Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Téléchargements «   Documents de Jacqueline Bousquet «   Conférence de Jacqueline Bousquet, Marcenais, 12 juin 2010. «  

Conférence de Jacqueline Bousquet, Marcenais, 12 juin 2010.

« Previous Next »
- Jul 20 Bonjour à vous tous,

Je n’arrive pas à visionner la conférence du 12/06/ alors je vous livre mes intuitions Brutes de fonderie. L’inconscient marche devant nous, il préfigure l’instant d’observation, nous voyageons dans cet espace comme une ombre qui se déplace devant notre silhouette, difficile de la devancer.

« Tout ce qui ne parvient pas à la conscience, revient sous la forme de destin », Carl Gustav Jung

Je pense que tout ce négocie avant la lecture du mental, nous sommes immergés dans du différé, dans un écho d’existence qui se recharge avec nos pensées duelles, et cela depuis des lustres. Il me semble, que nous créons nous-mêmes cette réalité, elle est captive de nos rêves, c’est un gisement local, en mode actif-éveillé/mode passif. La moindre pensée émergente s’enlise, pour devenir un concept poisseux de croyance. Nous naviguons à vue sur cette localité de mémoire, mais ce tumulte nous projette dans le champ d’investigation du passé. Nos pensées se pavanent, languissantes, dans l’attente d’une apparence pour s’extraire du coma, pour se réaliser, le mental pour moi c’est un défibrillateur quantique. C’est aussi une compétition, où l’enjeu dépasse, pour le moment notre lucidité. Il apparaît à notre conscience, que tout cela n’est que de l’illusion, du virtuel complexe je l’avoue, mais du virtuel, que nous convertissons sans cesse en réalité, par défaut de conscience. Alors c’est quoi la conscience ? C’est il me semble, une réalité parallèle qui n’a pas besoin d’illusion, de sens, de rêves, c’est un instinct profond de notre nature sub-réelle, elle essaye de nous sortir de notre enlisement.

Ce subconscient tente de communiquer avec nous, parfois nous réalisons effaré, que cette présence gère la plus grande partie de notre vie.

by spot on Jul. 20 2010