Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Téléchargements «   Documents de Jacqueline Bousquet «   Conférence de Jacqueline Bousquet - Marcenais - 17 septembre 2011 - QUEL CHOIX POUR QUELLE RÉALITÉ ? «  

Conférence de Jacqueline Bousquet - Marcenais - 17 septembre 2011 - QUEL CHOIX POUR QUELLE RÉALITÉ ?

« Previous Next »
Madame Bousquet,

J’ai visionné votre conférence du 25 juin 2011 ainsi que celle du 2 juillet 2012 (première partie et deuxième partie). C’est toujours agréable de vous entendre et j’apprécie votre simplicité et générosité de cœur. Les recherches de M. Pinel sur les champs morphogénétiques sont époustouflantes. Je vous remercie de les partager avec nous. Je n’ai pas encore lu vos livres mais seulement quelques-uns de vos articles et, tel que je vous le disais plus haut, j’ai écouté vos conférences sur Internet. La Kabbale m’a toujours interpellée et j’apprécie que vous nous informiez par l’entremise de celle-ci. Cependant, j’aimerais vous poser une question : pourquoi avoir répondu et souligné - à l’une des questions (conférence du 2 juillet dernier) - que le 25 juillet serait une journée de grand dérangement terrestre et l’anéantissement probable d’un grand nombre d’individus? Il est vrai que nos sociétés sont de plus en plus irresponsables et égocentriques et qu’elles sont criblées de croyances absurdes (entre autres choses politiques, philosophiques, scientifiques et religieuses). Il est vrai que l’humanité semble de plus en plus mécanique et incapable de penser par elle-même. Cependant, de tout temps, en tous lieux, ce fut de même. Tout se répète mécaniquement.

Néanmoins, personnellement, je ne ressens pas cette fin imminente et apocalyptique. Bon, il est vrai que la plupart des personnes qui interprètent les écritures sacrées hindoues croient que la Terre est actuellement dans l’ère du Kâli Youga. Cependant, plusieurs autorités comme Swami Sri Yukteswar (1855-1936), ainsi que Paramhansa Yogananda (1893-1952) croyaient que nous étions plutôt dans le Dwâpar Youga. Par contre, d’autres comme Sri Aurobindo (1872-1950) ont aussi dit que l’ère du Kâli Youga serait maintenant terminée. On dit (les Hindous disent) que le Satya Youga dura 1 728 000 années : les hommes d’alors vivaient pendant 10 000 ans; leur principe vital résidait dans la moelle épinière. Le Trêta Youga dura 1 296 000 années : les hommes d’alors vivaient 5 000 ans; leur principe vital résidait dans les os. Le Dwâpara Youga dura 834 000 années : les hommes vivaient pendant 1 000 ans; leur principe vital résidait dans le sang, la chair et la peau. Le Kâli Youga (l’âge actuel) 432 000 ans : les hommes vivent (peut-être environ 100 ans); leur principe vital résiderait dans la nourriture, dit-on. Quoique que d’autres durées dans le temps ont été aussi proposées.

Donc, tout cela est matière à interprétation et ce qui est important est de s’éveiller et de se transformer en un être véritablement humain et conscient. Oui, je ressens que les clés pour une évolution réelle et spirituelle sont beaucoup plus accessibles depuis les dernières 40 années aux personnes qui le désirent sincèrement et profondément. Cependant ça ne peut se faire en exerçant une coercition. Oui, je peux comprendre que l’évolution personnelle d’une personne est apocalyptique. S’il y a urgence, c’est parce qu’on est peut-être à la veille d’un effondrement de certaines structures sociales. Mais le discours eschatologique me semble contraire au message du nazaréen et il est important de souligner que Jésus s’est toujours opposé aux signes. Il répétait que le Royaume c’est maintenant, l’invitation, c’est maintenant.

