Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «   Le lait, un poison ? «  

Le lait, un poison ?

« Previous Next »
Bonjour,

Quelques lignes pour entraîner à la réflexion les internautes dotés du plus élémentaire bon sens.

le lait est donné de la mère à son petit, de la mamelle à la bouche; Il n'est donc pas sensé se conserver tel quel, ni absorber de la lumière ou de la chaleur. Le transformer en yoghourt ou en fromage est un biais "alchimique" qui peut être acceptable pour les adultes, sous certaines conditions que je survole ci après.

Sous sa forme commerciale, le lait passé à Ultra Haute Température (210°C) est un poison corrodeur du foie, et une catastrophe pour les tout petits.

Pour une mère qui ne peut nourrir, il est plus sage de donner des bouillons de légumes (pas n'importe lesquels)à un enfant que de s'obstiner à lui faire ingérer du lait de vache, même micronisé; Je renvoie les sceptiques, à Mr André Simoneton et à son livre, qui est un vivant exemple de cette constatation. Ne pas chercher plus loin les causes de diarrhées vertes et autres amusettes.

Bien que le lait pasteurisé (80°C)soit moins toxique, il faut bien réaliser que nous sommes face à un aliment non destiné aux adultes.

Sur un plan plus ésotérique, il apparait que les trois animaux les plus pourvoyeurs donnent un sous produit qui n'a pas la même action.

Le lait de vache et tous ses dérivés a une action plus particulière sur le "hara" ou centre du ventre. Les produits issus de la chèvre agissent plutot sur le plexus gastrique, dit "solaire" et ceux de la brebis sur le plexus cardiaque. Ces affirmations résultent d'observations menées par des méthodes "parallèles" non reconnues par la science cartésienne, sur lesquelles il est inutile d'ergoter, il faut seulement le savoir.

Il suffit de d'assimiler le fait que, dès absorption, les principes éthériques transmis dans les produits laitiers et fixés dans le fromage par des gens qui savaient ce qu'ils faisaient, vont avoir pour action, d'insuffler une plus grande capacité d'"incarnation" dans le corps physique et notamment dans la tête ; donc un regain d'intéret des produits laitiers pour énormément de monde en période hivernale. A recommander aux profils psychologiques qui tendent à "planer" ou à déconnecter facilement du réel.

La contrepartie de cette action stabilisatrice, doit être clairement perçue dans l'esprit de chacun: Puisque les produits laitiers auront la capacité d'ancrer les énergies à l'intérieur du corps, ils peuvent se révéler très néfastes dans la mesure où nous avons affaire à des organismes intoxiqués, qu'il s'agisse d'intoxication par des antibiotiques, par des métaux lourds ou par une simple constipation, le principe reste le même.

Pour de débarasser d'un enfermement des toxines par excès de produits laitiers, il ne reste plus qu'à absorber des produits qui expulsent les toxines hors du corps et qui sont des antagonistes des produits laitiers. j'en cite deux, connus de tous: La fraise et le jus frais d'oranges pressées. la première est un détoxinant léger,qui provoque parfois des éruptions salutaires au niveau de la peau (il n'y a pas d'"allergie" à la fraise, mais expulsion de toxines par celle ci). Le deuxième expulseur de toxines est un peu plus violent, et possède un effet nettoyant certain, en fonction de la dose. Il ne s'agit pas de manger une orange en guise de dessert, mais d'en boire un demi litre pressé par vous même, dans les minutes qui suivent la confection. L'antagonisme des deux produits , dérivés du lait et jus d'orange peut aisément se constater par une petite expérience personnelle En absorbant yaourts et fromages, puis, quelques heures après une dizaine d'oranges pressées, chacun constatera que la bataille est déclarée et que l'issue est toujours en faveur de l'agrume puisque les dérivés laitiers sont souvent rapidement évacués en bloc par les voies naturelles. Je confirme, en rappelant qu'il est d'usage d'atténuer l'effet détoxinant de la fraise en y ajoutant un peu de crème Chantilly.

j'ajouterai,que si le fromage est un aliment de soutien pour des adultes, le lait en tant que tel, reste un aliment d'enfant en bas âge, et j'invite les personnes qui sont grandes consommatrices de lait à s'interroger sur leur propre niveau de sevrage psychologique envers la maman (sans aucune boutade)

Loin des polémiques de quartier, j'espère avoir contribué à éclairer quelques mères de famille sur le bon usage des produits laitiers.

Se rappeler que la cuisson, qui est une pré-digestion, à pour vertu principale de faire pénétrer les principes actifs de l'aliment, plus profondément dans l'organisme, ce qui dans le cas du lait, déjà pourvu de cette capacité, induit un programme cellulaire d'emprisonnement des énergies, tout à fait indésirable pour la majorité des consomateurs.

by Chéri-BIBI on Feb. 28 2011