Skip to main content Help Control Panel

ARSITRA.org - Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel

Bénéficier du nécessaire. Se consacrer à l'Essentiel.

Home «   People «  

Jean-Marc Bélanger - naej001

Le TEMPS des REGENCES

Started by sinuspires on June 14 2008, with Van der cruyssen alexia, Jean-Marc Bélanger

5 contributions, including:

Texte simplifié Le TEMPS des REGENCES Conte et de(s)comptes Dans la spirale de vie , qui n'est donc qu'une sinusoïde concentrée, le pouvoir suit la même loi. Ce qui permet à l'homme averti d'anticiper la réaction à l'action pour rester dans la cohésion. Cette spirale est impersonnelle et ne s'arrête donc "ni au pêché , ni à la vertu de quiconque " tel l'énonce si si bien la B Gîta : elle est planétaire et extra-planétaire et prend en défaut même les prédateurs les plus puissants. Celui qui sait se mettre à son écoute et une seule écoute est possible : celle de la conscience universelle traversera plus ou mois malmené certes (car toute manifestation est imparfaite, puisque destinée à la Prise de Conscience du PRINCIPE UNIVERSEL) les murs dressés sur son passage, surtout quand la TRADITION est bafouée , la science dévoyée et les arts corrompus. Quand un nouveau pouvoir veut profondément muter, il faut qu'il s'enterre plus profondément que d'habitude, pour pouvoir émerger brutalement transformé d'un coup :il faut donc qu'il présente publiquement des pantins plus ou moins crédibles , pour que les véritables décideurs puissent préparer à l'abri de toute indiscrétion, l'explosion brutale et indiscutable du nouvel imperium. Les pantins n'en demeurent pas moins entourés sous des airs anodins, afin de leur faire faire les erreurs nécessaires à amener des précipités aidant à la déstructuration poursuivie. Le pantin, masqué et habillé en arlequin, à donc un double rôle essentiel Il était une fois une planète avec un continent central assez massif et un autre plus à l'Ouest, massif et longiligne . Au Nord, entre autre, des terres surtout oblongues et au Sud d'autres terres plus circulaires de moindre importance , de part et d'autres de ces 2 grands continents. Il fut un temps où des ecclésiastiques assurèrent la Régence de deux rois dans un pays dit de "l'hexagone". En fait face à un empire du sud du continent massif, dont une "louve "alimenta 2 jumeaux, il était alors (déjà) nécessaire d'établir un esprit concordataire face à des puissances financières cachées derrière l'apparat de rois placés sur le trône dés l'enfance, pour diverses causes , notamment dans le pays de "l'hexagone"

