Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «   "Biologie totale: des pratiques douteuses, voire dangereuses" «  

"Biologie totale: des pratiques douteuses, voire dangereuses"

« Previous Next »

L'origine des cancers est psychosomatique

Dr Michel Moirot - Des chercheurs de l'université de l'Ohio aux USA ont analysé chez des étudiants l'effet du stress sur les défenses immunitaires. Au lendemain d'une période d'examens, le taux des cellules NK dans le sang des étudiants tombe au plus bas. Les cellules NK sont des globules blancs qui tuent les cellules cancéreuses ou infectées par un virus.1 Le cancer est fabriqué avec les cellules du malade

En cas d'agression microbienne2, les cellules T avertissent les B qui se transforment en plasmocytes équipés en anticorps pour forcer les bactéries à s'agglutiner. Dans la cancérisation, les cellules B aussi envoient des anticorps, mais pour protéger les cellules cancéreuses. Alors les tueuses T sont tout à fait annihilées. Le cancer est "fabriqué" avec les cellules du malade. Ces cellules "cancéreuses" ne sont donc pas des "antigènes".

J'ai étudié le système immunitaire en partant d'un constat effectué par les immunologistes, qui relatent le phénomène sans pouvoir l'expliquer, d'après lequel les cellules B envoient des anticorps humoraux autour des cellules cancéreuses considérées comme étrangères, donc assimilées à des antigènes, ce qui est faux ! C'est le sujet lui-même qui les fabrique. Ces anticorps sont donc chargés de défendre les cellules cancéreuses, de les protéger de façon à ce que les cellules T, tueuses, ne puissent plus agir, car parmi ces T il y a les NK ou "normal killers", dont le seul rôle est de détruire les cellules cancéreuses inopportunes. Il y aurait donc des cellules cancéreuses qui seraient alors opportunes !

C'est bien évident puisqu'il a été constaté que les B sécrètent des anticorps humoraux pour les envelopper afin qu'elles échappent aux T.


Le cancer est une inéluctable autodestruction

Mais quand il y a dépression, comme les chercheurs de l'Ohio l'ont constaté chez les étudiants stressés par une période d'examens, si le taux des cellules NK, tueuses des cellules cancéreuses, descend très bas, c'est que la possibilité de cancérisation existe, à la suite justement des "stress" anxiogènes imputables à la période angoissante des examens, puisque c'est de ces examens que dépend l'avenir réussi ou non de ces jeunes gens.

Il me semble que la conclusion est claire. Quand il y a angoisse, dépression, perte du sentiment de sécurité la vie fait peur et l'autosuppression apparaît comme le seul aboutissement souhaitable.

C'est pour cette raison que les religieuses de mes couvents font des cancers lorsque des stress énormes viennent s'ajouter dans le vécu de certaines personnalités "fragiles" car déjà éprouvées considérablement.

Il est donc tout à fait normal que le phénomène "cancer" ne puisse être autre chose qu'une inéluctable autodestruction.

C'est ce que j'avais cru devoir penser quand j'ai rédigé pour le congrès de Rome en juin 1971 le résultat de quelques investigations par le simple mot "autodistruzione".

La preuve statistique

Par la suite, mes enquêtes dans quatre pays ont largement confirmé ce terme car il repose surtout sur la capacité d'un être humain de s'autopunir en obéissant à un surmoi particulièrement sévère, donc très culpabilisant.

C'est bien pour cette simple raison que les cancers sont plus nombreux en France dans la Meurthe-et-Moselle, la Meuse (Verdun 1914), la Normandie, le Nord et la Bretagne, comme l'a mis en évidence la recherche contre le cancer des médecins de la Communauté européenne.

Mes statistiques dans les couvents des départements à surmoi très sévère - car je connais bien ces régions, sont les suivantes :

Calvados 26 %, Orne 32 %, Finistère 22,4 %, Nord 37,8 %, Meurthe-et- Moselle 60 %, Meuse 60 %, Corse 43,7 %. En réalité 50 % pour la Corse car plusieurs religieuses d'origine corse complètent ce pourcentage bien qu'ayant vécu plus tard sur le continent. Ce surmoi des Corses explique l'existence de la vendetta ou recherche de l'ennemi héréditaire, c'est-à-dire "projection" sur l'autre de la culpabilité personnelle.

Comme de bien entendu, les chercheurs de la Communauté européenne essayent d'expliquer les taux de cancers élevés dans l'Est par l'absorption excessive de graisses animales.

