Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Téléchargements «   Documents de Jacqueline Bousquet «   Conférence de Jacqueline Bousquet Saintes, le 2 juillet 2012 «  

Conférence de Jacqueline Bousquet Saintes, le 2 juillet 2012

« Previous Next »
Bonjour Caroline, Il est compliqué de répondre à votre question car elle est très personnelle et, à l'occurrence de la réponse, peut entraîner de nombreux pièges... Cependant, sachez que vos croyances sont les jalons, les cristallisations de votre état de conscience. Ainsi, celles-ci sont faites pour être transformées en permanence de manière à établir un mouvement. Tout comme le principe même de la marche à pied : nous avons besoin de nous mettre en déséquilibre pour avancer et ensuite retrouver un équilibre et ainsi de suite. L'on voit bien qu'avec l'habitude, la phase d'équilibre "flotte" entre 2 phases de déséquilibre. Cette image de la marche clarifie cette sensation de "hauts et de bas" que vous mentionnez. L'équilibre est toujours remis en cause lorsque l'on avance. Pour continuer cette image, il vous est possible de stationner et donc de retrouver l'équilibre mais dans ce cas, nous n'avançons plus ! Cette dernière position, nous l'utilisons pour embrasser le paysage du regard, comprendre pour impliquer une autre croyance puis avancer de nouveau, s'arrêter, reprendre l'ancienne croyance, repartir, etc...

Lorsque vous parlez de votre époux, comprenez bien que vous vous arrêtez en face de lui pour observer ce que vous pensez de lui. De ce fait, c'est vous qui êtes immobile. Le sens du mot époux (et donc épouser) viens du latin "spondere" qui veut dire "promettre solennellement". C'est bien de cette promesse qu'il s'agit dans votre texte : le chemin de la vie que vous empruntez se fait à deux, vous et votre époux. Lorsque vous avez fait cette promesse, vous avez admis que votre compagnons puisse vous soutenir dans les moments difficiles mais aussi vous pousser vers une inspiration qui n'est pas la vôtre. Ne reconnaissez-vous pas dans cette promesse le principe même de la marche ? Si il vous retient dans ce que vous reconnaissez comme les vieilles croyances, c'est que vous les contenez encore en vous et votre époux vous renvoie tel un miroir l'image qui réside en vous.

Cette dernière réflexion peut vous permettre de vous rassurer quant à l'avenir à deux. En effet, vous avez la possibilité de changer votre comportement qui vous a été révélé (grâce à votre époux justement) pour vous réconcilier avec l'image qu'il vous renvoie. Vous verrez ainsi qu'une grande réconciliation se fera entre votre vision des choses et la sienne : accepter l'autre, c'est s'accepter soi-même...

J'espère que cette réponse vous fera du bien. Merci à Sébastien pour votre réponse pleine de vie.

Guillaume Fréchon Equipe ARSITRA.

by Guillaume Fréchon on Aug. 20 2012