L'un des ces rois fut toujours malade, l'autre eut une aura solaire et on ne put empêcher , malgré tout, qu'une dynastie fut remplacée par une autre , dite : "non légitimiste". Mais , ce fut néanmoins , l'esprit concordataire des deux ecclésiastiques qui empêcha les familles financières , transitant par le "pays de la louve " de déstructurer l'hexagone en laissant s'étendre le gâchis civil permanent:le gouvernement, les frontières et la culture furent étendus et renforcés. C'est pourquoi le roi à l'aura solaire (symbole originel des financiers cachés également ) eut un règne aussi expansif, sous un symbole qui n'avait que le dessin de commun avec la finance cachée et non le dessein. Il en sera de même plus tard avec un grand empereur. La récupération des symboles fait parti de la gestion de l'énergie de la forme qui informe et est directement reliée à la psychosomatique et aux champs morpho génétiques mais bien sûr sous estimée. Dans les systèmes non monarchiques mais électifs , il est courant de constater que les pays dont "les rois" sont des enfants ont une tendance immature. Or quelques siècles plus tard , nous voyons apparaître dans le grand continent oblong à l'Ouest du continent massif, un "fils à papa" qu'il faut entourer de tout un aréopage de caciques du pouvoir , pour éviter qu'il fasse trop de bêtises. Certaines de ces bêtises lui ont d'ailleurs été soufflées par "l'entourage de papa" , car en cet univers perverti du pouvoir , la notion de père et fils n'a plus le sens affectif que nous lui attribuons couramment. Et les vrais dirigeants ont besoin de se cacher derrière un "bouc émissaire" . Ces bipèdes là ne procréent que des objets utilitaires et pratiques a tous leurs concepts ont une impersonnalité mathématique , quoique très attachés à la densité :certains sont nuls en la matière mais en ont la sécheresse. Cela permet de mettre toute la prédation en un langage codé incompréhensible des masses et de la baptiser "savoir", prévenant toute contestation afin de ne pas avoir à dépenser inutilement de l'énergie en ayant à la briser. De plus cela permet d'absorber toute l'énergie de ces masses pour la faire servir au but poursuivi, dans une course effrénée au diplôme que l'on confond avec le dit plombage (du corps et de l'esprit ), pour qui ne le dépasse pas . Dans le même temps apparaissait sur le continent massif et tout au Nord dans les zones "dites froides" un assez jeune bipède destiné à remplacer un plus ancien. Mais ce fut le plus ancien qui le choisit et non la population ou les grands électeurs, afin que l'ancien au faciès lisse et yeux de verre , garde toujours la haute main et puisse télécommander son zombi. Dans une ville au sud du "pays de l'hexagone" le même scénario se produisit, avec ce que nous pourrions appeler le "prévôt" d'une grande ville :il choisit lui même un successeur de sexe opposé pour se cacher derrière. Mais en ce même hexagone , après une fausse campagne du soi disant parti opposé tel en attesta d'ailleurs le "prévôt" précédemment cité arriva au pouvoir central une sorte de pantin agité , à l'esprit aussi asservie que fourbe , dont la côte déclina vite, tout en continuant de susciter la curiosité naïve de la population, prête à le plébisciter à nouveau ! Sous de grands airs de battages d'estrades il installait des mesurettes dépassées de façon assez désordonnée sans que personne ne réalise qu'elles ne faisaient en fait que le jeu dans le moindre de leurs détails de l'esprit de gestion universel visant à détruire l'autonomie des individus et groupes naturels , faisant la richesse de cette planète. Personne ne réalisait déjà cet aspect là, cherchant des explications alambiquées à ce comportement, afin d'y trouver une explication allant dans le sens habituel de la gestion du pays, alors qu'il fallait le situer dans un contexte planétaire de prédation générale. Personne non plus ne réalisa que le grand monsieur qui avait laissé sa place au pantin, ne se retirait absolument pas, mais le télécommandait , associé avec d'autres pantins lui même se croyait en partie, beaucoup plus autonome qu'il ne l'était, bien que dès le début, le grand monsieur, lui fit réduire son tout premier congé de 2/3 ! Le grand monsieur ne fait jamais de bruit et est discret, même quand il s'agite et se démène . C'est comme si on ne le voyait pas, il a le galop silencieux , depuis des décennies , de ceux qui savent et le relationnel qui va avec. Il a l'assurance silencieuse de ceux qui savent, alors que le pantin croît savoir, de par certaines introductions "miroir aux alouettes" , alors qu'il ne maîtrise ni le stuck , ni le toc des apparences, et encore moins du sexe opposé , ce qui en ce milieu ne souffre aucun pardon ! Il a ainsi de dangereuses initiatives personnelles qui le révèlent et prouvent que ce n'est pas un calcul intelligent mûrement réfléchi, ne serait ce que pour "faire croire" . Aussi un jour , le grand monsieur , tel il