Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «   ---LES LIMITES DU VIVANT --- «  

---LES LIMITES DU VIVANT ---

  Next »
Bonjour à toutes, bonjour à tous et à Jean en particulier.

Jean de Combredet a écrit:

..."La LIMITE du VIVANT est ainsi déterminée dans une logique cellulaire inscrite dés la naissance au même titre qu’une forme de destin. Tel nous le disions au paragraphe «méta – physique » : sous nos formes de densité, toute vie n’est que voyage vers une transition… ce qui est logique puisque venant de l’invisible nous y retournons. Vouloir être IMMORTEL dans ce manifesté est donc tout simplement illogique."...

Ne sommes-nous pas IMMORTELS? Puisque le champ H3 ne "meurt" pas!

Voici ce qu'en dit DORIANE DAB, docteur en médecine dans le fichier "LES CHAMPS MORPHOGÉNÉTIQUES"

..."Mais le plus curieux est qu'à la mort de l'individu les équations indiquent que deux de ces champs "meurent" mais pas le troisième. L'équation mathématique montre que les champs H1 et H2 "meurent". Le champ H2 se déverse dans le champ de forme H3 et l’individu se retrouve "vivant" dans un champ fait de lumière. Il ne dispose plus de matière à prendre en charge et doit se "réincarner" si on lui fournit un champ de mémoire à animer.

À la mort de l'individu, les équations indiquent que deux champs "meurent" mais pas le troisième. L'équation mathématique montre que les champs H1 et H2 "meurent". Le champ H2 se déverse dans le champ de forme H3 et l’individu se retrouve "vivant" dans un champ fait de lumière. Il ne dispose plus de matière à prendre en charge et doit se "réincarner" si on lui fournit un champ de mémoire à animer.

Le champ H3 ne "meurt" pas ; c'est sa variation en fonction du temps qui meurt. Autrement dit, à la mort de l'individu, le champ H3 ne varie plus, il doit donc rester constant. C'est-à-dire, c'est sa variation, autrement dit, sa faculté d'acquérir de l'information, qui disparaît au moment de la mort.

Toute action sur H1 ou H2, qu'elle soit physique ou psychique retentit sur H3 et vice-versa.

Le champ H3 est défini par nos croyances et change à chaque instant pour s’enrichir de l’expérience de l’Univers, grâce à l’onde psi qui accompagne les particules (voir plus loin).

Le champ unitaire ultime dH3/dT renferme toute la mémoire d’une continuité de vie, autrement dit tout

•ce à quoi nous nous sommes identifiés, •ce que nous avons accepté de croire, •ce que nous avons fait. Ce champ est à notre disposition pour réaliser nos rêves, au pire, ce que nous redoutons.

Ce sont nos opinions et nos croyances - ce à quoi nous souscrivons - qui déterminent notre destin. Ce sont nos concepts (ce à quoi nous souscrivons) qui nous rendent malades, lorsqu’il n’y a plus d’harmonie entre les aspirations de l’âme et notre existence quotidienne. Au sens large du terme : le soleil, l’air, l’eau, les repas, l'environnement, les lectures etc. Cette nourriture est en fait ce que l'on voit, ce que l'on touche, ce que l'on sent, ce que l'on goûte, ce que l'on entend. À partir de là, on en a un ressenti, qui peut être vécu selon une gamme qui va de l'agréable au sur-stress, en passant par l'indifférence.

Nous savons que la nature de nos pensées résulte de la qualité de notre sang et que cette dernière dépend de cette nourriture"...

de la part de Cédric


Les-champs-morphogenetiques.pdf

by de Villers Grand-Champs Cédric on May 26 2009