Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   Forum «   Art, Science et Tradition «   Qui a déjà tenté des expériences avec les pyramides? Réponses souhaîtées! «  

Qui a déjà tenté des expériences avec les pyramides? Réponses souhaîtées!

« Previous Next »
La pyramide

La pyramide est un accumulateur d’énergie. Dans l’Égypte antique, elle avait pour but de préserver l’âme du défunt et de garantir son immortalité. On utilise aujourd’hui la pyramide à de nombreuses tâches, comme le déplacement des nœuds de réseau, l’accroissement énergétique personnel ou le chargement d’un objet en énergie, etc...

Information à rectifier:


"Orientez maintenant votre pyramide, de sorte que ses faces se retrouvent aux quatre points cardinaux, en se basant sur le nord géographique (pour la France, environ 6° de décalage sur la gauche par rapport au nord magnétique)."

Attention! Rectification:
Le décalage entre nord magnétique et nord géographique est en moyenne de 2° vers la droite en ce moment en France, et il change selon le lieu où vous vous trouvez dans le monde et au fil du temps. Pour vérifier que la pyramide émet des ondes de forme, vous pouvez vous amuser à momifier un morceau de viande, à conserver un fruit, recharger une pile, dynamiser l'eau potable ou d'arrosage, etc...


Les pyramides et la science

4 000 ans après leur construction, les Pyramides gardent leur part de mystère. Imposant, leur volume allie rigueur et perfection. Leur conception en dit long sur les connaissances en géométrie et en astrologie de la civilisation égyptienne. Attardons-nous sur Chéops , composée de plus de deux millions de blocs de pierre, d’un poids total d’environ 6 500 000 tonnes. Sa hauteur actuelle : 137 mètres ; son angle d’inclinaison : 51°52’. Son orientation est rigoureusement établie selon les quatre points cardinaux. Il existe à l’intérieur de la pyramide un noyau central rocheux, plus ancien que les blocs de calcaire extérieurs. L’un des phénomènes les plus connus, commun aux pyramides réalisées sur le modèle de Chéops, est l’aiguisage des lames de rasoir. Ce phénomène fit l’objet d’un brevet déposé en 1959 par un ingénieur tchèque. Explication : sous une forme pyramidale, respectant les proportions du nombre d’or, et quelle que soit la matière qui la compose, on place des lames de rasoir. Au bout d’environ quatre mois, les lames sont devenues plus coupantes. Deuxième propriété, la conservation des matières vivantes : viande, fruits, œufs et végétaux. Après séjour à l’intérieur d’une pyramide, ils apparaissent déshydratés et ne pourrissent pas, on dit qu’ils sont " momifiés ". On constate l’amélioration de certains liquides : le lait s’y transforme en yaourt au lieu de tourner à l’aigre, de l’eau ayant séjourné dans une pyramide devient plus bénéfique pour l’arrosage des plantes. Ou encore : une pile à moitié déchargée récupère une partie de son énergie.

À quoi attribuer ces effets ?
D’abord, les pyramides sont bâties sur des lieux exceptionnels. Une géobiologue contemporaine suisse, Blanche Merz, s’est intéressée aux particularités cosmotelluriques (ciel et sous-sol) à proximité des édifices sacrés de l’Antiquité. Elle a découvert que le réseau de Hartmann contourne la pyramide de Chéops, installant l’édifice dans un espace énergétique privilégié. Le réseau de Hartmann est un ensemble de courants d’énergie, que les radiesthésistes perçoivent bien. Il couvre la surface du globe, ses mailles mesurent 2 mètres dans la direction nord-sud et 2,5 mètres dans la direction est-ouest. Les points où se croisent ces mailles, appelées nœuds de Hartmann, sont considérés comme néfastes, dans la mesure où ils se trouvent à l’aplomb d’un réseau d’eau, d’une faille... ou autres facteurs géopathogènes souterrains.

Deuxième explication, l’orientation du monument par rapport aux points cardinaux et au mouvement des planètes permet d’y concentrer l’énergie cosmique.

Enfin, troisième raison, la réalisation de l’édifice fait appel aux proportions entre les nombres : Nombre d’or, suite de Fibonacci qui, matérialisés, créent une énergie que l’on connaît sous le nom d’onde de formes. " La pyramide, écrit Jean-Marie-Pierre le Chapellier dans son ouvrage "La Bio-construction" *, est une forme limite, point de passage entre les mondes carrés et circulaires. Elle repose sur un socle massif, principe de son ancrage au carré de la terre, devant le cercle du monde universel ", (la ronde des planètes, Ndlr).

On eut recours au nombre d’or pour la conception des cathédrales. Les maîtres d’œuvre ont pensé leurs monuments : portails, flèches, rosaces, selon de savants calculs géométriques, les inscrivant dans des ensembles de carrés et de cercles, de triangles et de pentagrammes. Les églises romanes et les cathédrales étaient construites en des lieux choisis en fonction de la géobiologie et elles étaient orientées par rapport au cosmos. La lumière se trouve dans l’axe de la basilique de Vézelay et tombe sur le tabernacle, le 21 juin de chaque année, à midi, heure solaire, jour du solstice d’été. Cela est dû au tracé maîtrisé par les compagnons bâtisseurs de l’époque.

La pyramide du Louvre permet des expériences intéressantes:
"Pour les Parisiens, allez jouer autour de la pyramide du Louvre; c’est assez intéressant de se placer juste en dessous de la pointe et de regarder également la petite pyramide inversée qui est dans le carrousel. C’est amusant, les enfants adorent y jouer en plaçant la main juste sous la pointe comme si c’étais une fontaine. Je trouve ça intéressant en terme de sensation mais aussi de s’asseoir dans un coin et de voir la réaction des gens face à cela".

de la part de Cédric

* Jean-Marie-Pierre le Chapellier
  "La Bio-construction"

  • Broché: 490 pages
  • Editeur : Guy Trédaniel éditeur (1 Jan 1990)
  • Langue: Français
  • ISBN: 2857076118

by Cirdec on Aug. 4 2006