Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «   La Loi de l'Intention et du Désir «  

La Loi de l'Intention et du Désir

Quel merveilleux texte, qui conforte ce que nous disons dans :
- Vrille du système : retourner l’acceptation
- Prendre sa santé en main par les médecines énergétiques

Je commencerai par cette phrase primordiale de la fin :

« Je saurai alors que si les choses ne se présentent pas comme je le souhaite, c’est qu’il existe une raison à cela. Je saurai que les plans cosmiques ont pour moi des projets bien plus importants que ceux que j’ai imaginé «

Mais comme en tout langage il y a des ambiguïtés, nous noterons que les » projets plus importants pour moi »ne sont pas forcément lié au sens que nous donnons couramment au mot ‘ »important « en notre quotidien

Cela me rappelle cette phrase initiatique qui ne s’impose pas mais se suggère : "le véritable problème du libre –arbitre est de comprendre que nous sommes poussés à devenir ce que nous ne sommes pas." Faut il encore là , trouver le juste milieu ,comme en tout..;sans tomber dans le masochisme ou la vanité naïve....par des interprétations totalement névrosées de : "laisser venir à moi les petits enfants..;".ou "bienheureux les pauvres d'esprits " ouvrant la porte à toutes les zombifications des intermédiaires... déstructurant gravement bien des intégrités !

Dr DC est très habile, mais aussi très juste certes quand il parle & ne dérape que rarement, par exemple quand il parle du « pouvoir qu’apporte l’attention » .Pouvoir étant lié à AVOIR où il n’est question que d’ÊTRE, il aurait mieux valu employer une expression à l’image de « mise en résonance qu’apporte l’attention ».

De même il parle d'interprétation anticipées qui créent le futur: alors qu’en fait elles le déforment.

L’importance qu’il donne au présent est certes exacte, mais indépendamment que le passé, le futur & le présent n’existent qu’à nos yeux de manifestés & autres humanoïdes, le plus dur est de comprendre que c’est le futur qui forme le passé .Cette notion lui échappe & est effectivement difficilement cernable. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Cela veut dire que dans le champ de l’omniconscience qui englobe et dépasse tous les temps,l’expression de notre présent est déjà la manifestation d’un futur que nous ne devinons pas, ce libre-arbitre qui nous pousse à devenir ce que nous ne sommes pas & est déjà inscrit dans nos potentialités de naissance .

Ainsi nous ne pourrons manœuvrer que dans une fourchette déjà prédéfinie liée à notre forme informante, sur telle planète & dans tel égrégore selon les critères de tel espace-temps. C’est pourquoi nos faiblesses humaines vont déformer notre futur, plus que le créer. Il faut donc tenter d’entrer en résonance avec cet objectif qui nous est assigné ,mais que nous restons libre de contourner en partie à notre guise , pouvant ainsi « modifier le contenu en énergie & en information de votre propre corps quantique «

« tout est connecté & corrélé avec tout » & c’est ainsi que nous sommes l’expression d’un futur qui crée son propre passé .Nous ne disons pas que nous pouvons éviter à toute force les erreurs ou monstruosités que nous commettons, mais seulement tel Dr DC, que c’est l’ attention coordonnée à l’intention qui va nous permettre d’accéder à la longueur d’onde la moins inadaptée pour nous, mais sans oublier que l’INCLINATION est déjà un choix lié à notre Prise de Conscience. Et c’est certes l’attention liée à l’intention qui va nous permettre de l’infléchir en un sens ou un autre. Dans l’attention il y a une dominante mentale ou intuitive et dans l’intention une dominante corporelle, l’une et l’autre comprenant les deux paramètres, forme de Inn & Yang ou dualité de toute manifestation.

Dire que c’est le système nerveux tel il le dit est une déformation scientifique très approximative .Car ce sont les glandes endocrines qui par l’électromagnétisme du microsome et macrosome de notre corps, porté par l’eau,fait le lien avec les ondes planes de l’univers et au-delà la Conscience universelle qui n’a strictement RIEN à voir avec un ordinateur cosmique ou pré-programmation. Ce sont nos pensées de chaque instant qui par l’attention et l’intention crée l’action/réaction qui coordonne la cohésion la plus harmonieuse ou la moins harmonieuse, donc la plus réciproque ou la moins réciproque.

Ce n’est pas parce que le futur crée le passé qu’il est impossible d’écrire tel il le fait, que » le futur se crée dans le présent ».Au plan dont il parle, il a raison. Et bien sûr, où il écrit que le « temps est un mouvement de la pensée », nous avons écrit que « le temps est une donnée de conscience, car sans espace il ne peut y avoir de temps «

Malheureusement à la fin, apparaît un fâcheux lapsus lorsqu' il parle de la loi d’intention et de désir. Il n’y a pas de désir : il y a intention et inclination de l’être profond …ou corrompu par la densité qui devient alors désir !Le mot désir est un peu comparable au "sanglier qui recherche sa truffe "

St Exupery, au seuil de la mort en plein désert ( Terre des Hommes ) l’avait bien compris :

« Et une fois le renoncement accepté j’ai connu la paix «

Chaque fois que quelqu’un dit « je désire « nous devrions pouvoir lui répondre : »tu n’as pas de désir à avoir. Prends seulement conscience de tes inclinations ». C’est particulièrement vrai ici bas des hommes vers les femmes, mais aussi l’inverse ! J’ai ainsi désamorcé quelques ambiguïtés en ajoutant à la personne :" réfléchis y bien « .Il le dit d’ailleurs énonçant de « garder ses désirs pour vous « et de ne pas les partager avec n’importe qui.

« L’homme de Désir » de L Cl de St Martin doit être compris en Français du XVIII° siècle, porté sur le clinquant( annonçant l'entrée dans la netteté industrielle ) quoique l’auteur y mêle le désir & l’inclination. Mais en fait il veut inciter au profond abandon à l’Omnipotence .

Il est ainsi plus facile –quoique pas facile – d’entrer dans l’ouverture dont parle Dr DC…de rejoindre son être profond & là, pas toujours facile de passer par l’œuvre au noir qui, souvent s’impose, nous révélant nos imperfections, pour finir...parfois …bien, bien plus tard, par accéder à l'œuvre au blanc, ne nous regardant plus avec l’œil du monde, ni en étant pensé par le groupe, tout en le respectant et nous en trouvant respecté.

On s’approche ainsi de la sagesse de l’incertain, c’est-à-dire de la prise de conscience du flux porteur qui en son futur à nos yeux engendre notre présent & donc notre passé, modulés selon nos réactions

Texte donc, immensément riche dont nous vous remerçions.

by de COMBREDET Jean on Mar. 12 2009