Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Communiqués «   La médecine nouvelle du Dr HAMER «  

La médecine nouvelle du Dr HAMER

« Previous Next »
M. Laflamme fait aussi référence au cancer de l’épouse de Hamer et nous dit qu’ « il a alors entrepris de vérifier son hypothèse auprès de toutes ses patientes, puis de celles de ses confrères, confrontées au même diagnostic, et ainsi pu la valider dans tous les cas sans nulle exception. »

On doit croire Hamer sur parole ; en fait (rappel), dans sa thèse de Tübingen, il ne recensait que 200 cas rencontrés lors de son passage comme interniste au CHU de Munich ; rappel c’est un échantillon nettement insuffisant et de plus il n’en a fait aucun rapport public ; pourquoi s’est-il privé de l’établir pour que ses pairs puissent l’évaluer ? C’est encore faire preuve de peu d’esprit scientifique que d’agir ainsi…

M. Laflamme prétend : « Le critère de reproductibilité est à 100 % juste depuis lors, aucune observation n'ayant prouvé le contraire pour ce cancer et tous les autres. Il n'y a aucune exception. Dans 100 % des cas, le cancer des gonades découle toujours d'une perte relationnelle profonde. »

Affirmer n’est toujours pas prouver. De plus, M. Laflamme inverse la charge de la preuve, ce qui est encore sophistique : ce n’est pas aux autres à prouver « le contraire » : c’est celui qui affirme que telle phénomène existe est véridique. Ce n’est pas à celui qui reçoit des affirmations non suffisamment étayées de faire le travail d’investigation pour arriver à vérifier si elles sont fondées ! Toute hypothèse qui a la prétention d’être scientifique (au sens moderne du mot) doit se conformer à être vérifiée suivant le protocole scientifique de vérification et qui inclut le critère de reproductibilité.

M. Laflamme prétend : « Prétendre à la non-reproductibilité avant même la vérification scientifique est contraire à la science et constitue en soi une hérésie. »

L’université de Tübingen a analysé la thèse présentée par Hamer et au vu de ce qu’il produisait (dans le processus pour la vérifier) elle n’a très vite que pu conclure qu’elle n’était pas reproductible (pour des raisons déjà relatées ici). La formulation qu’il fait ici est trompeuse puisque l’université en question s’est bien penchée sur la thèse et l’a bien examinée.

M. Laflamme prétend : « Je suis toujours outré que l'on limite le nombre de dossiers du savant à ceux confisqués, à savoir 6 500, dans sa clinique, il y a plus de 25 ans, alors qu'il est toujours vivant, et encore plus que lui soit attribuée l'annonce de son pourcentage élevé de succès dans le traitement des personnes atteintes de cancer, alors que c'est la partie adverse qui a été obligée d'admettre à la cour que plus de 90 % des personnes dont les dossiers avaient été confisqués avaient pu être retracées et étaient toujours en vie ! »

Un [b]ramassis d’affirmations sans preuve [/b](voir dans les messages précédent) et pire des contre-vérités qu’il ne sert à rien de marteler. Rappel : l’enquête du magazine Spiegel (1) qui « fait état d’une enquête menée par les autorités en Allemagne, établissant que sur cinquante patients passés entre les mains de Hamer dans sa clinique privée, seuls sept ont survécu » ; deux de ses collaboratrices directes à la clinique privée de Katzenelnbogen qui y ont travaillé disent qu’il n’y a pas eu de guérison (2). (1) Cf. http://www.swisscancer.ch/dt_f..._02_hamer_e.pdf (2) Cf http://seulomonde.canalblog.co...8/19366873.html

M. Laflamme prétend : « Les résultats de feu Marc Fréchet, psychologue à l'hôpital Villejuif à Paris, après 8 ans à suivre des groupes de cancéreux sont hautement plus significatifs, le taux de mortalité (près de 75 %) étant nettement plus élevé chez ceux ayant suivi les traitements conventionnels que chez ceux n'ayant eu que des entretiens avec le psychologue clinicien (moins de 15 % de décès). Fréchet a connu le Dr Hamer après cette étude et lui a donné entièrement raison, peu avant son accident de voiture fatal pour le moins suspect. »

On attend toujours la publication scientifique de telles observations et tant qu’on ne les aura pas on ne peut pas en tenir compte (même si a priori je pense que Frechet - dont je connais très bien son approche sur les cycles biologiques mémorisés du cerveau - est sincère).

M. Laflamme prétend : « Cette médecine est d'une rigueur, d'une précision et d'une redondance telles que le scan est superflu, sauf pour les constellations schizophréniques (psychiatrie) et les cas lourds ».

On ne peut pas se contenter de telles affirmations gratuites d’autant plus que de telles prétentions sont à l’opposé du manque de rigueur flagrante concernant le respect des critères scientifiques et notamment de ce qu’impose l’expérimentation scientifique digne de ce nom, de la part de Hamer.

M. Laflamme prétend : « En cette époque marquée par l'Inquisition médicale, aussi bien vous habituer à voir des innocents faussement accusés de tous les maux, non point pour la protection du public, mais pour celle de la secte dogmatique. Le Dr Hamer a refusé d'abjurer ses découvertes et c'est pour ce seul motif et nul autre qu'il a subi les foudres des tribunaux ».

Aucun tribunal ne lui a demandé d’abjurer quoi que ce soit ! Si vous prétendez le contraire, apportez-en les preuves tangibles. Dans ses successives condamnations, Hamer ne l’a été que pour pratique illégale de la médecine ou complicité d’une telle pratique et escroquerie, rien d’autre ! Vous faites encore de la désinformation !

by Raphaël Desteen on Feb. 16 2011