Sur la voie de la transformation, la personne doit s’observer en premier lieu – sans jugement ni analyse – puis ne pas s’identifier avec les pensées intello-émotives. Ensuite, par la méditation, le silence, sur un lapse de temps assez long et fait avec sincérité et avec l’aide d’un guide ou d’un groupe sérieux, éventuellement pour être en mesure de cesser tout le tintamarre des justifications, ressentiments, colères, bavardages ou commérages mesquins, les tensions physiques et psychiques, les réactions négatives, etc…C’est l’histoire de toute une vie. Il n’y a pas de pensée magique sans pratique préalable.

Si je peux me le permettre, je dirais que la dimension manquante à votre discours : c’est une méthode pour mettre en pratique votre enseignement. Les gens vous entendent ou vous écoutent…cependant le message est perçu par le mental seulement et se volatilise en fumée dans l’Espace/Temps. Oui, le cœur doit s’ouvrir mais l’ego est résistant à tous les changements et son imagination peut nous faire croire que nous sommes un être éveillé. Le mental est un petit récipient minuscule qui déborde du trop plein incapable de l’assimiler ou de le digérer. Pour atteindre le récipient du cœur pour que les bonnes paroles, les vraies paroles, s’y déversent, il faut une méthode. Pour connaître les mathématiques ou une langue étrangère, il faut étudier durant des années puis ensuite l’appliquer jusqu’à l’intégration, dans le cœur de la masse.

Malgré tout votre enthousiasme, générosité de cœur et vos notions scientifiques versus La Kabbale me saisissent vivement. Surtout votre discours, par sa corrélation avec celui de l’ère du Kâli Youga, où j’y ai lu que les Hommes y vivent (peut-être environ 100 ans); et que leur principe vital résiderait dans la nourriture. C’est pour cela que je vous écoute votre discours parle de nourritures diverses et sur différents plans. J’ai depuis plus de 40 ans suivi un enseignement qui nous dit qu’il y a 3 nourritures essentielles à l’évolution d’un humain dans ce corps dans lequel nous vivons pour se créer un « être » - si nous le désirons vraiment – à savoir : la première nourriture ordinaire pour le corps qui a un estomac pour digérer aliments et boisson (nous pouvons jeûner plusieurs jours). La deuxième nourriture de l’air dont l’estomac serait les poumons qui digère l’air que nous respirons - jusqu’à un certain point- (nous pouvons ne pas respirer de 3 ou 4 minutes). La troisième nourriture des impressions ou comme vous les nommez « des informations » (nous ne pouvons vivre sans impressions ou informations, car nous sommes constamment impressionnés…la vie est impossible sans impressions), mais le hic, c’est que nous devons créer un estomac dans l’étage du haut (mental/intellect) pour digérer les impressions ou les informations. Il faut une méthode de travail pour créer cet estomac (pour élargir le mental à ce niveau spirituel) pour filtrer, digérer les informations qui peuvent nous tuer. Imaginez que toute la nourriture ordinaire ingurgitée aujourd’hui demeurait couche par couche à l’intérieur sans digestion. Il faut un choc pour créer cet estomac. Ce choc est donné seulement consciemment par la personne elle-même. Ce premier choc conscient distingue l’Homme émergé dans la vie, sous toutes les influences hypnotiques de la vie, de l’Homme qui commence à se séparer lui-même des sauts hypnotiques et se dirige dans la direction de l’humanité consciente, que Jésus Christ appelle le Royaume des Cieux. Conclusion : Il y a ceux et celles qui vivent mécaniquement comme des automates aidé par le choc mécanique de la respiration (air) seulement. Et, ceux et celles qui commencent à s’administrer par eux-mêmes, le premier choc conscient. Pour cela il faut au début une méthode guidée. Sinon on verse du vide dans du vide. Ne pensez-vous pas? Merci pour votre travail et votre courage! P.S. Un psychologue britannique, un grand monsieur du nom de Maurice Nicoll disait: "Unless you change your mind (metanoia) you cannot change your level of being."

by Lisette Papineau-St.Germain on Sep. 15 2012