Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Téléchargements «   Documents de Jacqueline Bousquet «   Conférence de Jacqueline Bousquet - Marcenais - 17 septembre 2011 - QUEL CHOIX POUR QUELLE RÉALITÉ ? «  

Conférence de Jacqueline Bousquet - Marcenais - 17 septembre 2011 - QUEL CHOIX POUR QUELLE RÉALITÉ ?

« Previous Next »
Je souhaite partager un texte que j'ai écris en 2006 avec vous tous.

MUSIQUE ET LUMIERE

Tes reliefs brillent dans nos pupilles comme la mer s'y reflète. Par nuits de pleine lune, ces nuits de clartés sombres envoutantes, La lumière ouïe de toute éternité te fait souriante Jusque à ces matins embrumés où tout le monde crie "Arrête!".

Les pointeurs de doigt ne font rien devant leur terne signe Que de miroiter leur ignorance débordante indigne, N'empêchant pas tes courants de remodeler tes formes Pareilles à toutes les cultures! Tous les arts! Tous les hommes! Légère dans toutes tes personnalités enjouées, Merveilles en hauteur ou profondeur que tes contrées!

Ta place dans notre vallée secrète est fleurie et meurtrie Par l'abondance des pollens esthètes mal répartis.

Une guerre éclate.

"Où m’emmènes-tu ?" "J'ai peur du vide" "Et c'est morbide."

Fin de l'éclate.

"Où m’emmènes-tu ?" "J'ai peur du plein" "C'est pas malin."

Ta place dans notre éden conscient est murie et dépérie Par l'ombre de la prolifération nécessaire par dépit.

La suite de la fin n'est pas inhibée chez toi; Tu divulgues la vie par moyens éphémères Et transfert l'énergie dans les cœurs sans parois Pour qu’ils la retransmettent à leur prochain la Terre: Accrétion sur laquelle nous sommes tous reliés, Distorsion de l'esprit où l'on est séparé Et voués à tirer en même temps des deux cotés. Merveilles! Hauteurs et profondeurs que tes contrées!

Tu fais croître tes racines dans une terre encore fertile Lorsque tu te répands dans des âmes consentantes; Et transmet ton feuillage vital à l'enfance croissante De tous les adultes agressés par ton frottement. Tu ne viole pas mais traverse le cortex bruyamment Par fréquences grinçantes sur l'humanité endormie. Ce qui frise les grands émerveille les petits!

Union fleurie.

"Pourquoi mes enfants m'étonnent ?" "Les petits ressentent mieux la gravité ?" "Les fleures sont à leur hauteur émerveillée." "L'important est peut-être la légèreté."

Union fanée.

"Comment seul puis-je m'étonner ?" "Pour à nouveau distraire" "Mes marmots sans libraire." "Je doit me rapprocher de la terre !" "Ma créatrice de l'éphémère !" "Ma plénitude que ces villes écrasent..." "L'inutile est peut-être grave"

Tu divulgues la vie par moyens contraires Et emplis le vide de nos cœurs languissants. La mer lunatique de tes émotions dépose Aux pieds des générations qui explosent Une image vraie du mouvement des courants, Celle qui fait accoucher nos idées mères.

Promenade.

"Je ne sais pas où je suis." "J'avance comme une brebis." "Tout est flou !!!" "Y-a-t'il un loup " ...................... "Je suis toujours là." "Pour tout, je suis moi."

Débandade.

"Un loup !" ......................... "Je sais qu'il y en a partout." "Il aime mâcher la chaire" "Mais ne salivera pas mes viscères." "La fuite a peut-être un goût amère" "Mais l'inaction tolère son joug." "Fuir et agir sont synonymes" "Tant qu'il y a volonté anonyme." "Pour moi, je suis tout"

L'extérieur n'est plus séparé de toi Que par ta plénitude aimantée d'émois Lorsque l'on perçoit tes formes vivantes A la fois silencieuses et détonantes.

Ton contenu et ton contenant unissent Ton tout vers l'intemporel puissant Qui guide la vie et ceux qui périssent Vers toutes les coïncidences des vécus bruyants.

Ton acceptation de la mort façonne ton masque enjoué! Merveilles! Hauteurs et profondeurs que tes contrées!

Merci à vous Jacqueline ! La vanité est insidieuse et pas toujours évidente à cerner. Je crois maintenant que je peux, pour reprendre des mots de R. Devos "être un assassin sans cible"... uniquement pour la vanité qui surgira en moi.

by Vianney Pierre Jean VEREL on Oct. 10 2011