Un seul stress grave peut être cancérigène

Il est évident qu'on a toujours cherché l'origine des cancers dans la pollution, les goudrons, le tabac, l'alcool et autres produits chimiques, car c'est à ce qui n'est pas soi-même que l'être humain attribue ses difficultés. Mais pourquoi cette manière de raisonner ? C'est simple, l'homme ne peut accepter que ses propres malheurs soient imputables à lui-même.

Les religieuses ne fument pas et d'autres que moi-même ont constaté qu'elles faisaient beaucoup de cancers du larynx. Le mécanisme de la cancérisation est clair. Un stress conditionne le sujet en le rendant assez fragile. Un stress final aliénateur arrive sans crier gare et conduit à un état dépressif. Une somatisation plus ou moins rapide se développe entre six et sept mois. Mais un seul stress grave peut aussi être cancérigène.

Existe-t-il une relation entre névrose et cancer ?

Que penser de la preuve apportée par Pierre Marty, Claude Jasmin et Monique Lé ? Ces confrères ont divisé un groupe de femmes en "mal mentalisées" et "bien mentalisées". On ne savait pas si ces femmes étaient cancéreuses ou non. Ces femmes avaient de 35 à 55 ans. Elles présentaient toutes des tumeurs mais non analysées.

On a trouvé dix-neuf femmes dites "mal mentalisées" (narcissisme mal contrôlé, prédisposition hystérique, deuil non résolu) et dix-huit femmes "bien mentalisées".

Les scientifiques ne furent pas tous convaincus. Robert Dantzer a jugé que ce test ne reposait que sur des éléments non objectifs et il parle de "pop-psychologie".

Que penser de ce test, étant donné que les "mal mentalisées" étaient dix- neuf et ont toutes fait un cancer.

Les "bien mentalisées" étaient dix-huit et n'ont pas fait de cancers. On rejoint les constatations des chercheurs soviétiques Pétrova et Voskrésenskaïa, qui ayant névrosé des chiens artificiellement, ont constaté qu'ils faisaient des cancers spontanés.

Qu'est ce qui déclenche un cancer ?

La critique de Dantzer peut sembler excessive car, avec dix-neuf cancers sur dix-neuf femmes mal équilibrées et aucun chez celles qui le sont parfaitement, il semble que ce soit probant ! C'est certes une indication pour ceux qui n'ont pas effectué de recherches précises et surtout de statistiques, mais qu'est-ce qui déclenche un cancer ? Le fait d'être mal mentalisé n'explique pas pourquoi le cancer apparaît subitement !

Etre "mal dans sa peau" ou même présenter des troubles psychiques n'explique pas que cela doive se terminer par un cancer !

On a constaté que les cancers n'apparaissaient pas parmi les aliénés, ou très rarement. Donc il faut un "déséquilibre" un peu particulier et qui n'est certainement pas la folie.

Les cancéreux ne sont pas fous au sens "pop" du terme, selon la pensée de Dantzer. Le fait d'ailleurs d'être fou empêche d'être cancéreux !

Le cancer, une maladie auto-immune

Dantzer, de Bordeaux, ne se doute certainement pas que le cancer est une maladie auto-immune.

De plus il ne peut imaginer quelle est une autodestruction souhaitée par l'inconscient du malade.

C'est parce que le sidéen est d'une part névrosé, d'autre part atteint d'une angoisse importante qu'il y a une séro-positivité qui se transforme en sida.

Il y a à Casey-House, près de Toronto au Canada, un centre de soins palliatifs pour sidéens au stade terminal. Certains sont aussi porteurs du sarcome de Kaposi. C'est une maladie du système réticulo-endothélial frappant les vaisseaux. Ce sont des gens souvent drogués, malheureux, parfois homosexuels, et qui ont toujours vécu dans la misère, par conséquent leur autodestruction ne peut guère m'étonner. Ils n'ont comme défense que de se dire : "C'est la faute du virus assassin." Ils ignorent que l'assassin n'est autre que leur inconscient et ils meurent en chantant.

Renaître pour vivre sur d'autres bases

Le cancer est la matérialisation d'un refus de vivre. Pourquoi ? Parce que le conditionnement de la vie a abouti à une somme telle de "vécus" que l'on peut appeler "vécus égologiques" qu'un stress ultime provoque un arrêt de cet ensemble "passé + présent". Le seul remède est de renaître, après avoir tiré un trait final sur le passé, à condition de bien le connaître.

Il faut donc renaître pour vivre sur d'autres bases, telle est la logique du cancer...

Docteur Michel MOIROT

1. Science et Avenir mai 1991

2. Terme peut-être à revoir, car le microbe ne peut "agresser", il se borne à se développer quand il tombe dans un milieu qui lui convient.

Article tiré du site Votre Santé

by James on Oct. 17 2008