, un facteur limitant. Nos bêtes ne sont pas des machines!», résume-t-il. Il dit avoir ses préférences parmi ses 25 vaches qui s'appellent Hongrie, Jamaïque, Image, Rush ou Vidéo. «J'en ai une, belle fournisseuse de lait, qui a donné naissance à des mâles partis, ensuite, en centre d'insimination. Evidemment, c'est ma fierté», lâche-t-il. Quand il prend des vacances, Christophe n'oublie jamais d'expliquer à celui qui le remplace de veiller à respecter scrupuleusement les habitudes des bovidés, notamment au moment de la traite. «Si les rituels des vaches très sensibles sont bouleversés, cela a un impact sur leur rendement», observe-t-il. Le traitement personnalisé de la femelle du taureau qui, à en croire l'étude anglaise, permet d'augmenter la production de lait, est très marqué en France où l'on recense plus de 100 000 exploitations laitières abritant près de 4 millions de vaches. Et pour cause : «Contrairement aux Etats-Unis ou au Mexique, la taille des troupeaux reste limitée. 90% d'entre eux comptent entre 20 et 60 bêtes. Un éleveur est capable d'identifier et de donner un nom à chacune de ses vaches. Chez nous, la relation à l'animal est très forte», se félicite Jean-Marc Bèche, de la FNPL.

leparisien.fr

Share
Post to Facebook
Tweet about this
Share at LinkedIn
Reference this page
Monitor
Recent files
Forum »