l'avait annoncé dés son départ, présenta à la face du monde une structure générale destinée à gérer les principaux problèmes cruciaux , non pas dans l'esprit de l'hexagone , mais de façon planétaire. Et le petit pantin qui l'avait égratigné redevint "tout doux , tout doux" avec le grand monsieur. Il n'est pas sûr que le petit pantin ait bien compris encore comment le grand monsieur et ses amis l'avaient mis en avant en agitateur, pour pouvoir travailler tranquillement derrière lui. Il s'imaginait sans doute qu'en se laissant passer un peu la bride, il allait rentrer dans le secret des "dieux", puisqu'il avait l'illusion d'en faire un peu parti. Il ignorait aussi que certains de ces "dieux " étaient cachés dans la masse , bien loin des honneurs. Il n'avait pas compris qu'il fallait une mutation profonde de la personnalité même en demeurant profondément déréglée pour rentrer dans ce cénacle, une impavidité totale sous des airs affectifs frelatés qui ont l'air plus vrais que vrais et une maîtrise totale de la perversité, un équilibre profond revenu de toute illusion pour gérer froidement la prédation programmée et le déséquilibre ambiant, ce dont sa structure même le mettait à des années lumières de la réalité. Il ne réalisait donc pas vraiment que le grand monsieur et ses amis étaient ses régents et que pas plus que les grands ecclésiastiques d'antan , ils ne s'en laisseraient conter. A une différence prêt, ces grands ecclésiastiques étaient moins engagés dans la prédation universelle. Quand le pantin agité était d'ailleurs arrivé au pouvoir , il l'avait pris en même temps que le lieutenant de la déesse Khali prédatrice du Khali Yuga (l'Age de Fer) était installé aux commandes de la source financière planétaire , bien plus à l'Ouest , dans le continent massif et longiligne . Les deux compères étaient tombés d'accord pour faire croire à la population que l'installation du lieutenant de la déesse était due aux souhaits du pantin , alors qu'il en était le fils en âge et que l'installation du "père" était prévue de longue date au delà des mers. Aussi quand le pantin eut bien agacé la population de son pays par son instabilité et ses mensonges immatures , la population commença à se demander s'il n'était pas souhaitable que le "père " rentre, d'autant que ce dernier n'avait guère d'estime pour le pantin. Il le croisait en des réunions internationales , l'évitant autant que faire se peut , tout en restant diplomate avec ce caractériel selon le principe que tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute . Car il fallait toujours quelqu'un pour passer la jugulaire à cet agité et éviter qu'il fasse un clash ou parle trop :une fois , il fallu même que le président du continent massif et longiligne se lève pour éviter un drame avec l'Oriental en obtenant de faux accords . La confusion et les mensonges du pantin étaient tels que nul en son pays ne se rendait compte qu'en fait , par effet de levier , c'était aussi le lieutenant de la déesse qui orientait ses décisions , sans que le pantin le réalise . La population ne s'en rendait pas compte non plus et pleurnichait pour le retour du "père " , sans voir qu'elle était déjà insensiblement dirigée par lui , d'aussi loin qu'il était, car il n'était pas le lieutenant de la déesse Khali pour rien . Les foules du pays du pantin se querellaient donc inutilement , car elles ne réalisaient pas que leur véritable dirigeant n'était pas celui qu'elles voyaient tous les jours et accaparait l'attention par son agitation, elles sous estimaient donc l'action sur elles du "père " au delà des mers !Elles prenaient donc le "père " pour une sorte de régent lointain et un régent véritable pour le véritable roi ! La population avait ainsi perdu toutes les possibilités d'arbitrage qu'il lui restait pour renouveler son principal dirigeant . Elle ne s'en rendait même pas compte, prête à plébisciter un loup d'au delà des mers pour qu'il rentre dans la bergerie et remplace le mouton enragé , sans même risquer de s'empoisonner en le mangeant ! C'est ainsi que la confusion des régences peut durcir le régentement des populations à leur insu , ne le réalisant ensuite que trop tard ! Ce fut donc le TEMPS des REGENTS planétaires qui mettaient des lampistes en place pour attirer les masses par le tropisme. Mais un lampiste ne sera jamais qu'un lampiste , même s'il peut réciter par coeur l'organigramme des trains et avoir des idées de gestion, et surtout si pour cela on l'autorise à se verser un pont d'or, j'allais dire un veau d'or ! Ainsi passa la gloire de cette planète ! Mais au fait :est il bien opportun de parler de gloire , où il n'y a que prédation? Il est bien évident que toute allusion à une planète connue n'engagerait que leurs auteurs, sans qu'il soit forcément opportun de leur répondre .
By Jean-Marc Bélanger on Dec. 30 2012

- Conte - & de(s)comptes

Business card

Jean-Marc Bélanger

Jean-Marc Bélanger
Monitor
Recent pages