Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «   Le lait, un poison ? «  

Le lait, un poison ?

« Previous Next »
Madame MF ROUSSEL,

J'ai essayé d'être aussi clair que possible en donnant un fil conducteur fiable pour tous car fondé sur des constantes ,mais:

a) si je suis aussi bio-énergéticien & naturothérapeuthe ,je n'en demeure pas moins qu'un praticien toutes catégories confondues.

b) tant que l'on ne travaille pas dans le secteur du lait & dans certains groupes particuliers- soit un tout petit nombre d'individus au niveau d'un pays ou continent & qui ne publient jamais en général,d'autant que leur communication doit respecter certains critères dits et non dits !- chercheurs officiels y compris , on ne sait que ce que l'on veut bien vous dire ( contrairement à ce que beaucoup font croire !).Aussi nous nous gardons d'extrapoler à partir de nos connaissances ,d'autant que dans le monde professionnel ,la désinformation est aussi puissante que par les médias.

c) le lait n'est pas mon domaine de recherche privilégié & l'ouvrage recommandé par la créatrice du site vous en dira plus que votre serviteur ( même s'il faut là aussi lire entre les lignes ,pour les raisons que j'ai exprimé !)

CONCLUSION :

IL est effectif que le lait de chèvre ou de brebis a moins mauvaise réputation que le lait de vache ,aux motifs que vous exprimez & quelques autres ...mais il est aussi connu que cette réputation est également en partie usurpée.( j'ai même entendus certains affirmer qu'il était pire pour x raisons !).Constatons que le lait de chèvre est encore plus riche en caséïne et albumine que le lait de vache. C'est le lait d'ânesse ,rare & difficile à obtenir, qui est le moins éloigné du lait de femme .Toutes ces considérations doivent être prises avec précaution à cause de toutes les interférences dont nous avons déjà parlé. Même un chercheur de haut niveau en ces domaines - & sincère !- peut être pris en défaut .

Tout ceci est d'autant plus vrai , que le lait maternel est lui-même pollué- et que la mère déstocke énormément de contaminants par le lait -au point qu'il faut limiter la consommation de produits laitiers car leurs graisses concentrent les polluants lipo-solubles :les chèvres ou brebis des hauts alpages n'y échappent évidemment pas & là aussi les sols sont trop secs & appauvris ( quasi disparition des vers de terre)...ce qui ,je le répéte ne vous empêche pas de consommer modérément de ces produits laitiers ,nos organismes ayant- je le répéte - une énorme capacité de se désempoisonner.

Vous souhaitant bonne recept du présent ,nous vous avons donné d'importantes alternatives en notre précédente réponse .Ajoutons y :ne pas oublier de nous débarasser de plus de métaux lourds posssibles ,car ils jouent énormément sur l'électromagnétisme de l'organisme,donc sa polarisation dans le bon sens .Tout cela ne doit cependant pas tourner à l'obnubilation pas plus qu'à l'insouciance .

PS :les tabloïdes annoncent 3,10 de lactose pour le lait de Chèvre dont 7 pour la femme & 4,10 pour la vache...mais je répéte aussi ...qu'il ne faut jamais raisonner de façon aussi morcellée .D'ailleurs l'hydrolyse enzymatique du lactose ne se fait pas chez certains dés l'enfance :ils n'aiment pas le lait!.Il en est de même pour la notion de poids.( quantité & qualité demeurent 2 choses différentes même si l'une agit sur l'autre !L'image du recto n'est jamais celle du verso en ces dimensions )

by de COMBREDET Jean on Dec. 11 2010